àà===========

 Présentation ] L'amphithéatre de Chenevières ] Théâtres-Amphithéâtres ] [ Les sanctuaires ]

Montbouy Le sanctuaire de source, le fanum, les salles thermales, les dépôts monétaires

Dans la deuxième moitié du XIX° siècle, F. Dupuis, propriétaire du site de Craon, procède à des fouilles et fait le relevé des bâtiments découverts : fanum, sanctuaire de source, salles thermales. En plus de ces découvertes, de nombreuses monnaies romaines ont été retrouvées, d'où le nom donné à ces terres : "Champ des médailles".

D, E, F, G : caves (où l'on a trouvé une belle statue en calcaire représentant une divinité masculine dispensatrice de richesse)

C : puits

Le sanctuaire de source

Le sanctuaire de source est situé à l'est de Craon, dans un espace triangulaire formé par le Loing et le Canal de Briare. Le monument a la forme d'un rectangle de 71 m sur 61 m dont l'un des côtés est pourvu d'un temple octogonal (voir le détail ci-dessous).
     A l'intérieur du double mur d'enceinte, deux vastes salles étaient aménagées ; dans celle du nord, une chambre a destination inconnue, était pavée de mosaïques.
     A l'extérieur de l'enceinte, un autre temple de forme rectangulaire (14,50 m x 13 m) comprenait un bassin entouré  d'une galerie. On y a retrouvé vers 1850 des offrandes : figurines en terre blanche et monnaies antérieures et contemporaines au règne d'Antonin (2ème siècle).

Déesse-mère

Sanctuaire de source gallo-romain de Craon

Montbouy

Ier s ap JC

Musée de Châtillon Coligny

 

Vénus Anadyomène

Sanctuaire de source gallo-romain de Craon

Montbouy

Ier s ap JC

Musée de Châtillon Coligny

 

     Après les fouilles du XIXème siècle, les vestiges archéologiques n'ont pas été entretenus, une abondante végétation et des inondations ont provoqué des destructions importantes. Aujourd'hui, ce lieu n'est pas visitable.

L'intérieur du temple octogonal est pourvu d'un bassin circulaire  de 25 m de diamètre entouré de deux marches. Une construction triangulaire pointe vers l'endroit exact d'où jaillissait la source : un massif carré de 1 m de côté construit en petit appareil. L'extérieur de l'octogone était décoré de colonnettes semi-engagées et l'intérieur de peintures murales et de mosaïques. C'est dans le bassin circulaire qu'ont été retrouvés en 1861 les dix ex-voto anatomiques en bois. Ces offrandes attestent que Montbouy était dès la première moitié du Ier siècle un centre de pèlerinage important centré sur une source sacrée pouvant guérir des maladies dont souffraient les pèlerins. Ceux-ci, en remerciement de leur guérison, offraient au dieu guérisseur des ex-voto à leur image (photos ci-dessous) ou représentant la partie anatomique de leur corps guérie (on a retrouvé plusieurs jambes). L'état de conservation du bois est ici remarquable, il est dû à l'immersion dans l'eau.

Musée archéologique d'Orléans

Musée archéologique d'Orléans (détail)

Mus arché Orléans

Mus arché Orléans
Les figures féminines sont taillées dans des poutres grossièrement équarries. Le visage est réduit à une indication schématique des yeux, du nez et de la bouche (hauteur 58 et 22 cm).

Plan du fanum (temple) d'après Dupuis (1862).

Le fanum était situé sur une colline boisée qui a été transformée en carrière de sable dès la 1ère guerre mondiale et jusqu'à une époque récente, ce qui n'a pas manqué de dégrader l'édifice.
Le temple avait la forme d'un quadrilatère de 32.75 m x 27.55 m. Trois exèdres devaient se trouver sur chacun des côtés. Il ne subsiste aujourd'hui que des murs épars et un exèdre dessiné en noir sur le plan. Un autre quadrilatère de 14 m x12.50 m occupe l'intérieur du premier quadrilatère pourvu d'exèdres. D'après les monnaies retrouvées, ce fanum date du Ier siècle.

Les salles thermales sont maintenant à peine visibles, elles sont sous les berges du canal et ont été en grande partie détruites. Il a été cependant observé des pilettes, un bassin en tuileau, une mosaïque lors du chômage du canal en 1985. L'aqueduc qui alimentait ces thermes a été reconnu en partie, il part de la source de l'Epinois sur la commune de Sainte-Geneviève-des-Bois et parcourt une distance de quatre kilomètres.

En plus des nombreuses pièces de monnaies trouvées dans les champs, quatre dépôts monétaires ont été mis à jour de 1925 à 1970 :
- le 1er : 1925 - vase de 50 cm - 45 kg de monnaies entre 260 et 274.
- le 2ème : 1951 - 2 céramiques côte à côte - entre 260 et 313.
- le 3ème : 1958 - vase intact - 710 grands bronzes - entre la seconde moitié du Ier siècle et la fin du IIème.
- le 4ème : vers 1970 - 2 vases côte à côte - en majorité des monnaies de Tetricus (fin IIIème siècle).
Dans la mesure où tous les dépôts trouvés sont proches du fanum, il s'agit sans doute d'offrandes sacrées enfouies.

D'autres découvertes gallo-romaines de type artisanal (fours de potiers notamment, puits, caves...) attestent qu'autour du temple de source qui semble à l'origine du site, une importante bourgade (vicus) s'est développée et s'est dotée plus tard de monuments liés à l'urbanisme romain. Le site a été abandonné au cours de la seconde moitié du Vème siècle.

Sources principales de cette page : "Montbouy, Un village, une histoire". Nathalie BUCHEZ, Pascale CHARDRON (ASPAM) - Inventaire général du Loiret.

                                                                                                                      


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact