[[Neuvy] [Présentation] [Le cheval] [Les sangliers] [Le cerf] [Le bovidé] [Les fig gauloises] [Les fig classiques] [La trompette]

La danseuse nue Une danseuse nue Femme nue avec une boule dans la main L'orante L'implorante Homme barbu nu, courant L'équilibriste Gaulois habillé L'orateur Hommme nu
LE TRESOR DE NEUVY-EN-SULLIAS

Les figurines gauloises


Alliage cuivreux avec armature de fer, fonte creuse
 H : 230 mm ; l : 120 mm
 Ier siècle av. J.-C. - Ier siècle ap. J.-C.



 

 

 

 

L'orateur ou "L'Homme vêtu d'un sagum"  MHAO. inv. A.6289

     Cette figurine se détache des pièces précédentes par son allure gallo-romaine, de plus elle est de plus grande taille que les statuettes typiquement gauloises et est exécutée en bronze creux.

     L'homme est debout, corpulent mais bien proportionné, les jambes fortes, le visage de face, bien détaillé. Il est imberbe avec une chevelure abondante, arrondie et ondulée. Le bras droit est porté largement en avant, le gauche un peu replié et à un niveau inférieur. Il est chaussé de sandales gréco-romaines et vêtu d'une sorte de blouse gauloise ample, ornée d'un galon au col et en bas. Le vêtement s'arrête au-dessous du genou et ses plis indiquent que le personnage est en mouvement. Ce vêtement n'est ni une tunique (qui serait plus courte et serrée à la taille) ni un sagum (qui est une pièce d'étoffe carrée agrafée ou nouée à l'épaule). L'appellation "l'homme au sagum" est donc inexacte.
     L'autre appellation ("l'orateur") n'est pas plus correcte car cette dénomination ne semble pas convenir à la position de l'homme ; à l'origine, il devait tenir un objet dans sa main gauche (dont les doigts n'existent plus) et s'appuyer sur une canne à pommeau avec sa main droite.


Cliquer sur les photos pour les agrandir

Texte remanié en 2008  

Mémoire sur les BRONZES ANTIQUES de Neuvy-en-Sullias (P. Mantellier) - 1865.

4. (Pl. VII.) Homme debout (haut. 224 millim.), imberbe, tête nue, chevelure abondante, bouclée, portant pour unique vêtement un sagum décoré à l'encolure d'une broderie, à sa partie inférieure d'une bordure frangée, les pieds chaussés de sandales.
    Ce personnage parle ; sa pose, son attitude, permettent de le penser, c'est l'attitude d'un orateur, celle de l'Arringatore de la galerie de Florence, mais d'un orateur qui tenait quelque chose dans ses mains. Il est à considérer, en effet, que dans la paume de chaque main existe un trou indiquant qu'un objet y était fiché, objet délicat, sans doute, menu, léger, puisqu’au lieu de faire partie de la fonte d'ensemble de la statuette, il lui aurait été annexé après coup. Tels seraient une couronne, une palme ou encore une banderole, un rouleau d'écriture ouvert, car il  semble  résulter  de  la  concordance  des  mouvements  des bras que chaque main ne devait pas tenir un objet particulier, mais l'extrémité d'un même objet déployé ou développé, présenté aux regards des auditeurs ou du public (1).
Figurine d'un style correct, appartenant, comme celle qui précède, au temps de Septime-Sévère ou de ses premiers successeurs.

  (1) Un fragment d'incrustation de muraille, publié par Caylus (1,192, pl. LXXIX), représente la Victoire  tenant dans ses mains une banderole.

LE TRESOR DE NEUVY-EN-SULLIAS

Les figurines gauloises


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact