RAVENNE : carte, principaux édifices, bref historique


Carte à partir du manuel Magnard, 5ème


Plans de Ravenne

Galla Placidia 423-450

Théodoric 493-526...     les Ariens

Justinien 527-565

Mausolée dit de 
Galla Placidia

Baptistère Néonien 

Baptistère des Ariens 
(San Spirito)

Chapelle
archiépiscopale

St Apollinaire Nuovo

St Vital

St Apollinaire
 in Class

Cliquer sur la photo pour accéder à la page

Cliquer sur la photo pour accéder à la page

bapt-arien-ext.jpg (49210 octets)

Cliquer sur la photo pour accéder à la page

Cliquer sur la photo pour accéder à la page

Cliquer sur la photo pour accéder à la page

Cliquer sur la photo pour accéder à la page

Cliquez sur la photo des édifices pour découvrir leurs merveilleuses mosaïques (photos, en majorité 08/93)

Ravenne, une ville entre Occident et Orient?
Ravenne est occidentale dans la mesure où elle fait partie de l'Empire romain d'Occident après le partage de 395 par Théodose entre ses deux fils. Après ce partage, Ravenne prend de l'importance grâce à sa position géographique et militaire : elle est près des envahisseurs menaçants, les Lombards, et ainsi bien placée pour défendre l'Empire grâce à son port quasi imprenable : Classe. C'est pour ces raisons qu'Honorius déplaça au Vème siècle (en 402), la capitale de l'Empire romain d'occident de Milan à Ravenne. La ville abandonna alors son aspect de ville provinciale pour assumer l'aspect fastueux d'une capitale. Ainsi naquirent des édifices religieux prestigieux sur l'initiative des derniers empereurs romains : Honorius et sa sœur Galla PLacidia , Valentinien III. Avec la prise de l'Empire romain d'occident par les barbares, Ravenne demeure la capitale de l'empire disparu. En 493, Théodoric (roi des Ostrogoths) s'impose sur Odoacre (1er des barbares à recevoir le titre de roi d'Italie de 476 à 493), il continue l'embellissement de Ravenne et des édifices religieux chrétiens mais dans le contexte de l'arianisme. Ainsi vont naître les églises appelées aujourd'hui Spirito Santo (elle servit de cathédrale), le baptistère des Ariens, St Apollinaire Nuovo (à côté du palais de Théodoric).
Mais
Ravenne est aussi orientale dans la mesure où en 540, Bélisaire, général de Justinien, l'Empereur romain d'orient (qu'on appelle maintenant Empire Byzantin) s'empare de Ravenne. Justinien incorpore donc Ravenne à l'Empire byzantin (voir la carte) et concède aux catholiques tous les biens immobiliers ayant appartenu aux Ariens en réaffirmant fermement le dogme catholique (l'arianisme avait été déclaré hérésie au concile de Nicée en 325). Ainsi, Ravenne va subir incontestablement l'influence des artistes orientaux byzantins. 
Les mosaïques que nous admirons aujourd'hui, le plus bel ensemble d'Europe, ont donc été réalisées dans ce contexte de cultures mélangées, elles ont été commencées sous l'autorité des derniers empereurs romains d'occident, continuées sous le règne des Barbares (Théodoric) et achevées sous la domination byzantine, les réalisations s'étalent donc du Vème siècle au VIIème siècle comme le montre le tableau au-dessus, mais dans un même but :
glorifier le christianisme.
Ravenne : la ville des mosaïques.
Les édifices religieux de Ravenne, ornés de magnifiques mosaïques, constituent un ensemble artistique exceptionnel, le premier d'Europe. Le baptistère Néonien, décoré vers 449-452 sur l'ordre de l'archevêque Néon, le mausolée de l'impératrice Galla Placidia, le baptistère des Ariens, la chapelle archiépiscopale (début du VIe s.) témoignent de la permanence de la tradition naturaliste de l'Antiquité, à travers la richesse du décor végétal, l'abondance des motifs animaliers et la souplesse des mouvements des corps. 
Au contraire, les mosaïques des églises Saint-Apollinaire-in-Class et Saint-Apollinaire-le-Neuf marquent une évolution vers le
hiératisme grandiose des magnifiques panneaux représentant Justinien et Théodora en majesté (église Saint-Vital), chef-d'œuvre incontestable du premier art byzantin.

Page suivante : le mausolée de Galla Placidia

contact