Germigny des Prés, historique

  L'oratoire de Germigny-des-Prés et sa célèbre MOSAÏQUE                                                      Présentation et bref historique du bâtiment

- Construction de l'oratoire vers 806 par Théodulphe, conseiller de Charlemagne.
- En 843 un
concile s'y réunit.
- L'oratoire est incendié au IXème siècle, peut-être par les Normands qui pillèrent le monastère voisin de Fleury en 856, 865 et 866, il est par la suite sommairement réparé.
- Au XIème siècle, on remet en état l'église et on y adjoint peut-être une première nef en détruisant l'
abside ouest.
- En 1168, Germigny devient prieuré dépendant de Fleury (St Benoît aujourd'hui).
- Au XIIIème siècle, le prieuré devient église paroissiale.
- L'église est réparée au XVème siècle, une nef est raccordée aux anciennes constructions; cette transformation compromet la solidité et provoque des lézardes.
- Au XVIème siècle, les guerres de religion endommagent l'église, la nef brûle, on reconstruit mais les dégradations continuent.
- Au XVIIIème siècle (1755), l'abbé Leboeuf visite l'église et signale dans "le journal de Verdun" les mosaïques à fond d'or. Peu après son passage, l'intérieur de l'église est couvert d'un épais badigeon, les mosaïques ne sont plus visibles.

- Au XIXème siècle, vers 1820, le badigeon s'écaillant, on retrouve la mosaïque.
- En 1839, la
basilique est classée monument historique.
- La mosaïque est restaurée à partir de 1841.
Voir les péripéties de la restauration par le faussaire M-T Chrétin

- De 1867 à 1896, l'église est fortement restaurée (quasiment totalement reconstruite) par Juste Lisch, c'est celle que l'on voit aujourd'hui.

   
L'église aujourd'hui

Les transformations effectuées lors de la restauration de Lisch

- En 1930, Masson effectue des fouilles et constate que Lisch n'a pas respecté le plan de l'église primitive en supprimant les deux absidioles du côté oriental.

 

Cliquez sur toutes les illustrations pour les agrandir

Le plan, en croix grecque, primitif (IX°) Le plan avant la restauration de Lisch (1867) Le plan après la restauration de Lisch (1896)
Ici, la nef n'est pas représentée.

L'abside occidentale était plus vaste et plus profonde que les autres absides car elle servait de porche; une porte permettait la communication avec la villa de Théodulf.
Voir une étude passionnante de Yvo Jaquier sur le plan de Germigny intitulé : "La géométrie comparée et la géométrie sacrée".
 

 L'abside ouest est déjà détruite depuis longtemps pour l'ajout d'une nef, les 2 absidioles de l'abside orientale demeurent dans une forme rectangulaire ainsi qu'une porte.

Lisch modifie à nouveau le plan primitif en supprimant les deux absidioles du côté est (voir aussi la vue ci-dessous), il allonge également la nef qui passe de 12 m à 20 m.

 

Cliquer sur le plan pour l'agrandir
Reconstitution de l'élévation originale (IXème siècle)

Etagement des voûtes primitives d'après Bouet.
En jaune, les absidioles supprimées par Lisch. En vert, l'abside orientale où se trouve la mosaïque.

L'église aujourd'hui, après la restauration de Lisch. Le clocher a été abaissé et une coupole a été ajoutée.

L'église avant la restauration de Lisch
(1867), on distingue : le clocher à 2 étages, l'abside ouest a disparu pour laisser place à une nef, une absidiole orientale a été transformée.

Le clocher avant la restauration de Lisch
(1867)

La tour lanterne aujourd'hui. Lisch a abaissé le clocher d'un étage (de 4 m) et il en a fait une tour lanterne avec une coupole qu'aucun document ancien ne justifie. Les cloches ont été transférées dans un campanile.

Cliquer sur l'aquarelle pour l'agrandir
L'église en 1841, avant sa restauration, on distingue bien la nef ajoutée (aquarelle  de A. Delton)


L'église aujourd'hui : au premier plan, le campanile, côté ouest, qui abrite les cloches. La nef a été surélevée et allongée.


La partie primitive (carolingienne) aujourd'hui, après sa reconstruction par Lisch.
A retenir pour les 5èmes :
L'église que nous voyons aujourd'hui ne ressemble pas précisément à l'oratoire construit par Théodulf en 806. Un incendie l'endommage fortement peu après sa construction. Plus tard, on détruit l'abside ouest pour ajouter une nef. Vers 1820, on redécouvre la mosaïque qui était masquée par un épais badigeon et on décide de la restaurer. Mais l'église mal entretenue pendant des siècles menace ruine et Lisch, en 1867, décide de la reconstruire en lui redonnant son aspect primitif (il supprime à tort 2 absidioles, abaisse le clocher et construit une coupole qui n'existait peut-être pas à l'origine). Toutefois, l'église que l'on voit aujourd'hui, si on enlève la nef et si on restitue l'abside ouest, correspond dans son ensemble à l'édifice construit par Théodulf à l'époque de Charlemagne. Mais la mosaïque, elle, est bien originale et unique, c'est la seule qui subsiste en France de l'époque carolingienne et c'est elle qui fait la renommée de Germigny.

Page suivante : les inscriptions - Germigny-des-Prés

Germigny-des-Prés