LA CONQUETE  DE LA TOISON D
Page thématique

LA CONQUETE  DE LA TOISON D’OR
Isabelle Didierjean agrégé, professeur agrégé de Lettres classiques

I) LES SOURCES DE LA LEGENDE

 

    Cette histoire nous est racontée par le poète du III° siècle Apollonios de Rhodes, par Pindare, poète du VI° siècle et Euripide, auteur tragique du V° siècle. Le dernier épisode (le retour de Jason en Grèce avec Médée  ) est repris par la suite et traité par de nombreux auteurs. Il a frappé l’imagination des peintres. Certains noms sont déjà évoqués par Homère. En effet l’expédition des Argonautes se situe une génération avant celle de la guerre de Troie.

 

    II) LA TOISON D’OR

 

    Le roi grec Athamas répudia sa première épouse pour la princesse Ino. Sa première épouse, Néphélé, eut peur que son fils Phryxos ne soit tué par Ino pour que le fils de celle-ci héritât du royaume. En effet, Ino fit griller les semences avant qu’elles soient semées dans les champs. Bien sûr, elles ne purent germer et il n’y eut pas de récolte. Ino soudoya le messager pour qu’il dise que l’oracle consulté pour connaître la raison de cette catastrophe réclamait le sacrifice de Phryxos, faute de quoi la famine s’installerait. Le peuple affamé obligea le roi à sacrifier son fils.

    Dans une version plus tardive de la légende, à une époque où les sacrifices humains sont devenus intolérables pour les Grecs, on voit Phryxos emporté in extremis par un bélier à toison d’or qui l’emmène en Colchide, en même temps que sa sœur Hellé. Mais celle-ci tombe dans la mer et s’y noie, donnant son nom à l’Hellespont.

    Le roi de Colchide Aeétès accorda à Phryxos la main de l’une de ses filles. Phryxos sacrifia à Zeus le bélier et donna la toison à Aeétès.

 

    III) L’EXPEDITION DES ARGONAUTES

 

    L’oncle de Phryxos, Aeson, aurait dû hériter du royaume de Iolchos. Mais son neveu, Pélias, avait usurpé le trône. Le fils du roi  Aeson, Jason, élevé à l’écart et en lieu sûr, revint à la cour pour réclamer le royaume qui lui revenait .

    Or un oracle avait averti Pélias qu’il serait détrôné à son tour par un homme ne portant qu’une seule sandale. Et voici qu’un jour un homme chaussé d’une seule sandale se présenta à la cour. Pélias prit peur ; il demanda à l’inconnu ce qu’il ferait s’il était destiné à mourir de la main d’un de ses parents. Jason lui répondit qu’il l’enverrait chercher la Toison d’or. Pélias lui appliqua aussitôt le conseil. Il lui prépara « le travail d’une navigation périlleuse afin de lui faire perdre sur terre, sur mer ou en pays étranger toute chance de retour » (Apollonios de Rhodes). Cependant pour Pindare et même pour Apollonios dans d’autres passages, cette expédition n’est pas seulement destinée à permettre à Pélias de conserver son trône : Jason a également pour mission d’expier le sacrifice de Phryxos en ramenant la Toison d’or et avec elle, les Mânes de celui-ci.

    Pélias promit que, ceci accompli, il rendrait le trône à son neveu Jason.

    Le bateau Argo (= « rapide » en grec) fut construit par Argos, avec l’aide d’Athéna. C’est elle qui tailla la proue dans un morceau du chêne prophétique de Dodone. Jason n’eut aucun mal à recruter des marins (les Argonautes) parmi les plus valeureux de cette époque : Thésée, Admète, Augias, Pélée (père d’Achille), Télamon (père d’Ajax) etc…

    Parmi ceux qui ont joué un rôle important, il faut citer Héraclès et son ami Hylas, Argos, le constructeur du bateau, Orphée, le musicien thrace qui devait par ses chants rythmer la cadence des rameurs, Castor et Pollux, fils de Zeus et de Léda. C’est Héra qui leur donna le courage d’abandonner une vie sûre pour une expédition de ce genre.

    Les Argonautes firent d’abord escale à Lemnos, île peuplée de femmes qui avaient tué leurs maris parce qu’ils les avaient délaissées (les Lemniennes avaient négligé le culte d’Aphrodite et celle-ci les avait punies en leur infligeant une   mauvaise odeur qui avait incité leurs époux à chercher d’autres épouses). Elles firent bon accueil aux Argonautes et leur donnèrent des provisions.

    A l’escale suivante, sur la côte de Mysie, Hylas, attiré par les nymphes d’une source, se pencha vers elles et se noya. Héraclès partit à sa recherche et ne rejoignit pas Argo.

    Ensuite les Argonautes abordèrent le pays du devin aveugle Phinée, victime d’une malédiction. C’était un roi de Thrace qui était devenu aveugle à la suite d’un marché avec les dieux : pour vivre vieux, il avait accepté de perdre la vue. Comme d’autres aveugles de la mythologie, il possédait des dons de devin (cf. Calchas dans l’Iliade ou Tirésias dans Œdipe - Roi  de Sophocle). Mais le Soleil était furieux qu’un mortel ait volontairement renoncé à voir la lumière du jour. Pour se venger, il envoya les Harpyes tourmenter Phinée. Ces êtres  (mi – femmes, mi – oiseaux ) s’emparaient de la nourriture de Phinée ou la souillaient de leurs excréments. Zétès et Calaïs, fils de Borée, le vent, les attaquèrent jusqu’à ce qu’elles promettent de cesser de tourmenter le devin. Ensuite celui-ci indiqua aux Argonautes comment franchir le détroit des Roches Bleues (ou Symplégades) qui broyaient les bateaux en se heurtant l’une contre l’autre. Il leur recommanda d’envoyer une colombe dans le détroit. Si elle passait sans encombre, le bateau ferait de même. Et c’est ce qui arriva.

    Avant d’aborder la Colchide, ils passèrent encore près du pays des Amazones (filles d’Harmonie et d’Arès). Le vent favorable les dissuada de s’attaquer à ces redoutables guerrières. Au large du Caucase, ils entrevirent Prométhée attaché sur son rocher, le foie rongé par un aigle. Sans s’arrêter, ils arrivèrent enfin au but de leur expédition.

 

    IV) LA CONQUETE DE LA TOISON D’OR

 

    Jason réclama à Aeétès la Toison d’or; celui-ci ne refusa pas directement mais lui demanda pour obtenir la Toison d’attacher ensemble deux taureaux qui crachaient du feu par les naseaux pour leur faire labourer un champ dans lequel il devrait ensuite semer des dents de dragon. C’était impossible à faire, et même s’il avait réussi, des dents semées devaient naître autant d’hommes armés prêts à le tuer.

    Mais Héra eut pitié de lui et demanda à Aphrodite d’inspirer à Médée, fille du roi Aeétès, un violent amour pour Jason. Médée était magicienne ; sur la promesse de Jason de l’épouser, elle l’aida en lui donnant un baume qui le rendrait invulnérable aux flammes. Elle lui conseilla de jeter une pierre au milieu des guerriers qui naîtraient des dents du dragon : chacun accusant l’autre, ils s’entre-tueraient sans se soucier de lui.

    Oint de l’onguent donné par Médée, Jason se sentit aussitôt doté d’une force invincible et il maîtrisa les deux taureaux. Puis il leur fit labourer le champ et planta les graines. Quand des hommes armés jaillirent des sillons, il lança une pierre parmi eux et comme prévu, ils se tuèrent les uns les autres. Ainsi Jason avait déjoué les plans d’Aeétès.

    Avant que celui-ci ne préparât une nouvelle traîtrise pour empêcher Jason de s’emparer de la Toison, Médée, égarée par l’amour, décida de s’enfuir avec le chef des Argonautes. Elle endormit par un chant magique le serpent qui gardait la Toison, ce qui permit à Jason de s’en emparer.

    Cependant Aeétès avait envoyé une armée considérable à la poursuite des Argonautes. Pour ralentir les poursuivants, Médée tua son frère, Absyrtos, qu’elle avait emmené avec elle et jeta les morceaux de son corps dans la mer. Le roi s’arrêta pour recueillir les restes de son fils et Argo fut sauvée. Selon une autre version, Médée avait attiré son frère dans un piège et c’est Jason qui l’avait tué.

 

    V) LE RETOUR

 

    Sur le chemin du retour, les Argonautes abordèrent en Crète. Sur cette île vivait Talos, dernier de la race d’airain (il était entièrement en métal, à l’exception d’un endroit au-dessus de la cheville et qui de ce fait était vulnérable). Pour sauver Argo, menacée par Talos qui brandissait un rocher dans sa direction, Médée déchaîna les forces du mal : une veine de la cheville de Talos se rompit, le sang bouillonna et la créature mourut. Selon une autre version , Médée l’avait rendu fou et il s’était jeté dans la mer.

    En Grèce, chacun rentra chez lui. Médée et Jason se rendirent à Iolchos pour remettre la Toison d’or à Pélias. Mais celui-ci avait entre temps forcé le père de Jason à se tuer et sa mère en était morte de chagrin. C’est Médée qui punit ces crimes : elle dit aux filles de Pélias qu’elle connaissait le moyen de rendre leur jeunesse aux vieillards et leur fit voir un vieux bélier qu’elle dépeça et dont elle jeta les morceaux dans un chaudron en prononçant des incantations magiques. Il en sortit un agneau. Elle fit avaler un soporifique à Pélias. Ses filles l’égorgèrent et le coupèrent en morceaux. Mais Médée n’était plus là pour réciter les incantations magiques. Elles se rendirent compte qu’elles avaient elles – mêmes tué leur père.

    Une autre version de la légende raconte qu’elle avait également rendu la vie et la jeunesse au père de Jason.

 

    VI) L’EXIL A CORINTHE

 

    Bannis par Acaste, fils de Pélias, Médée et Jason allèrent à Corinthe. Deux enfants étaient nés. Médée était satisfaite de son sort malgré l’exil, l’amour de Jason lui semblant plus important  que la perte de sa famille et de son pays. Mais Jason ne répondit pas à cet amour et trahit Médée en épousant Glaukè, la fille du roi de Corinthe, Créon. Et c’est ici que commencent la pièce d’Euripide et celle de  Sénèque.

    Craignant la colère de Médée, Créon lui ordonna l’exil avec ses enfants. Or une femme et des enfants exilés ne pouvaient espérer le moindre secours et leur sort était pire que la mort. Médée se vengea de l’affront subi en envoyant à Glaukè une robe imprégnée de poison. Ce sont les enfants de Médée qui apportèrent le cadeau à la princesse qui essaya tout de suite le vêtement. Mais bientôt un feu dévora la malheureuse  puis Créon  qui voulait secourir sa fille.

    La seconde partie de sa vengeance fut plus terrible encore : après des hésitations et des revirements, Médée décida de tuer ses propres enfants pour atteindre Jason et pour les préserver de l’esclavage. Auparavant elle avait demandé à Egée de l’accueillir  en exil à Athènes. Egée eut pitié d’elle car il connaissait ses malheurs : elle avait été exclue des trois lieux où elle pouvait habiter : la Colchide (sa patrie), Iolchos (celle de son père), et Corinthe (celle de ses hôtes). En lui offrant un asile, il lui donnait un statut qu’elle avait perdu en perdant l’amour de Jason : l’existence sociale et affective. Non seulement elle serait répudiée par Jason, mais en plus ses enfants non grecs car nés de mère non grecque seraient considérés comme illégitimes. Egée s’engagea donc à la recevoir à Athènes à condition qu’elle puisse y parvenir par ses propres moyens.

    Après avoir tué ses enfants, Médée s’envola avec leurs cadavres dans un char ailé prêté par son ancêtre le Soleil.

    A Athènes Médée eut un enfant d’Egée, Médos. Lorsque Thésée, fils d'Egée, revint de Trézène pour se faire reconnaître par son père, Médée essaya de l’empoisonner. Mais Egée comprit à temps que Thésée était bien son fils. Médée dut s’enfuir en Colchide avec Médos. Elle aida Aeétès à retrouver son trône dont il avait été dépossédé par le roi Persès. Elle aida le roi à conquérir les territoires qui allaient devenir l’empire des Mèdes. 

 

Isabelle Didierjean, professeur agrégé de lettres classiques au collège public Jeanne d'Arc - Orléans.

PAGES THEMATIQUES
POLITIQUE

La Cité - Société (Athènes) - Vie politique (Athènes) - Guerres - La colonisation

RELIGION

La Création - Les Dieux - Les Héros - Fête et sacrifices - Rituels et fêtes - Le sanctuaire - Les nymphes - Les Muses

 

Orphée - Marsyas - La Toison d'or - Sapho - Perséphone - Héraklès - Mythologie-vocabulaire - Légendes de la Crète.

ARTS

Le temple grec - Le Parthénon - Ordre dorique/ionique - Le théâtre - Le théâtre-schémas - La statuaire grecque -

 

La céramique - La musique - Les masques

CULTURE

Homère (3 pages) - La philosophie grecque - Français et grec - L'hellénisme à Rome - Mathématiques et Grèce - Archimède (physique).

SPORT

Les Jeux Olympiques

DIVERS

Canal de Corinthe


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact