St Apollinaire-le-Neuf (Sant'Apollinare Nuovo) à Ravenne

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Cette basilique fut construite par Théodoric (entre 493 et 526) et donc destinée au culte arien. Après la conquête des Byzantins, elle revint au culte catholique et fut consacrée à St Martin sous le nom "de St Martin au ciel d'or". Elle prit le nom de St Apollinaire au IXème siècle lors des invasions (on fit alors semblant d'y transporter les reliques du 1er évêque de Ravenne, St Apollinaire, qui se trouvaient dans la basilique St Apollinaire in Classe hors les murs). Le campanile rond de 38 m de hauteur a été ajouté au Xème siècle. A l'intérieur de l'édifice, un livre d'images en mosaïques à couper le souffle.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

L'intérieur de l'église est divisé en trois nefs par deux rangées de douze colonnes chacune (symbole des apôtres), en marbre grec et gravées de sigles grecs (marques des ateliers orientaux où elles furent fabriquées). Le plafond à caissons, remonte au début du XVIIème siècle, il est orné de panneaux décoratifs illustrant les miracles et la Passion (mort) du christ.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le cortège ses Saintes (ou Vierges)

Les mosaïques s'étalent sur 3 zones horizontales :
- du haut des fenêtres hautes au plafond :
scènes de la vie du christ.
- entre les espaces des fenêtres hautes :
32 saints et prophètes vus de face avec un manuscrit roulé dans les mains (symbole du prêche traditionnel reçu par le Christ).
- entre le bas des fenêtres hautes et les grandes arcades : les cortèges des Martyrs (à droite) et des Saintes (à gauche) qui partent du palais de Théodoric et du port de la ville de Classe.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le cortège ses Martyrs

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Toute la décoration des mosaïques ne date pas de Théodoric. Les somptueuses représentations des cortèges remontent à Justinien. Sur la frise de gauche, les 22 vierges sont toutes habillées de la même façon : tuniques brodées d'or et voiles blancs, elles tiennent des couronnes ornées de pierres précieuses qu'elles vont offrir à la vierge en Majesté entourée d'anges et tenant sur ses genoux l'enfant Jésus. Les vierges sont conduites par les rois mages (voir plus bas) et partent du port de Classe (voir plus bas).

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Cliquer sur la photo pour l'agrandir 
Les Rois Mages, en tête du cortège des Vierges

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

Les trois Rois Mages, coiffés d'un bonnet phrygien rouge, offrent leurs présents à la madone (leurs noms sont également inscrits au-dessus de leur tête : Balthassar, Melchior, Gaspar). En arrière plan, les palmiers sont symboles de victoire. A droite des palmiers, l'étoile de Bethléem qui a conduit les rois Mages.

Cliquer sur toutes les photos pour les agrandir et voir les détails


Les Martyrs conduits par St Martin

Sur la frise de droite, les 26 martyrs partent du palais de Théodoric (voir plus bas) et se dirigent solennellement vers le christ en majesté pour déposer leurs couronnes en offrande. Ils sont tous habillés de manteaux de lin blanc, sauf celui qui les conduit : St Martin, seul à porter un pallium couleur améthyste.
Tous les personnages sont séparés par un palmier. La composition des deux cortèges dont on retrouve la répétition des mêmes motifs est sans doute une figuration des
litanies, d'autant plus que chaque Sainte et chaque Martyr porte son nom au-dessus de la tête.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Le Christ en majesté

Cliquer sur la photo pour l'agrandir  Cliquer sur la photo pour l'agrandir 
Port de la ville de Classe                     Palais de Théodoric

Le port de la ville de Classe et le palais de Théodoric. Détail amusant : quand l'évêque byzantin prit possession de l'église arienne, il trouva que la représentation du palais de Théodoric était trop profane et politique. Il fit supprimer les personnages qui se trouvaient dans les arcades du palais et cacher les vides au moyen des rideaux drapés que nous "admirons" aujourd'hui. Mais sur la palais figure encore l'inscription "PALATIUM" (PALAIS).

     Les scènes concernant la Passion du Christ et ses miracles se succèdent au fond de l'église sur les deux parois, ci-dessous quelques exemples.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La résurrection de Lazare

Cliquer sur la photo pour l'agrandir
Les 3 Maries au sépulcre

Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La vocation de Pierre et d'André

Cliquer sur la photo pour l'agrandir
La Samaritaine au puits

Page suivante : St Vital