àà===========

[Neuvy] [Présentation] [Le cheval] [Les sangliers] [Le cerf] [Le bovidé] [Les fig gauloises] [Les fig classiques] [La trompette]

Introduction

Le grand sanglier

Le sanglier hérissé

Sanglier stylisé

Fabrication  

LE TRESOR DE NEUVY-EN-SULLIAS

Le sanglier hérissé (MHAO inv. A.6301)

Suite : les sangliers  

     Le sanglier hérisséest saisissant de puissance, arc-bouté sur les pattes de derrière, dans une position de défense, le groin allongé, la crinière hérissée et élevée composée de de lignes parallèles et obliques figurant les soies. Très stylisé (le contour rappelle le décor en vessie de poisson), il semble dater de la période antérieure à la conquête romaine (Ier siècle av JC). Malgré la stylisation, toutes les caractéristiques de l'animal sont conservées et même soulignées : les oreilles, les grès1, les défenses et les yeux (qui devaient être en émail ou en pâte de verre). La queue a disparu.
     Les sangliers 2 et 3 étaient des
enseignes militaires, par ailleurs connues par des représentations : monnaies frappées ou  coulées, arc de triomphe d'Orange et par un exemplaire trouvé à Soulac-sur-Mer. Le métal employé est très léger de façon à porter facilement les sangliers au sommet d'une hampe. Pour les enseignes militaires et le sanglier de Soulac, voir ici.
     Nous ne savons pas exactement pourquoi l'art celtique a tendance à éviter tout réalisme dans la représentation des animaux, est-ce une interdiction de reproduire les formes créées par la nature? Est-ce le fait que certains dieux étaient symbolisés par des animaux? Est-ce un procédé de stylisation propre aux Celtes?

1 Le sanglier est dit "armé" quand il a des grès (canines sur la mâchoire supérieure) et des défenses (canines sur la mâchoire inférieure)
Date de rédaction 2001


Alliage cuivreux, tôle chaudronnée - Epoque gauloise - H : 27 cm, L : 45 cm, l : 10 cm

 
Le sanglier, avec à côté  le fragment de crête ajouré qui devrait lui revenir
Cliquer pour agrandir les photos


Deux autres sangliers stylisés, mais à crête ajourée :
- celui de l'oppidum de Joeuvres, musée de Roanne
- celui de Bibracte, musée du Mont Beuvray

Ce que nous apprend l'étude scientifique (2003-2006)

     La crête sommitale a été plusieurs fois restaurée et est maintenant trop courte. Rien ne prouve que cette crête appartienne bien à ce sanglier, elle pourrait appartenir au sanglier dépourvu de crête. La restauration des pattes antérieures fausse l'attitude de l'animal.
     Au sujet des crêtes, il est à remarquer que la plupart des sangliers découverts par l'archéologie portent une crête sommitale ajourée (voir les sanglier de Soulac, Joeuvres, Bibracte). Les représentations d'enseigne sur les monnaies (voir ici  ), au contraire,  présentent, comme les sangliers de Neuvy, une crête en panneau plein avec des traits parallèles et obliques qui figurent les soies. Toutefois, le trésor de Neuvy possède un fragment de crête sommitale à décor ajouré (voir ci-dessus). Ce fragment de crête pourrait donc appartenir au sanglier qui en est dépourvu. Cependant, les essais de reconstitution ont montré que le fragment de crête ajouré s'adapte mieux au sanglier hérissé et que la crête pleine de ce même sanglier devrait trouver sa place sur le sanglier sans crête (le choix de Mantellier, lors de l'assemblage, serait donc dans cette hypothèse fautif).
Date de rédaction 2008

LE TRESOR DE NEUVY-EN-SULLIAS

Le sanglier hérissé

Suite : les sangliers  


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact