àà===========

Bustes d'empereurs ] Sarcophages ] Four-à-chaux ] Divinités ] Mosaïques ] Statues ] Hercule ] Récipients ] Bijoux ] Bronzes ] Objets domestiques ] Autels ] Fabrication des autels ] [ Feuilles votives ] Objets divers ]

Toulouse

Le musée St Raymond  -  Les feuilles votives. Page complémentaire : les autels votifs

Quinze feuilles votives en argent
Provenance pyrénéenne. Découvertes entre 1961 et 1973 à Hagen-bach (Allemagne), dans un bras mort du lit du Rhin. Fines feuilles d'argent. Fin du IIIe s.
Historisches Muséum der Pfalz, Speyer
Dans le monde romain, les feuilles votives étaient des offrandes se présentant sous la forme de très fines plaquettes en argent mais aussi parfois en or. Elles comportaient un décor rappelant une structure végétale : une large nervure centrale, bordée de part et d'autre de nervures obliques.
Ces quinze feuilles en argent font partie d'un ensemble de 129 feuilles découvertes entre 1961 et 1973 à Hagenbach, en Allemagne, dans un bras mort du lit du Rhin. Associées à des bijoux et à de la vaisselle en bronze et en argent, elles faisaient partie du butin qu'une bande de Germains avait ramené de raids menés dans les provinces gauloises, jusqu'en Aquitaine, et qui fut englouti dans les eaux lors de la traversée du fleuve.
 

Si ces feuilles sont généralement sans inscription, quelques-unes comportent un espace sans nervure, entouré d'un cadre, sur lequel un texte a été gravé à la pointe. Ces inscriptions sont des dédicaces à Mars Dominus, abrégé en DM ou MD, faites par des fidèles aux noms typiquement aquitaniques, tels que Bambix ou Andossus. Ce sont ces noms qui ont permis de redonner aux feuilles leur origine pyrénéenne, puisqu'ils sont également mentionnés sur des autels votifs.
Certaines feuilles sont pourvues d'un ou de plusieurs croissants dont la signification reste mystérieuse. D'autres sont ornées de décors estampés représentant des divinités ou des animaux (oiseaux).
Les lettres VSLM gravées en fin d'inscription indiquent que ces offrandes avaient la même fonction votive que les autels. Elles avaient donc certainement été déposées dans un sanctuaire pyrénéen, pillé par les Germains à la fin du II° siècle.

Feuille votive en or
Provient de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Découverte à proximité du temple du forum, lors des fouilles de 1932. Fine feuille d'or. Époque romaine.
Musée archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges
Cette feuille votive en or, de forme rectangulaire allongée, est ornée d'une double rangée de chevrons. La nature du matériau dont les feuilles votives étaient constituées explique qu'elles aient rarement été conservées, le métal ayant été régulièrement refondu, à toutes les époques, pour être réutilisé.

Autel votif décoré d'une feuille
Provenance pyrénéenne indéterminée. Entré au Musée de Toulouse avant 1908.
Marbre blanc. Ier - IVe s.
Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse
Le coussin de l'autel, décoré de stries et de volutes, est surmonté de deux pulvilli cylindriques qui encadrent un élément central de forme moins arrondie. La feuille représentée sur le corps est munie d'un pied en forme de queue d'aronde.

 

Autel dédié à Jupiter et à Minerve, décoré d'une feuille votive
Découvert en 1810 dans la chapelle du hameau de Géry à Saint-Béat. Entré au Musée de Toulouse avant 1865. Marbre blanc. Ier - IVe s.
Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse
Le
texte est gravé de part et d'autre d'une feuille votive ornée de trois rangs verticaux de chevrons.
DEO/[I]OV[i]/ETM[i]/NER[v(ae) / PJOSI/TVS / V(otam) S(olvit) L(ibens) M(erito).
Au dieu Jupiter et à Minerve, Positus s'est acquitté de son vœu de bon gré et avec juste reconnaissance.

 

Autel décoré d'une feuille votive

Provenance pyrénéenne indéterminée. Marbre blanc. Ier - IVe s

Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse

Ce petit autel, décoré d'une feuille votive, témoigne de la volonté de pérenniser dans la pierre le souvenir de l'offrande faite au dieu.

 

Auge cinéraire pyrénéenne provenant de Mayrègne (Haute-Garonne). La face principale est sculptée des portraits des défunts.

 

Un autre type d'offrande : trois vases miniatures

Proviennent du sanctuaire de Montsérié (Hautes-Pyrénées) Entrés au Musée Massey de Tarbes en 1870. Terre cuite blanche. Époque romaine.

Musée Massey de Tarbes

De tels vases miniatures sont fréquemment découverts sur les sites de sanctuaires. Ils illustrent la diversité des offrandes qui pouvaient être déposées dans les lieux de culte (vaisselle en métal ou en terre cuite, figurines, monnaies, bijoux...).

 

Toulouse

Le musée St Raymond  -  Les autels votifs. Page complémentaire : les autels votifs


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact