àà===========
[Présentation] [Le monument] [Les chambres] [L'art] [Lexique] [Galerie photos] [Allées couvertes] [Menhir St-Uzec]
Le grand cairn de Barnenez (6 pages) - Présentation (page 1/6)

Le plus grand mausolée d'Europe
(longueur 75 m, hauteur actuelle  6 m, à l'origine sans doute 8 à 9 m)
Le monument
mégalithique le plus ancien connu (5ème millénaire av JC)
 Le "Parthénon de la préhistoire" selon André Malraux
Le monument le plus ancien du monde ?

Avertissement : pour cause d'anachronisme, le Cairn de Barnenez ne devrait pas figurer dans ce dossier qui concerne principalement les Celtes.
    Selon la théorie classique de G. Dumézil, (voir ici) les Celtes ne sont pas présents en Armorique à cette époque (5ème millénaire) ; les populations occupant ce territoire avant l'arrivée des Celtes sont dites "autochtones" ou "Pré-Indo-Européennes". Les Celtes n'ont donc pas construit les dolmens et les menhirs, encore moins le cairn de Barnenez. L'image d'Obélix avec son menhir est donc un anachronisme flagrant.
    Toutefois, une nouvelle théorie (celle des Celtes autochtones de l'Europe de l'Ouest) remet en cause la théorie classique des migrations des Celtes et pense que les hommes qui ont construit les dolmens et menhirs pourraient bien être des Celtes.
Pour en savoir plus sur ce débat,
voir ici.


Qu'est-ce qu'un cairn ?
"cairn" est un mot celtique (carn en breton moderne) désignant un amas de pierres constitué par des hommes.
Ces amas de pierres peuvent prendre des formes et des tailles très différentes. Ils peuvent aussi être effectués dans des buts variés : baliser un sentier, repérer une montagne, localiser un événement à commémorer, recouvrir un site funéraire... On peut les trouver dans des lieux très divers : montagnes, déserts froids ou chauds...

image7 image7
Cairns de montagne

En Ecosse, le mot à un sens plus large, il peut désigner différents types de collines et des amoncellements de pierres naturels. En Bretagne, le cairn est un monument construit en pierres amoncelées les unes sur les autres pour recouvrir des sépultures.
Le cairn le plus impressionnant est celui de BARNENEZ.

Localisation du cairn de Barnenez :
Le grand cairn de Barnenez se situe sur la commune de Plouezoc'h, dans le département du Finistère, au sommet de la  presqu'île de Kernéléhen sur la rive droite de la baie de Morlaix.

Historique de la découverte :
- Au XVIIIème siécle, deux buttes sont figurées sur la carte "topographique et géométrique des côtes de Bretagne", mais leur nature exacte n'est pas révélée (de simples accidents de terrain).

- En 1850, à Morlaix, au congrès de l'Association bretonne, M. de kersauzon, maire de Plouezoc'h, signale deux tumulus en pierres sèches de très grandes dimensions au lieu de Barnenez

- A la fin du XIXème siècle, et au début du XXème, ces informations sont reprises par les guides et inventaires archéologiques. La tradition populaire en fait un lieu de repaires pour les corrikaned (les lutins bretons) et les affirmations fantaisistes se développent.

- A l'automne 1954, un entrepreneur, chargé de construire une route touristique jusqu'à la pointe de Terenez, négocie son approvisionnement en pierres avec le propriétaire de deux grandes buttes pierreuses. La première butte est irrémédiablement détruite. Au printemps 1955, la deuxième butte est attaquée par les pelleteuses mais des ouvriers parlent et donnent l'alerte. Un journaliste de Morlaix, Fanch Gourvil, vient sur place et publie le 23 mai 1955 un article qui alerte Pierre-Roland Giot, directeur des Antiquités préhistoriques de Bretagne. La découverte est classée le 3 juin 1955, la destruction du second cairn est donc évitée de justesse. En même temps, une plainte est déposée contre l'entrepreneur indélicat. Le tribunal démontre que l'entrepreneur avait conscience de ce qu'il détruisait, il est condamné en 1955 à 6000 francs d'amende, puis en 1956, en appel, à 12 000 francs, il doit aussi financer la remise en état du dernier monument abîmé. Cette condamnation constitue une première pour la loi du 27/09/1941 sur les fouilles archéologiques et fera jurisprudence.

Suite