àà===========
[Présentation] [Le monument] [Les chambres] [L'art] [Lexique] [Galerie photos] [Allées couvertes] [Menhir St-Uzec]

Le grand cairn de Barnenez :  le monument (page 2/6)

Plan de la page :
Restauration et structure du monument - Les fonctions du monument  -  Datation du cairn de Barnenez  - Chronologie comparative

Restauration et structure du monument :
La restauration du monument, sous la conduite de Pierre-Roland Giot, commence en 1955 et se termine en 1968 ; des fouilles sont entreprises en même temps. Très vite, il est constaté que le monument se décompose en fait de deux cairns accolés d'âges différents et de composition différente. Le cairn primaire est constitué de moellons verdâtres sombre en dolérite * tandis que le cairn secondaire est constitué de moellons en granit plus clair.
La fouille est conduite de manière novatrice, il n'était pas possible de creuser la butte en suivant un quadrillage régulier, il fallait respecter les lignes de moellons appareillés dans la masse des pierres. Il ne s'agit pas de véritables murs, mais de simples
parements soutenant la masse des pierres internes. Ces parements ont aussi un rôle architectural, ils ont été construits pour être vus et donner une forme particulière au monument.
La restauration ne prétend pas avoir redonné la configuration originelle du cairn qui demeure inconnue ; ainsi, la hauteur du monument reste limitée au niveau le plus haut des pierres restées en place et il n'est pas donné de forme particulière à la partie sommitale.
La partie détruite par l'entrepreneur (appelée "la carrière") ne pouvant pas être restaurée, il est décidé de la conserver en l'état pour présenter en "coupe pédagogique" la structure des chambres. Celles-ci sont ainsi visibles à l'air libre, comme la plupart des
dolmens aujourd'hui qui ont perdu leur cairn ou leur tertre. A l'origine, toutes les tombes se trouvaient au chœur d'une architecture monumentale.
Les tombes présentent deux types de voûtes : une pierre plate comme dans les dolmens classiques ou une « fausse coupole » arrondie en une savante juxtaposition de petites pierres plates (voir la partie sur les chambres)

* roche magmatique très peu vitreuse

Les moellons sont calés avec de petites pierres appelées "clés".

Les deux cairns accolés (face nord)

La carrière : la partie prélevée par l'entrepreneur n'est pas négligeable

Maquette du cairn

Le cairn secondaire, situé sur la pente, posait un problème de stabilité.
Pour y remédier, les hommes du néolithique ont :
- multiplié les parements (les escaliers), jusqu'à 6 degrés
- à l'extrémité sud-ouest, ils ont doté les deux premiers
parements d'un ancrage solide de gros blocs de pierres couchés (1er parement) et de dalles plantées sur chant (parement suivant)
- exagéré , par un dièdre en "proue de péniche" la légère convexité de l'extrémité du monument.

Les onze entrées des tombes débouchent sur la façade sud-est qui a une forme légèrement concave pour protéger les entrées des chambres et former une sorte de parvis sur lequel pouvait se dérouler des cérémonies religieuses
 


I : hauteur originelle présumée du monument  2 : morsure laissée par l'ancienne carrière

 

le cairn secondaire

le cairn primaire

Localisation point bas, en pente (ouest) point haut, peu accidenté (est)
Longueur 60 m 32 m
Largeur 28 m à l'extrémité SO 13 m au NE - 20 m au SO
Masse 4000 m3 environ - 10 000 tonnes environ ** 2000 m3 - 4000 tonnes *
Composition moellons en granit de l'île Sterec à 1 km (le transport a dû s'effectuer sur des rondins de bois pour les grosses dalles) moellons en dolérite prélevés sur place
Parements 6 degrés pour garder la même hauteur que le cairn primaire compte tenu de la pente 2 degrés
Chambres 6 chambres : A B C D E F 5 chambres : G G' H I J
Datation 4450 à 4050 av JC 4950 à 4250 av JC

Ensemble des deux cairns accolés : 6000 m3 de pierres, soit environ 14 000 tonnes.
* Le cairn primaire aurait pu demander 4 années de travail pour une équipe d'une dizaine d'hommes
** Le cairn secondaire, compte tenu de sa masse plus importante et du fait que les pierres proviennent de plus loin (1 km à vol d'oiseau), a demandé 4 à 5 fois plus de temps que le cairn primaire. 200 blocs environ sont trop lourds pour être portés (2 blocs dépassent les 10 tonnes), ils ont dû être transportés et hissés sur la colline à 40 m d'altitude à l'aide de rondins en bois. Cela prouve que la communauté s'était sans doute agrandie au cours des siècles.

Les fonctions du monument :
La fonction principale du cairn de Barnenez est celle de tous les monuments mégalithiques de Bretagne, c'est-à-dire, protéger les sépultures collectives (fonction funéraire). Il est possible aussi que le cairn ait eu une fonction protectrice envers les vivants : les ancêtres dominaient les terres fertiles en contrebas pour les protéger (naissance du culte des ancêtres).
Toutefois, la protection des tombes n'exigeait pas une telle masse de pierres accumulées. Le fait que le cairn soit implanté sur un point haut, précisément sur la ligne de crête afin qu'il se détache de la ligne d'horizon et soit visible de loin, montre le besoin des hommes de marquer leur territoire et leu identité. En construisant un monument si considérable, les hommes du lieu montraient leur capacité d'organisation, de savoir-faire, leur nombre*, leur force et par conséquent le monument prenait une fonction militaire dissuasive. Une telle construction montre l'attachement du groupe humain à son terroir à travers les générations, la stabilité de son implantation, l'émergence d'élites capables de canaliser l'énergie collective du groupe.
* La Bretagne aurait pu compter 50 000 ou 100 000 habitants à cette époque.


Datation du cairn de Barnenez :
La méthode de datation du radiocarbone (ou 14C) a révélé une plage d'occupation des lieux entre 4850 et 4450 av JC **  pour le cairn primaire et 4550 à 3900 av JC *** pour la chambre A du cairn secondaire (-4600 à -4250 pour la chambre F)
** maximum de probabilité : 4950 à 4250 av JC
***maximum de probabilité : 4450 à 4050 av JC
Cette datation "haute" a surpris le monde de l'archéologie et a permis de réviser la chronologie du mégalithisme en Armorique, elle fait du cairn de Barnenez le monument mégalithique connu le plus ancien du monde (sa construction est antérieur aux premières pyramides). Devant cette datation, certains ont pu avancer que les charbons analysés pourraient correspondre à un brûlis de la végétation antérieur à l'occupation humaine.
Pour conclure, on peut dire que le cairn primaire a été construit au moins  vers 4500 av JC et que le cairn secondaire a été construit quelques centaines d'années après. Cette chronologie correspond au début du néolithique, au moment où les hommes se sédentarisent pour cultiver et faire de l'élevage.
La découverte du cairn de Barnenez montre encore plus la complexité du mégalithisme et il semble assez difficile de faire une chronologie précise entre les différents types de monuments, d'autant plus que les situations ont été différentes selon les
lieux.

Chronologie comparative

Paléolhitique : - 20 000

Néolithique : - 5 000

-3 000

Age du bronze : - 2 000

Age du fer - 1000

                                    CAIRN DE BARNENEZ : -4500
         Lascaux : - 15 000   1ère pyramide de Djeser :  - 2900 Cnossos : - 1750 - 1700

      Vix : - 500

Parthénon : - 432

 

Carnac : - 4200 - 3500

Stonehenge : - 2750

Tholos mycéniennes : -1400 -1300
             
Toutankhamon : -1343

Suite