Quatre des statues colossales des piliers du temple d'Aton à Karnak (à l'est du grand temple d'Amon) représentant Aménophis IV.
Le temple d'Aton fut détruit peu après la mort de Toutankhamon, sans doute lors du règne de Horemheb et des milliers de blocs furent réutilisés comme remblais dans les pylônes du temple d'Amon au début de la XIXème dynastie. Une vingtaine de colosses, en entier ou fragmentaires, furent retrouvés. Cela nous permet de savoir qu'Aménophis IV avait substitué à l'antique image osirienne du roi son effigie le montrant en costume royal et non plus en enveloppé du suaire osirien. Vêtu uniquement du pagne court au plissé rayonnant, le roi a le torse nu, laissant les bras libres, mais les mains demeurent croisées sur la poitrine tenant les sceptres traditionnels. La rondeur des pectoraux sur certaines statues, le ballonnement de l'abdomen, le galbe très féminin des hanches et des cuisses ont conduit à penser que le roi avait voulu évoquer son rôle de père et de mère de l'humanité. Pour montrer son attachement envers son maître absolu, le dieu Aton, le pharaon est tatoué en haut-relief des sept sceaux magiques, sept groupes de doubles cartouches au noms du disque solaire : sur les deux bras, sur les deux poignets, deux sur la poitrine et un sur le plexus solaire.

Musée de Louxor

Musée de Louxor
Les têtes des colosses sont du pur style amarnien du début de règne. Les traits du pharaon sont poussés à l'extrême : traits anguleux, yeux en amande très rapprochés et à demi-fermés par de lourdes paupières, nez très long, lèvres charnues, menton saillant, cou allongé et ridé. Ce masque osseux au profil très fuyant a été qualifié de "réalisme de cauchemar" par E. Drioton, mais il se dégage de ce visage morbide une impression d'élégance subtile et séduisante, une certaine fascination.


Musée du Louvre


Musée du Caire

Les doubles cartouches sont bien visibles sur ces deux colosses. Celui du musée du Caire est le plus complet, on y voit bien le pagne court d'où déborde le ventre proéminent.

 


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact