La mythologie dans notre vocabulaire
Thème "mythologie"

 La création de l'Univers et des hommes

Les Héros

Fête et sacrifices

Les dieux

Page thématique

LA MYTHOLOGIE  DANS  NOTRE  VOCABULAIRE
(Isabelle Didierjean, professeur agrégé de Lettres classiques)

L’antiquité, à travers la mythologie et l’histoire, est très présente dans des expressions courantes ou plus rares ; d’autre part, des noms propres sont devenus en français moderne des noms communs et continuent à vivre dans la vie quotidienne ou dans le langage recherché ou littéraire.

I/ Noms ou expressions tirés de la mythologie gréco-romaine

Boîte de Pandore  Cerbère chimère Cheval de Troie Chien d’Ulysse
Complexe d’ Œdipe Corne d’abondance Dédale Echo Etre dans les bras de Morphée
Etre le sosie de quelqu’un Etre sous l’égide de Fil d’Ariane Harpie Jugement de Pâris
Lit de Procuste Mégère Narcisse Odyssée Les parques
Rocher de Sisyphe Sortir de la cuisse de Jupiter

Sortir tout armé de la tête de quelqu’un

Supplice de Tantale Talon d’Achille
Taquiner la muse Tomber de Charybde en Scylla Tonneau des Danaïdes Travail d’Hercule Travail de Titan
Tunique de Nessus Un colosse aux pieds d’argile Un hercule Une panacée Un travail de Pénélope
Voix de sirène Voix de Stentor  Yeux d’Argus    

II/ Expressions tirées de l’histoire antique

 Catilinaire De bon augure Délices de Capoue Victoire à la Pyrrhus
Etre sous les auspices de  Epée de Damoclès Flèche du Parthe Etre laconique
Garde prétorienne Huitième merveille du monde Loi draconienne Franchir le Rubicon
Passer sous les fourches caudines Quadrature du cercle Renvoyer aux calendes grecques Messaline
Se reposer sur ses lauriers Se retirer sur l’Aventin Riche comme Crésus Rire homérique
Une discussion byzantine Veni, vidi, vici  Toucher le pactole Trancher le nœud gordien

1/ Boîte de Pandore

- Mythologie : Pandore est la première femme, créée par Héphaïstos à la demande de Zeus qui voulait se venger des hommes (il avait obtenu la plus mauvaise part dans les sacrifices, à cause d’une ruse de Prométhée, grand défenseur des hommes). Pandore possédait tous les dons (c’est ce que signifie son nom en grec) mais elle apportait avec elle une jarre contenant tous les maux, jusqu’alors inconnus des hommes. Lorsqu’elle ouvrit cette jarre, tous les maux s’envolèrent et s’abattirent sur les hommes. Seul l’espoir resta à l’intérieur de la jarre : c’est la seule consolation des hommes. Dans une tradition plus tardive, on parle d’une boîte et non plus d’une jarre.

- Sens actuel : cela désigne une source de catastrophes sans fin mais se présentant souvent sous une apparence séduisante.

2/ Cerbère

- Mythologie : Cerbère est le chien à trois têtes et à queue de serpent qui garde les Enfers et empêche quiconque d’en sortir.

- Sens actuel : un cerbère empêche plutôt les gens d’entrer, mais de toutes façons, c’est un gardien inflexible.

3/ C’est une chimère

- Mythologie : la Chimère est un monstre crachant du feu ; elle a la tête d’un lion, le corps d’une chèvre et la queue d’un serpent.

- Sens actuel : une chimère est une idée ou un projet qui n’existent que dans un monde imaginaire, sans aucune existence réelle.

4/ Cheval de Troie

- Mythologie : pour pouvoir entrer dans Troie assiégée par les Grecs depuis dix ans, Ulysse, l’un des chefs grecs, imagine une ruse : il fait construire un énorme cheval de bois dans lequel des soldats prennent place. Le cheval est abandonné sur la plage, de façon à ce que les Troyens pensent qu’il s’agit d’un cadeau aux dieux laissé là par les Grecs après leur départ. Les Troyens décident en effet de s’approprier le cheval. Pour cela ils vont jusqu’à démolir une partie de la muraille. Lorsque la nuit est tombée, les soldats grecs sortent du cheval  et ouvrent les portes de  la ville au reste de l’armée. Troie est pillée et incendiée. Cet épisode est raconté par Homère dans l’Odyssée.

- Sens actuel : cette expression désigne une personne chargée d’infiltrer un milieu pour le détruire de l’intérieur. En langage informatique, l’image est la même puisque cela désigne un virus dont le rôle est de prendre le contrôle d’un ordinateur et de le détruire de l’intérieur. Paradoxalement, on appelle aussi ces virus des « Troyens », alors que les Troyens étaient les victimes et non les agresseurs ! 

5/ Chien d’Ulysse

- Mythologie : malgré son très grand âge, le chien d’Ulysse, Argos, avait attendu le retour de son maître avant de mourir. Quand celui-ci  rentra à Ithaque, déguisé en mendiant afin de ne pas être reconnu par les prétendants qui voulaient épouser sa femme Pénélope et s’emparer de ses biens, le chien fut le premier à le reconnaître. Malgré le temps écoulé (dix années de guerre et autant d’errance), l’animal n’avait pas oublié son maître.

- Sens actuel : le chien d’Ulysse symbolise encore aujourd’hui une fidélité à toute épreuve.

6/ Complexe d’ Œdipe

- Mythologie : Œdipe avait été adopté mais il ne le savait pas. Pour fuir la malédiction qui annonçait qu’il tuerait son père et épouserait sa mère, il quitta sa famille et son pays. Mais en cours de route, à la suite d’une altercation, il tua accidentellement son père, sans le savoir. Arrivé à Thèbes, il trouva la réponse à l’énigme posée par la sphinx qui se donna la mort de dépit. En guise de remerciement pour avoir débarrassé le pays d’un tel monstre, Œdipe obtint la main de Jocaste, sans savoir qu’il s’agissait de sa propre mère et en eut des enfants. Quand il se rendit compte des crimes qu’il avait involontairement  commis, il se creva les yeux et  passa la fin de sa vie sur les routes en mendiant sa nourriture.

- Sens actuel : l’inventeur de la psychanalyse, Sigmund Freud, pense que tous les petits garçons, à une étape de leur développement, éprouve une attirance particulière pour leur mère (et les filles pour leur père), et cette étape transitoire est appelée « complexe d’Œdipe ».

7/ Corne d’abondance

- Mythologie : pendant son enfance, alors qu’il devait se cacher de son père Cronos, Zeus fut nourri par le lait de la chèvre Amalthée. Un jour qu’il jouait avec elle, il lui cassa accidentellement une corne. Il décida d’en faire une corne d’abondance, offrant à profusion  les richesses de la terre.

- Sens actuel : une corne d’abondance désigne une source de richesse inépuisable.

8/ Dédale

- Mythologie : Dédale est un architecte de génie, chargé par Minos, roi de Crète, de fabriquer un édifice d’où ne pourrait s’échapper le monstrueux Minotaure (mi-homme mi-taureau), né des amours contre nature de son épouse Pasiphaé et d’un taureau envoyé par Poséidon. Le roi, pour être sûr que son secret ne serait pas divulgué, décida d’enfermer aussi l’architecte dans le Labyrinthe qu’il avait construit, ainsi que son neveu Icare.

- Sens actuel : un dédale est un endroit tellement compliqué que l’on ne peut que difficilement s’y retrouver. C’est un synonyme de « labyrinthe ».

9/ Echo

- Mythologie : la nymphe Echo a été punie par Héra qui lui en voulait de l’avoir vue en train d’observer les amours de son époux, Zeus, avec d’autres nymphes. Elle fut condamnée à ne plus pouvoir parler, sauf pour répéter les derniers mots de ses interlocuteurs. Une autre légende la montre amoureuse de Narcisse, qui la repoussa et la poussa ainsi au désespoir. Elle dépérit et il ne resta d’elle que sa voix.

- Sens actuel : l’écho désigne le phénomène acoustique de réflexion du son sur un obstacle qui le répercute, d’où l’impression qu’il est répété comme par la malheureuse nymphe.

10/ Etre dans les bras de Morphée

- Mythologie : Morphée, fils d’Hypnos (le Sommeil) est le dieu des rêves.

- Sens actuel : cette expression signifie « dormir profondément ».

11/ Etre le sosie de quelqu’un

- Mythologie : pour séduire la mortelle Alcmène, Zeus prit les traits de son mari Amphitryon ; pendant ce temps, l’esclave de la maison, Sosie, vit apparaître devant lui  un autre Sosie : il s’agissait de Mercure qui avait pris son apparence. C’est le dramaturge latin Plaute qui nous parle de Sosie dans Amphitryon.

- Sens actuel : être le sosie de quelqu’un, c’est présenter une très forte ressemblance avec une personne, au point qu’on puisse confondre les deux, comme Sosie et Mercure.

12/ Etre sous l’égide de

- Mythologie : l’égide est le bouclier donné par Zeus à sa fille Athéna. Il est recouvert (ou est constitué) par la peau de la chèvre (en grec : aigidos) Amalthée, qui a nourri de son lait Zeus quand il était bébé. A sa mort, il conserva la peau de sa « nourrice ». Athéna y  ajouta la tête de la Gorgone, entourée de serpents : elle était chargée d’effrayer ses ennemis et protéger ses amis.

- Sens actuel : cette expression signifie être sous la protection et le patronage d’une autorité reconnue.

13/ Fil d’Ariane

- Mythologie : lorsque Thésée aborda en Crète pour vaincre le Minotaure et mettre fin au sacrifice annuel ou pluriannuel de neuf jeunes gens et neuf jeunes filles d’Athènes, il reçut l’aide d’Ariane, la fille du roi Minos. Elle lui donna une pelote de fil afin que, après avoir tué le Minotaure, il puisse retrouver la sortie du Labyrinthe.

- Sens actuel : un fil d’Ariane est un moyen utilisé pour avoir des points de repère dans une situation difficile et pouvoir s’en sortir. En informatique, un fil d’ariane est une succession de liens hiérarchisés permettant la navigation sur internet  jusqu’à la page recherchée et séparés par le signe >. Ex : civilisation grecque > Grèce >Athènes > Pages thématiques > Les dieux

14/ Harpie

- Mythologie : les Harpies sont la personnification de vents violents : Aellô (« vent de tempête »), Ocypeté (« au vol rapide »), Podargè (« aux pieds rapides ») et Celanès (« sombre »). Elles se présentent sous la forme d’oiseaux dotés de visages humains 

- Sens actuel : une harpie est une personne particulièrement vindicative, à l’image de l’épisode de l’Odyssée où les Harpies s’acharnent sur Phinée (elles emportent ou souillent toute sa nourriture).

15/ Jugement de Pâris

- Mythologie : lors des noces de Thétis et Pélée, la déesse de la Discorde, Eris,  lança dans la salle du banquet, une pomme d’or portant l’inscription « à la plus belle ». Comme les déesses se disputaient la possession de la pomme, Zeus ne voulut pas trancher, de peur de mécontenter son épouse Héra qui faisait partie des prétendantes. C’est pourquoi il chargea le Troyen Pâris de désigner la plus belle entre Aphrodite, Athéna et Héra. Pour le convaincre, Héra lui promit la puissance sur l’Europe et l’Asie ; Athéna, la sagesse ; et Aphrodite, l’amour de la plus belle mortelle. Pâris ayant choisi Aphrodite, il obtint l’amour d’Hélène, la plus belle mortelle ; mais celle-ci était l’épouse du roi de Sparte, Ménélas. Celui-ci prit la tête d’une expédition contre Troie. La guerre dura dix ans et s’acheva par la destruction de la ville.

- Sens actuel : un jugement de Pâris est une décision apparemment banale mais qui risque d’avoir des conséquences incalculables.

16/ Lit de Procuste

- Mythologie : Procuste (fils de Poséidon) était un bandit qui vivait au bord de la route entre Athènes et Eleusis. Il attirait les voyageurs en leur offrant l’hospitalité, mais ensuite il les attachait sur un lit : un petit lit pour les grands, et il leur coupait la partie des  jambes qui dépassait ou un grand lit pour les petits et  il les étirait aux dimensions du lit. C’est le héros Thésée qui mit fin à sa carrière sanglante en lui faisant subir le même sort.

- Sens actuel : un lit de Procuste désigne une tentative de réduire les hommes à un seul modèle, à une seule façon de penser ou d'agir, quitte à réduire à néant en eux toute personnalité ou toute originalité.

17/ Mégère

- Mythologie : Mégère est l’une des Furies (ou Erynies), chargées de poursuivre sans répit les criminels, en particulier ceux qui ont commis des crimes contre un membre de leur famille. Elles ont un aspect redoutable : elles portent des torches et des fouets et leurs cheveux sont entremêlés de serpents.

- Sens actuel : une mégère est une femme redoutable, méchante.

18/ Narcisse

- Mythologie : la nymphe Echo était tombée amoureuse du beau Narcisse, mais il la repoussa. Aphrodite, la déesse de l’amour, le punit en le rendant amoureux de son propre reflet dans l’eau. Il essayait vainement d’embrasser son image et, n’y parvenant pas, il se noya ou en mourut de désespoir.

- Sens actuel : une personne narcissique est une personne qui se contemple (au sens figuré du terme) et s’admire au point de porter peu d’intérêt aux personnes qui l’entourent.

19/ Odyssée

- Mythologie : l’Odyssée d’Homère raconte le long périple d’Ulysse pour rentrer chez lui après la fin de la guerre de Troie. Ce chemin du retour a été aussi long que la guerre elle-même et a exposé le héros grec à de très nombreux dangers et à des aventures extraordinaires.

- Sens actuel : une odyssée est une aventure aux multiples rebondissements, un peu à la façon de celle vécue par le héros homérique.

20/ Les Parques

- Mythologie : les Parques sont au nombre de trois. Elles représentent le destin de tout homme car elles filent le fil de sa vie. Ces trois vieilles femmes s’appellent Klotho (« la fileuse » : elle manie le rouet), Lachésis (« celle qui répartit » : elle tire le fil) et Atropos (« inflexible » : elle coupe le fil).

- Sens actuel : les Parques représentent encore l’idée du destin, dans ce qu’il a d’inflexible et d’inexorable. Rien ne permet de s’y soustraire ou de le modifier.

21/ Rocher de Sisyphe

- Mythologie : condamné à un supplice éternel aux Enfers  pour avoir mécontenté les dieux à de nombreuses reprises, Sisyphe était obligé de pousser en haut d’une montagne un gros rocher. Chaque fois que le rocher atteignait le sommet, il retombait aussitôt et Sisyphe devait recommencer sans fin ses efforts.

- Sens actuel : c’est un travail sans fin, qui n’aboutit jamais, qui est toujours à recommencer. Le philosophe et écrivain Albert Camus en a fait le symbole de la condition humaine.

22/ Sortir de la cuisse de Jupiter

- Mythologie : parmi les nombreuses liaisons de Zeus figure la mortelle Sémélé. Alors qu’elle attendait Dionysos, elle se laissa persuader par Héra de demander à son divin amant de se montrer à elle dans toute sa splendeur divine. Zeus ne put refuser, et Sémélé fut carbonisée car aucun humain ne peut voir un dieu sous sa forme divine. Zeus préleva l’enfant dans le ventre de sa mère et le mit dans sa cuisse où il resta jusqu’à sa naissance.

- Sens actuel : sortir de la cuisse de Jupiter (Zeus en grec), c’est avoir une très haute opinion de soi, comme si on était d’essence divine et si on descendait de Jupiter en personne.

23/ Sortir tout armé de la tête de quelqu’un

- Mythologie : la première épouse de Zeus, Métis (la Raison) était enceinte d’Athéna, mais Zeus avait peur d’être détrôné par l’un des ses enfants. C’est pourquoi il avala Métis changée en goutte d’eau. Ainsi, il intégra la raison. Quelques temps plus tard, il fut pris d’un violent mal de tête. Héphaïstos lui fendit le crâne d’un coup de hache et Athéna en sortit, déjà adulte, armée et casquée.

- Sens actuel : il s’agit d’un projet complètement bouclé, auquel on ne peut plus rien apporter.

24/ Supplice de Tantale

- Mythologie : Tantale est un autre condamné célèbre. Voulant mettre les dieux et leur clairvoyance à l’épreuve, il leur offrit en festin son propre fils. Les dieux découvrirent la supercherie et furent offensés car les dieux grecs ne mangent pas de chair humaine. Tantale fut précipité dans le Tartare, un lieu de supplice des Enfers. Il fut condamné à souffrir perpétuellement de la faim et de la soif tout en ayant à sa portée une source d’eau fraîche et des fruits exquis. Mais chaque fois qu’il tendait la main, l’eau se dérobait et l’arbre relèvait ses branches.

- Sens actuel : un supplice de Tantale est une tentation insupportable et sans cesse renouvelée.

25/ Talon d’Achille

- Mythologie : Achille était seulement un demi-dieu (ou héros) car si sa mère Thétis était une déesse, son père, quant à lui, était mortel. C’est pourquoi sa mère voulut le rendre immortel en le plongeant dans les eaux du Styx, le fleuve des Enfers. Mais le talon, par où elle le tenait, resta mortel. C’est pourquoi Pâris, au cours de la guerre de Troie, put le blesser mortellement en lui décochant une flèche au talon.

- Sens actuel : le talon d’Achille est le point faible d’une personne.

26/ Taquiner la muse

- Mythologie : les muses président aux différents arts : Calliope (poésie épique), Clio (histoire), Euterpe (la flûte et la poésie lyrique), Melpomène (la tragédie), Terpsichore (la danse chorale), Erato (la lyre et la poésie lyrique), Polymnie (les hymnes destinés aux dieux ou la pantomime), Uranie (l’astronomie), Thalie (la comédie et la poésie bucolique).

- Sens actuel : taquiner la muse c’est s’adonner à l’une des activités patronnées par les Muses, essentiellement la poésie.

27/ Tomber de Charybde en Scylla

- Mythologie : Charybde est un tourbillon situé dans le détroit de Messine, entre l’Italie et la Sicile. D’après Homère (l’Odyssée) c’est un monstre féminin. Tout aussi monstrueuse, pourvue de six têtes munies de trois rangées de dents, ainsi que de douze pieds, Scylla vit dans une grotte située dans le détroit de Messine, en face de Charybde. Elle se nourrit de poisson mais aussi des marins dont le bateau a fait naufrage.

- Sens actuel : tomber de Charybde en Scylla, c’est échapper à un danger pour tomber dans un autre aussi grand.

28/ Tonneau des Danaïdes

- Mythologie : les cinquante filles de Danaos, les Danaïdes, ont été condamnées à un châtiment éternel pour avoir tué leurs maris à la demande de leur père. Elles doivent sans fin remplir des tonneaux percés.

- Sens actuel : le tonneau des Danaïdes symbolise la tâche impossible à accomplir et, par le fait même, décourageante.

29/ Travail d’Hercule

- Mythologie : Hercule (Héraclès en grec) est un héros, fils de Zeus et de la mortelle Alcmène. Par jalousie, l’épouse légitime de Zeus, Héra, s’acharna sur le héros : tout d’abord elle lui  envoya deux énormes serpents alors qu’il était encore au berceau. Puis elle le rendit fou et l’amena à tuer sa femme et ses enfants. Pour expier ce crime, il dut se mettre au service de son cousin, le roi Eurysthée et effectuer à sa demande (mais il était conseillé par Héra !) des travaux dont chacun était réputé impossible à accomplir : ce sont les Douze travaux d’Hercule : vaincre le lion de Némée, l’hydre de Lerne, le sanglier d’Erymanthe, la biche aux sabots d’airain de Cérynie et les oiseaux du lac Stymphale, nettoyer les écuries d’Augias, dompter le taureau de Crète et les chevaux de Diomède, ramener la ceinture d’Hippolyte (reine des Amazones), conduire les bœufs de Géryon, ramener les pommes d’or du jardin des Hespérides, descendre aux Enfers à la recherche de Cerbère. Mais Hercule sortit vainqueur de toutes ces épreuves.

- Sens actuel : un travail d’Hercule est un travail à priori impossible à accomplir et que seul un héros réputé pour sa force et sa bravoure comme Hercule aurait pu réussir.

30/ Travail de Titan

- Mythologie : les douze Titans sont les dieux les plus anciens dans la mythologie grecque ; ils sont les enfants d’Ouranos (le Ciel) et de Gaia (la Terre). Pour prendre le pouvoir, Zeus, aidé de ses frères et sœurs,  a dû mener un combat difficile contre les Titans (dont son père Cronos). Ils sont caractérisés par leur force considérable.

- Sens actuel : un travail de titan est travail si difficile et d’une ampleur telle que seul un Titan pourrait le réaliser. De là, l’adjectif « titanesque ».

31/ Tunique de Nessus

- Mythologie : Héraclès et son épouse Déjanire voulaient traverser un fleuve en crue. Le centaure Nessus se proposa de faire traverser Déjanire, mais pendant la traversée, il essaya de la violer. Resté sur la rive, Héraclès le tua d’une flèche. Avant de mourir Nessus conseilla à Déjanire de prendre un peu de son sang : si un jour Héraclès lui était infidèle, elle n’aurait qu’à enduire la tunique du héros de ce sang et aussitôt il lui reviendrait. Lorsque Héraclès tomba amoureux de Iole, la fille d’Eurytos, roi d’Oechalia, Déjanire se souvint des conseils du centaure et les appliqua. Mais quand Héraclès revêtit sa tunique enduite du sang de Nessus, elle se colla à lui et le fit atrocement souffrir. Cette douleur était si cruelle qu’il se jeta sur un bûcher sur le mont Oeta.

- Sens actuel : une tunique de Nessus est quelque chose dont on ne peut se débarrasser et qui cause les plus vives souffrances morales ou physiques.

32/ Un colosse aux pieds d’argile

- Mythologie : l’expression « colosse aux pieds d’argile » se trouve dans la Bible (le roi Nabuchodonosor rêve d’une superbe statue en or, en argent, en bronze et en fer ; mais cette statue a les pieds en argile ; une seule pierre suffit à la détruire toute entière). On trouve la même image dans la mythologie grecque avec Talos, le géant de bronze fabriqué par Héphaïstos. Son seul point faible était la veine qui parcourait son corps et qui était apparente sur sa cheville. Il empêchait les voyageurs d’aborder sur l’île de Crète, c’est pourquoi Médée dut le faire mourir en le vidant de son sang grâce à ses pouvoirs magiques, pour permettre aux Argonautes de débarquer sur l’île.

- Sens actuel : cette expression désigne une personne ou un pays en apparence très puissant mais qui en fait recèle des faiblesses cachées et qui risquent d’être fatales.

- Mythologie : le héros Hercule (Héraclès en grec) est célèbre pour sa force considérable et pour la bravoure qu’il a manifestée en toute occasion,  pendant ses Douze travaux, mais aussi au cours de bien d’autres exploits.

- Sens actuel : un hercule est un personnage que sa force et son courage rapprochent du célèbre héros grec.

34/ Une panacée

- Mythologie : Panacée est une déesse (fille d’Asclépios, dieu de la médecine) qui donne aux hommes des remèdes à base de plantes. Son nom vient de la racine « pan » : tout, et « akos » : remède

- Sens actuel : c’est une solution capable (ou qui passe pour être capable) de résoudre toute difficulté en toutes circonstances, la solution ou  le produit « miracle ».

35/ Un travail de Pénélope

- Mythologie : pendant qu’Ulysse participait au siège de Troie, pendant dix ans, puis passait encore autant d'années à rentrer à Ithaque, son épouse Pénélope s’efforçait de gagner du temps. En effet de nombreux prétendants la demandaient en mariage, la rumeur disant que son époux était mort. Mais elle leur répondait qu’elle ne pouvait envisager un remariage tant qu’elle n’aurait pas fini de tisser le linceul destiné au père d’Ulysse. Mais, si le jour elle tissait le linceul, la nuit elle défaisait le travail déjà effectué. La ruse dura jusqu’à ce qu’une servante ne révélât la vérité et Pénélope dut inventer autre chose.

- Sens actuel : un travail de Pénélope est un travail inutile puisqu’il consiste à défaire sans cesse ce que l’on a fait.

36/ Voix de sirène

- Mythologie : les Sirènes sont des créatures féminines dont le chant merveilleux est fatal aux marins puisque, oubliant tout, ils vont se fracasser sur les rochers. Ulysse est le seul à avoir pu les entendre sans le payer de sa vie : il demanda à ses marins de l’attacher au mât du bateau et de se boucher les oreilles avec de la cire. Ainsi, il put entendre le chant des sirènes sans risque, tandis que ses marins continuaient à ramer sans se laisser distraire.

- Sens actuel : on appelle chant des sirènes des conseils séduisants mais très dangereux. Il est très difficile d’y résister 

37/ Voix de Stentor

- Mythologie : Stentor participa à la guerre de Troie. Il est surtout connu pour sa voix : Homère (dans l’Iliade) dit qu’elle avait la puissance de celles de  cinquante hommes réunis.

- Sens actuel : avoir une voix de stentor, c’est avoir une voix particulièrement puissante et qui porte très loin.

38/ Yeux d’Argus

- Mythologie : Argus (ou Argos) était un berger à qui Héra avait confié la garde d’Io, la princesse qu’elle avait changée en vache car Zeus était tombé amoureux d’elle. Il avait cent yeux sur tout le corps, dont la moitié restait toujours éveillée ; à sa mort (il fut tué par Hermès), Héra disposa ses yeux sur la queue du paon, son animal préféré.

- Sens actuel : l’expression désigne quelqu’un qui a la capacité de tout voir, d’où son utilisation pour nommer des organismes chargés d’un contrôle.

II/ Expressions tirées de l’histoire antique

1/ Catilinaire

- Histoire romaine et littérature : le patricien romain Catilina avait des ambitions politiques qu’il était prêt à satisfaire en utilisant des moyens peu légaux : extorsion de fonds, agitation politique, tentative de révolution… . Cicéron s’opposa à lui et le battit à l’élection pour le consulat de – 63, puis prononça contre lui quatre discours implacables, les Catilinaires, dans lesquels il exposait les exactions commises par Catilina. Celui-ci dut s’enfuir de Rome puis il fut battu à la tête de son armée et mourut en – 62.

- Sens actuel : une catilinaire est un discours très dur et une attaque très vive.

2/ De bon augure

- Histoire religieuse romaine: l’augure est le prêtre chargé de prendre les auspices, c’est-à-dire de lire les signes marquant la volonté des dieux en observant le vol des oiseaux ou l’appétit des poulets sacrés. On consulte la volonté des dieux par l’intermédiaire d’un augure avant chaque décision ou événement politique ou militaire important.

- Sens actuel : cette expression signifie qu’une chose s’annonce bien et qu’elle semble favorisée par les dieux.

3/ Délices de Capoue

- Histoire romaine : au cours de  la seconde  guerre punique (- 218 à - 202), le général carthaginois Hannibal  remporta de nombreuses victoires contre les Romains, si bien qu’il semblait prêt à envahir Rome. Mais, pour des raisons inexpliquées, au lieu de marcher tout de suite sur Rome, il préféra rester à Capoue avec son armée. Pendant ce temps, Rome eut le temps de se ressaisir, de recruter de nouveaux hommes et ainsi de reprendre l’avantage.

- Sens actuel : les délices de Capoue signifient le ramollissement causé par le luxe qui empêche toute action. Cela signifie également l’incapacité à exploiter sa victoire. Tite-Live en effet rapporte les paroles de Maharbal (le maître de la cavalerie punique) : « "Tu sais vaincre, Hannibal, mais tu ne sais pas profiter de ta victoire" (Histoire romaine). C’est ce qui expliquerait son échec.

4/ Etre laconique

- Histoire : la Laconie est la région de Sparte. Or les Spartiates étaient connus pour leur peu de propension pour la parole et pour leurs discours concis, contrairement aux Athéniens. Une anecdote raconte que lorsque Philippe de Macédoine leur écrivit : « Si j’envahis la Laconie, vous serez chassés », ils répondirent : « Si ».

- Sens actuel : être laconique, c’est faire preuve d’une grande concision et éviter toute parole inutile.

5/ Etre sous les auspices de

- Histoire religieuse romaine : à Rome, avant tout acte politique ou civil, il est indispensable de demander d’abord l’approbation des dieux. Pour connaître leurs volontés, il faut s’adresser à des prêtres, en particulier les augures, chargés d’observer le vol des oiseaux ou l’appétit des poulets sacrés. 

- Sens actuel : cette expression signifie qu’une chose se place sous la protection des dieux ou d’une autre puissance et en attend une influence positive.

6/ Epée de Damoclès

- Histoire : Damoclès enviait le sort du tyran de Syracuse, Denys Ier l’Ancien (qui régna de –405 à – 367), et aurait bien voulu prendre sa place. Le tyran l’invita alors à un festin durant lequel Damoclès goûta les mets les plus délicieux et les vins les plus fins. A un moment, Denys lui demanda de lever la tête : alors Damoclès vit au-dessus de lui une épée suspendue par un crin de cheval, menaçant à tout instant de tomber sur lui.

- Sens actuel : cette expression désigne un danger imminent, susceptible de se concrétiser à tout moment, mais aussi le caractère précaire du bonheur. 

7/ Flèche du Parthe

- Histoire : les Parthes (Asie occidentale) étaient célèbres pour leur cavalerie ; leurs cavaliers avaient la capacité de pouvoir tirer à l’arc en arrière, au moment où ils s’éloignaient de l’ennemi qui en était d’autant plus surpris et effrayé.

- Sens actuel : envoyer la flèche du Parthe signifie contre-attaquer au moment où l’adversaire s’y attend le moins et croit s’en être tiré à bon compte.

8/ Franchir le Rubicon

- Histoire romaine : en lutte contre son rival Pompée, César reçut l’ordre en – 49 de ne pas entrer avec son armée sur le territoire romain, délimité par le cours d’eau du Rubicon, entre la Gaule Cisalpine et l’Italie. Mais César savait que ses ennemis l’attendaient ; il décida de franchir le Rubicon avec ses soldats et, ce faisant, il transgressa les ordres du Sénat. Il se mit ainsi hors-la-loi. Ce fut le début de la guerre civile qui vit l’affrontement entre ses partisans et ceux de Pompée et le Sénat. C’est César qui remporta la victoire.

- Sens actuel : franchir le Rubicon, c’est prendre une décision difficile et sur laquelle on ne pourra pas revenir. Il n’y aura pas de retour en arrière possible. D’ailleurs, on dit que César, en franchissant le Rubicon, aurait dit : « Alea jacta » ( « le sort en est jeté »).

9/ Garde prétorienne

- Histoire romaine : sous la République, la garde (ou cohorte) prétorienne sert de garde du corps à un général. Sous l’empire, Auguste crée neuf cohortes pour protéger l’Italie, composées de vétérans qu’il connaît bien. Ce sont des troupes placées sous le commandement direct de l’empereur. Elles sont au côté de l’empereur et de sa famille, à Rome comme en voyage et sont très bien payées. Elles ont même pu jouer un rôle politique, en particulier dans le choix des empereurs.

- Sens actuel : une garde prétorienne est un ensemble d’hommes qui n’ont de compte à rendre qu’ à celui qui les emploie ; ce sont des hommes de main, à la limite de la légalité.

10/ Huitième merveille du monde

- Histoire : à l’époque alexandrine, on dressa la liste des sept réalisations les plus dignes d’admiration : les pyramides d’Egypte, les jardins suspendus de Babylone, le mausolée d’Halicarnasse, le temple d’Artémis à Ephèse, la statue de Zeus à Olympie, le colosse de Rhodes et le phare d’Alexandrie.

- Sens actuel : cela désigne quelque chose d’exceptionnel, digne d’être admiré comme les Sept Merveilles du monde antique. Cette expression peut aussi être utilisée dans un sens ironique : « se prendre pour la huitième merveille du monde », c’est avoir une très haute opinion de soi.

11/ Loi draconienne

- Histoire grecque : le législateur Dracon (le premier à avoir établi des lois écrites), en – 621, a donné à Athènes des lois particulièrement sévères : presque tous les délits étaient punis de la peine de mort.

- Sens actuel : tout ce qui est draconien est très sévère et ne tolère aucune faiblesse : par exemple un régime draconien ne laisse place à aucun aménagement possible.

12/ Messaline

- Histoire romaine : épouse de l’empereur Claude (-10 à + 54), Messaline était connue pour ses infidélités conjugales.

- Sens actuel : une Messaline est une femme de moralité légère.

13/ Passer sous les fourches caudines

- Histoire romaine : en – 321, après avoir été encerclée dans le défilé de Caudium à la suite d’une information trompeuse, l’armée romaine fut obligée de se rendre aux Samnites, dans les Abruzzes : les soldats  et leurs consuls durent passer sous le joug dressé par les vainqueurs, en un défilé humiliant, d’où le nom de Fourches Caudines (Furculae Caudinae) donné par la suite à ce défilé.

- Sens actuel : passer sous les fourches caudines signifie être obligé d’accepter des conditions humiliantes.

14/ Philippique

- Histoire grecque : l’homme politique athénien Démosthène s’efforçait d’attirer l’attention de ses concitoyens sur le danger que représentaient pour eux les ambitions de Philippe de Macédoine qui peu à peu s’emparait de toute la Grèce. Pour cela il écrivit des discours violents contre Philippe : les Philippiques. L’influence de Démosthène sur tous les orateurs grecs et romains des générations suivantes fut telle que Cicéron appela  Philippiques  ses discours contre Antoine et que par la suite ce terme fut adopté pour désigner toute invective politique.

- Sens actuel : encore aujourd’hui, une philippique, tout comme une catilinaire, est un discours implacable.

15/ Quadrature du cercle

- Sciences antiques : le premier scientifique grec à s’intéresser à ce problème de géométrie a été Anaxagore de Clazomènes. Il s’agit de construire un carré de même aire qu’un cercle à l’aide d’une règle et d’un compas. (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Quadrature_du_cercle )

- Sens actuel : cela désigne quelque chose d’impossible à réaliser car pendant longtemps ce problème de géométrie a été réputé insoluble..

16/ Renvoyer aux calendes grecques

- Histoire : les calendes grecques n’existent pas puisque les calendes appartiennent au calendrier romain.

- Sens actuel : cela signifie une date qui n’existe pas. Renvoyer une chose aux calendes grecques, c’est la renvoyer à jamais.

17/ Riche comme Crésus

- Histoire :  dernier roi de Lydie, Crésus (- 560 à – 546) était d’une richesse proverbiale.

- Sens actuel : être riche comme Crésus, c’est posséder une fortune comparable au roi de Lydie.

18/ Rire homérique

- Littérature grecque : cette expression fait allusion à la place du rire dans l’œuvre d’Homère. Par exemple, lors du banquet divin sur l’Olympe (Iliade, chant I), les dieux sont pris d’un fou rire incoercible en voyant Héphaïstos, le dieu boiteux qui leur sert d’échanson (il verse le vin dans les coupes), s’agiter devant eux. Le thème du rire revient avec une certaine constance dans l’œuvre car il accompagne la victoire et sert à humilier le vaincu.

- Sens actuel : un rire homérique est un rire inextinguible, comme celui des dieux de l’Olympe.

19/ Se reposer sur ses lauriers

- Histoire romaine : les généraux romains, lors de la cérémonie du triomphe (qui vient sanctionner une victoire décisive avec des pertes considérables pour l’ennemi), défilent à la tête de leurs troupes, suivis du butin et des prisonniers, le front couronné de lauriers. Le laurier symbolise donc la victoire. C’était déjà le cas en Grèce : aux Jeux de Pythiques de Delphes, les athlètes vainqueurs recevaient une couronne de lauriers. 

- Sens actuel : se reposer sur ses lauriers signifie ne pas continuer une carrière qui avait bien commencé, ne pas poursuivre ses efforts. 

20/ Se retirer sur l’Aventin

- Histoire romaine : l’Aventin est l’une des sept collines de Rome. Au début de la République, les plébéiens étaient en lutte contre les patriciens (la noblesse) pour obtenir les droits que ceux-ci leur refusaient. Se rendant compte que la survie économique de la Ville dépendait d’eux et non des patriciens, pour faire pression sur eux, ils décidèrent de se retirer sur l’Aventin qui à cette époque était à l’extérieur de la muraille de la ville. Ménénius Agrippa, d’après Tite-live (Histoire romaine) prononça alors un célèbre discours (Apologue des membres et de l’estomac) pour convaincre la plèbe que chacun jouait un rôle dans un organisme tel qu’une ville et que les patriciens aussi étaient utiles à la communauté. Les plébéiens obtinrent leurs propres magistrats (tribuns et édiles) et leur assemblée. Mais il faudra longtemps encore pour que la plèbe acquière d’autres droits.

- Sens actuel : se retirer sur l’Aventin signifie se retirer et renoncer à poursuivre des négociations.

21/ Toucher le pactole

Géographie : le Pactole est un fleuve, en Lydie, dont le sable contenait de l’or.

Sens actuel : toucher le pactole signifie devenir brusquement très riche.

22/ Trancher le nœud gordien

- Histoire grecque et légende : d’après la légende, la ville de Gordion, en Phrygie,  porte ce nom d’après le roi Gordios. Un oracle venait d’annoncer qu’un char allait amener le futur roi, capable d’apaiser les querelles civiles, lorsqu’un paysan arriva juste à ce moment sur son char. Il fut proclamé roi et consacra à Zeus son char et le joug auquel les bœufs avaient été attachés. Un autre oracle déclara que celui qui pourrait défaire le nœud du joug (beaucoup avaient essayé en vain) régnerait sur toute l’Asie.  Quand Alexandre le Grand (- 356 à – 323) arriva à Gordion, il trancha le nœud d’un coup d’épée. Le fait est qu’il régna sur toute une partie de l’Asie…

- Sens actuel : trancher le nœud gordien signifie choisir une solution expéditive et radicale mais efficace pour résoudre une difficulté.

23/ Une discussion byzantine

- Histoire grecque : l’époque byzantine commence en 330 après J.C. pour s’achever à la chute de Byzance en 1453. C’est une période très riche sur le plan culturel et littéraire ; les savants byzantins étudiaient la grammaire, ils  commentaient les œuvres du passé dans des ouvrages érudits, ils écrivaient des abrégés d’ouvrages classiques et jouèrent ainsi un grand rôle dans la transmission des auteurs anciens, mais cette période est parfois marquée aussi par des querelles de spécialistes. C’est ce dernier aspect qui est retenu dans l’expression « discussion (ou querelle) byzantine ».

- Sens actuel : une discussion byzantine est une discussion sur un point de détail, sans aucun intérêt ; c’est déployer toutes les ressources de la rhétorique sur un thème qui n’en vaut pas la peine.

24/ Veni, vidi, vici (= je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu)

- Histoire romaine : Jules César, en – 47, remporta une victoire éclair contre Pharnace, roi du Pont, à Zéla et, à cette occasion, il prononça sa célèbre phrase : « Veni, vidi vici » pour souligner l’extrême facilité de sa victoire. L’asyndète (absence de liens logiques entre les trois propositions, très rare en latin et toujours signifiante) renforce l’impression de rapidité et l’effet de crescendo (chaque verbe est plus fort que le précédent).

- Sens actuel : cette expression désigne une action si rapide qu’on a l’impression qu’elle n’a été qu’une formalité. Sa concision extrême, son rythme ternaire et les assonances en i ont particulièrement marqué les esprits et cela explique que V. Hugo par exemple ait fait un jeu de mots à partir de cette formule : veni, vidi, vixi (= « je suis venu, j’ai vu, j’ai vécu »). Plus proche de nous, le Canard Enchaîné fait régulièrement des jeux de mots à partir de cette expression : par exemple il a fait dire à un homme politique de retour de Nouvelle – Calédonie : « Je suis venu, j’ai vu, je suis pas plus avançu », et à un homme politique d’extrême droite au lendemain d’élections : « veni, vidi, et bientôt si tout va bien … Vichy ».

25/ Victoire à la Pyrrhus

- Histoire : le roi d’Epire (nord de la Grèce), Pyrrhus (- 319 à – 272), était venu avec ses éléphants, au secours de la ville grecque de Tarente, au sud de la botte italienne. Il remporta un certain nombre de victoires, mais après celle d’Asculum, en  - 279, bien qu’ayant mis les Romains en déroute, ses pertes en hommes furent si importantes qu’il fut incapable de s’implanter en Italie.

- Sens actuel : une victoire à la Pyrrhus est une victoire au cours de laquelle le vainqueur est presque aussi mal en point que le vaincu. On raconte qu’après sa victoire, Pyrrhus aurait dit : « Encore une victoire comme celle-ci et nous sommes perdus ».

Isabelle Didierjean, professeur agrégé de lettres classiques au collège public Jeanne d'Arc - Orléans.

PAGES THEMATIQUES
POLITIQUE

La Cité - Société (Athènes) - Vie politique (Athènes) - Guerres - La colonisation

RELIGION

La Création - Les Dieux - Les Héros - Fête et sacrifices - Rituels et fêtes - Le sanctuaire - Les nymphes - Les Muses

 

Orphée - Marsyas - La Toison d'or - Sapho - Perséphone - Héraklès - Mythologie-vocabulaire - Légendes de la Crète.

ARTS

Le temple grec - Le Parthénon - Ordre dorique/ionique - Le théâtre - Le théâtre-schémas - La statuaire grecque -

 

La céramique - La musique - Les masques

CULTURE

Homère (3 pages) - La philosophie grecque - Français et grec - L'hellénisme à Rome - Mathématiques et Grèce - Archimède (physique).

SPORT

Les Jeux Olympiques

DIVERS

Canal de Corinthe


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact