àà===========

[Neuvy] [Présentation] [Le cheval] [Les sangliers] [Le cerf] [Le bovidé] [Les fig gauloises] [Les fig classiques] [La trompette]

La danseuse nue Une danseuse nue Femme nue avec une boule dans la main L'orante L'implorante Homme barbu nu, courant L'équilibriste Gaulois habillé L'orateur Hommme nu
LE TRESOR DE NEUVY-EN-SULLIAS

Les figurines gauloises


Alliage cuivreux, coulé, fonte pleine. H : 135 mm ; l : 80 mm
 Ier siècle av. J.-C. - Ier siècle ap. J.-C.

La danseuse  ou "la grande danseuse" (MHAO inv. A.6296)

     La plus célèbre et la plus gracieuse des figurines est la statuette dite de "la danseuse" ou "la grande danseuse".
     Elle est nue, le corps grêle, légèrement cambrée, les jambes longues, le bras droit étendu, la main gauche posée derrière la nuque sur la chevelure qui tombe dans le dos. La tête rejetée en arrière, yeux mi-clos, elle est saisie sur le vif, dans le tournoiement de la danse.
     Le visage est dessiné avec soin, les lèvres charnues sont entrouvertes, les yeux soulignés d'un cerne en relief lui donnent une allure un peu extatique. Le buste est étroit, les côtes sont dessinées de chaque côté d'un sillon1 qui descend jusqu'au nombril représenté par un rond creux. Les seins sont menus, le ventre est rond, le sexe est bien marqué (la rima), contrairement aux œuvres classiques gréco-romaines.
     Cette statuette doit sa renommée2 à son aspect très moderne, et elle fait penser, entre autres, aux sculptures de Giacometti. et à l'art de Modigliani. L'artisan gaulois a réussi à exprimer le rythme et la force qui animent cette danseuse sacrée. Ici apparaît le sens de la stylisation et du mouvement propre aux artistes gaulois.

1 Le sillon du nombril jusqu'aux seins peut être interprété comme un signe de grossesse.

2 La danseuse a acquis la célébrité en 1955 lors de l'exposition, à Paris, "Pérennité de l'art gaulois". Malraux l'admire et la choisit pour l'illustration de son recueil d'essais sur l'art "Les Voix du silence"

Cliquer pour agrandir les photos

     Dans le dos, le sillon vertébral est bien marqué : des omoplates, aux fesses qui sont asymétriques (celle de gauche est plus marquée).

Voir la danseuse danser

Mémoire sur les BRONZES ANTIQUES de Neuvy-en-Sullias (P. Mantellier) 1865

11.  (PI.   IX,  f.)  Femme  debout  (haut.  143  millim.) nue, les cheveux flottants, la tête tournée vers le ciel, le bras gauche levé, la main ouverte, le bras droit ramené derrière la tête, la main posée sur la nuque ; elle marche.
     Ces femmes nues, l'une immobile, qui, loin d'être embarrassée de sa nudité, paraît s'adresser à un autre personnages, le regarder, l'appeler ou l'attendre,  lui ouvrir ses bras, pourrait être une Vénus.
     Les deux autres, échevelées, gesticulant, marchant, sont probablement des bacchantes. Ces figurines, d'une exécution barbare, appartiennent à une époque de complète décadence.

LE TRESOR DE NEUVY-EN-SULLIAS

Les figurines gauloises


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact