L'acropole


P3

Page 4 - ATHÈNES : l'Acropole 1/58


 P5

     "Au milieu de l'agitation moderne de la ville, s'élève un témoin d'une civilisation lointaine : l'Acropole.  Elle n'a plus rien de commun avec le peuple qui vit alentour. Ces ruines se dressent comme une messagère sur le puissant rocher où elles sont restées debout. C'est avec une sensation d'émerveillement qu'on les parcourt." Roland Martin, "Monde grec", "Architecture universelle" OLF
     On accède à l'Acropole par un petit sentier qui monte fortement. A droite, on distingue le petit temple d'Athéna Nikè (victorieuse) qui est en restauration depuis de nombreuses années. Principaux événements historiques de l'Acropole


Photo 2009

Principaux événements historiques de l'Acropole

447 – 438 av. J.-C. : construction du Parthénon (décoration du temple avec des sculptures en 432 av. J.-C..)
437 – 432 av. J.-C. : construction des Propylées
421 – 406 av. J.-C. : construction de l’Erechthéion
420 av. J.-C. : construction du temple d’Athéna Niké
267 ap. J.-C. : destruction de la partie intérieure du Parthénon par un incendie
361 – 363 ap. J.-C. : réparation du Parthénon (par l’empereur Julien?)
435 : Les Byzantins n'appliquèrent pas l'Edit de Théodose prescrivant la démolition des temples païens mais convertirent ceux-ci en églises et les pillèrent au profit de Constantinople.
VI° siècle : transformation du Parthénon et de l’Erechthéion en églises chrétiennes (l'entrée du Parthénon est reportée à l'ouest, la cella est percée de quatre portes)
1204 : après la chute de l'empire Byzantin, Athènes fut attribuée à des seigneurs francs peu respectueux de ses ruines : de 1225 à 1308, les seigneurs de la Roche campaient dans les Propylées transformées en château, et l'archevêque latin officiait dans le Parthénon devenu Notre-Dame d'Athènes
1456 : Prise d'Athènes par les Turcs Ottomans: le Parthénon est transformé en mosquée (un minaret est construit dans l'angle sud-ouest) tandis que l'Erechthéion abrite épisodiquement le harem du gouverneur turc, les Propylées sont utilisées comme poudrerie.
1640 : explosion des Propylées et destruction de la structure supérieure du bâtiment central
1686 : démolition du temple d’Athéna Niké
1687 : explosion du Parthénon par les obus de Morosini.
Voir les détails sur la responsabilité de Morosini
1801 : avec l'autorisation officielle du Sultan, Lord Elgin, ambassadeur du roi d'Angleterre auprès de la Sublime Porte, parachève le pillage en acquérant les marbres qui font depuis 1815 l'orgueil du British Museum.
1835 : un an après le rétablissement de la démocratie en Grèce, Constantin Caramanlis, alors premier ministre, annonçait la fondation d'un Comité pour la Préservation des Monuments de l'Acropole. La première restauration concerne le temple d’Athéna Niké par L. Ross
1839 – 1863 : première restauration de K. Pittaki (Erechthéion, Parthénon, Propylées)
1835 – 1890 : fouilles sur l’Acropole jusqu'au substratum rocheux conduites par K. Pittaki, P. Kavadia, G. Kawerau
1898 – 1939 : programme de restauration de N. Balanou sur tous les monuments avec l'utilisation d'agrafes de fer : le Parthénon (1898-1902, 1922-1933), l'Erechthéion (1902-1909), les Propylées (1909 à 1917), le temple d'Athéna Niké (1935-1940).
1975 : interventions salvatrices et de restauration sous la surveillance du Comité pour la Conservation des monuments de l’Acropole.
2000 : création d'un Service de Restauration de l'Acropole pour accélérer les travaux afin qu'ils soient achevés pour les J.O. de 2004 (ce qui ne sera pas le cas).
2005 : 230 personnes travaillaient en permanence à la restauration.


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact