àà===========

St-Romain-en-Gal-Vienne - 51 pages   Présentation

Mosaïques 

St-Romain-en-Gal et son musée

St-Romain-en-Gal, un quartier de la Vienne antique

     St-Romain-en-Gal est une petite commune qui se situe sur la rive droite du Rhône (département du Rhône). A l'époque antique, St Romain-en-Gal est un quartier de la ville de Vienne (rive gauche, actuel département de l'Isère), cité gallo-romaine qui s'est développée sur les deux rives du fleuve. Un pont reliait les deux rives, son emplacement n'est pas attesté. Vienne est alors une des plus grandes cités de Gaule, capitale des Allobroges* depuis le IIIème siècle av JC et colonie latine** vers 50 av JC (Colonia Iulia Augusta Florentia Viennensium). Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.) accorde ensuite le droit de construire une enceinte sur la rive gauche.
      Avec les Romains, qui embellissent la ville, Vienne devient une des plus belles cités de Gaule et s'étend sur 300 ha. Sur la rive gauche, on trouve les grands monuments (fonctions politiques et religieuses), les lieux de culture et de jeux ; la rive droite se couvre de belles villas luxueuses et abrite les boutiques et les entrepôts des marchands enrichis par le commerce fluvial (St-Romain-en-Gal et Ste-Colombe).

* Rome annexe le territoire des Allobroges en 120 av. J.-C. et le rattache à la province de Transalpine (la future Narbonnaise)
** C'est la récompense pour la fidélité à Rome pendant la guerre des Gaules (les habitants de Vienne jouissent désormais de tous les privilèges des citoyens romains)


Les entrepôts en bordure du Rhône. Maquette du musée de St Romain-en-Gal

Une découverte majeure à la fin des années soixante

    St Romain-en-Gal est connu depuis le XVIIème siècle pour les vestiges antiques que l'on y découvre par hasard, notamment des mosaïques (une soixantaine 1 mises au jour). Les objets sont bien conservés et faciles d'accès car ils se trouvent dans une plaine alluviale de 2km occupée par des vergers et des jardins.

1 Dont la mosaïque du calendrier agricole actuellement visible au musée de St Germain-en-Laye (voir ici) et la mosaïque de Bacchus vendue au British Muséum (Lyon, Grenoble, Nîmes, Budapest, Malibu - Californie -, Budapest, le musée Paul Getty possèdent des mosaïques de St Romain-en-Gal).

    Mais en 1967, à l'occasion de la construction d'un lycée on découvre tout un quartier urbain antique sur plusieurs hectares. Le lycée est déplacé et le Conseil Général du Rhône achète les terrains pour mettre en valeur les vestiges archéologiques. Il est alors décidé de créer un musée sur le site archéologique lui-même, de se doter d'une équipe permanente d'archéologues et d'un atelier de restauration des mosaïques. En 1988, c'est le projet de Philippe Chaix et Jean-Paul Morel qui est retenu. En 1996, le complexe de 13 900 m2 est ouvert au public. La réalisation est ultramoderne et la conception vraiment novatrice dans la mesure où l'on a sur le même lieu les vestiges antiques in situ et la présentation muséographique. : le bâtiment d'exposition permanente en verre et en acier surplombe et abrite les fouilles de la maison au Lion. Le deuxième bâtiment, relié au premier par une passerelle, abrite sur trois niveaux l'accueil, la salle des expositions temporaires, le centre de recherche, l'atelier de restauration des mosaïques et le restaurant.
    Le musée de St-Romain-en-Gal est une vraie réussite, le contenant et le contenu valent vraiment le déplacement et l'objet de ma présentation est de vous inciter à entrer dans ce sanctuaire moderne.

Un mot mal connu? Double cliquez pour ouvrir le dictionnaire