Le musée et la chapelle archiépiscopale. Ravenne.

33cathedral.jpg (24308 octets)
Le palais épiscopal

Le musée archiépiscopal se trouve au premier étage du Palais Episcopal (de l'évêque), les oeuvres qu'il renferme proviennent de la destruction au XVIIIème siècle de la cathédrale Ursiana. La chapelle archiépiscopale, dite aussi oratoire St André, a été sans doute construite sous l'évêque Pierre II (494-519), elle possède de belles mosaïques du VIème siècle.

Cliquer sur la photo pour agrandir Cliquer sur la photo pour agrandir
Plafond de mosaïques avec motifs floraux et animaux d'inspiration orientale : paons (symbole d'immortalité) colombes...

Cliquer sur la photo pour agrandir

La voûte d'arêtes de la chapelle est sur fond d'or, au milieu, un médaillon portant le monogramme du Christ (ou chrisme) : les lettres grecques I (iota) et X (chi), initiales de Jésus Christ. Le médaillon est soutenu par les bras levés de quatre anges. Entre les anges, les quatre évangélistes sous leur forme symbolique habituelle. Les médaillons, à droite, représentent les bustes des apôtres, avec leur nom.

Cliquer sur la photo pour agrandir
Détail

Cliquer sur la photo pour agrandir

La madone orante, les bras levés, signe de la prière. Cette mosaïque proviendrait de l'abside de la cathédrale détruite au XVIIIème siècle et daterait du XIème siècle, elle serait donc très postérieure aux mosaïques de la chapelle qui doivent dater du début du VIème siècle.

Le ciel étoilé avec la croix latine au centre, motif que l'on retrouve souvent à Ravenne. Au-dessus, les médaillons des apôtres (voir aussi colonne de gauche)

Cliquer sur la photo pour agrandir

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

PETRUS, St Pierre (détail)

Cliquer sur la photo pour agrandir

L'évangéliste St Matthieu sous sa forme symbolique de l'ange ailé (détail)

Cliquer sur toutes les photos pour les agrandir et voir les détails

 

 


Cliquer sur la photo pour agrandir

Cliquer sur la photo pour agrandir

L'image du Christ guerrier : la tête auréolée et marquée d'une croix, le corps protégé par une cuirasse et couvert la chlamyde, il écrase de ses pieds un lion et un serpent, symboles du mal. Il tient à la main droite une grande croix et de la main gauche un livre ouvert sur lequel on peut lire "ego sum via, veritas et vita".

Cliquer sur la photo pour agrandir

Cliquer sur la photo pour agrandir

En bordure d'une peinture qui représente une descente de croix, six médaillons en mosaïques de saintes embellies par un voile blanc et qui portent des gemmes et des pierres précieuses dans leurs cheveux et autour du cou.
Au centre, le
chrisme : I (iota) et X (chi), les deux premières lettres de Jésus Christ, les lettres alpha et oméga (1ère et dernière lettres de l'alphabet grec) qui signifient : "Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin".

 

Cliquer sur la photo pour agrandir

Cliquer sur la photo pour agrandir

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

On ne peut pas quitter le musée (même s'il ne s'agit pas ici de mosaïque) sans parler de la fameuse chaire en ivoire de Maximien qui fut évêque de Ravenne vers la moitié du VIème siècle. Elle a été sans doute offerte par l'empereur Justinien mais on ne sait pas où a été sculpté ce chef-d'œuvre remarquable. Sur le devant, sont représentés les quatre évangélistes et St Jean Baptiste . Les parois extérieures racontent des épisodes de la vie de Joseph.

  Page suivante : St Apollinaire Nuovo