la mort du pharaon

LE PHARAON

Généralités   Page 19/20

La mort du pharaon

La mort du pharaon menace l'équilibre du monde.
Le pharaon est maître du temps, les scribes comptent les années à partir de sa première année de règne et le calcul s'arrête à sa mort. Le pharaon étant garant de l'équilibre du monde, tout changement de règne constitue une menace pour l'équilibre cosmique, la possibilité d'un retour au chaos primordial. La mort du pharaon est donc redoutée dans la mesure où elle peut entraîner le désordre (la fin de la maât). Pour éviter cette rupture brutale, les Egyptiens ont inventé la momification qui permet d'arrêter la dégradation du corps du pharaon. Le corps sauvé de la corruption est considéré préservé de la mort, il reste vivant dans un monde imaginaire, il possède alors la première condition pour connaître une nouvelle vie. Le rite de la momification permet donc le maintien de l'équilibre du monde dans la période de transition du pouvoir, le nouveau pharaon ne pouvant être présenté aux dieux (couronné) avant les funérailles de son prédécesseur.

Pendant la période transitoire du pouvoir, le futur Pharaon porte le deuil du pharaon défunt. Pendant les 70 jours de l'embaument de la momie, il va laisser pousser sa barbe en signe de deuil. Cet ostracon, trouvé à Deir el-Médineh dans la maison du scribe Parahotep, montre le pharaon (sans doute Ramsès II) en deuil ; l'artiste a représenté sa barbe et ses moustaches naissantes à l'aide de petits points. De plus, sept larmes rouges coulent de son oeil pour montrer sa peine. Le roi est coiffé de la couronne royale Kheprech (sans doute la couronne de l'intronisation), elle est décorée d'un faucon (Horus) aux ailes déployées sur la partie arrière. Avec l'uræus sur le front, le personnage porte les principaux attributs du pharaon. Le lobe de son oreille est percé.
D'autres ostraca, représentent le pharaon en deuil avec la barbe naissante et le kheprech.

 

Les funérailles.
Le Pharaon mort, son corps est est transporté au lieu d'embaumement et confié aux mains des embaumeurs. On ne connaît pas précisément où avait lieu l'embaumement, on parle du temple d'accueil (ou temple de la vallée) du complexe funéraire mais avec aucune preuve réelle. Après 70 jours, la momie est prête, elle est déposée dans un cercueil qui est hissé sur une barque funéraire pour traverser le Nil et rejoindre la rive occidentale des morts. A terre, la procession funéraire se dirige vers la sépulture (mastaba, pyramide ou hypogée). Le cortège est conduit par un prêtre (souvent le fils aîné du pharaon) suivi de deux traîneaux tirés par une paire de boeufs. Le premier traîneau transporte la momie enfermée dans ses cercueils et la chapelle dressée sur une barque elle-même placée sur un traîneau. Le deuxième traîneau transporte la caisse contenant les vases canopes. Parfois, un troisième traîneau transporte le tékénou, il prend la forme d'un homme accroupi, symbole d'une étape de la renaissance du défunt. Suivent ensuite la famille et les pleureuses professionnelles. Le cortège se termine par les porteurs chargés du matériel funéraire. Devant la tombe, des danseurs exécutent des danses rituelles. La veuve fait ses adieux à la momie avant que le prêtre funéraire procède au rite de l'Ouverture de la Bouche qui permet au pharaon de retrouver ses sens et d'agir dans l'au-delà. Les serviteurs descendent ensuite les cercueils, les offrandes et le mobilier funéraire dans le caveau souterrain qui est définitivement scellé. La cérémonie se termine par un banquet funéraire réunissant les vivants et le mort.

Lamentation de la veuve.
Un prêtre tient la momie debout, un autre procède à l'ouverture de la bouche et offre de l'eau purificatrice qui coule en ondulations sur le corps de la momie.
Devant la momie :
- le bouquet de fleurs funéraire
- la veuve accroupie a posé sa main droite sur les pieds de la momie comme pour éviter le mouvement de bascule du corps. Avec la main droite, elle se jette de la poussière sur la tête en signe de lamentation. Elle ouvre la bouche sans doute pour réciter une prière funèbre ou des lamentations.

Peinture de la tombe des sculpteurs Nebamon et Ipouki (N° 181) Thèbes, XVIIIème dynastie.

 

Que devient le pharaon après la mort?
La momie royale, une fois préparée et parée magiquement devient un nouvel Osiris prêt à renaître et vivre éternellement dans l'au-delà. Ainsi, le pharaon qui était d'essence divine, rejoint son père Rê et devient un dieu à part entière. Chaque jour, il va alors accompagner le Soleil Rê dans sa barque solaire, participer à sa mort et à sa renaissance, le suivre dans sa course diurne et nocturne. Ainsi, le pharaon ressuscité continuera à maintenir l'équilibre du monde.
Mais la renaissance de pharaon ne se fait pas automatiquement et aisément, le défunt devra d'abord triompher des obstacles qu'il va rencontrer au cours de son périple dans le monde souterrain.
Au moment de la mort, les éléments spirituels qui animaient le corps, le ba (l'âme), le ka (le double ou l'énergie vitale, l'incarnation divine), l'akh (l'étincelle lumineuse) se sont séparés de l'enveloppe charnelle. Le ba doit retrouver la momie ou une statue du défunt dans la tombe pour que le pharaon puisse revivre dans l'autre monde. Pour cela, il faudra que le jugement du défunt devant le tribunal d'Osiris (la pesée du coeur) soit favorable.

Le jugement des morts.
- A gauche : Isis avec devant elle la défunte
- Au centre la pesée du coeur : dans le plateau gauche le coeur, dans le plateau droit, la plume de la déesse de la justice (Maât). Anubis contrôle la pesée.
- A droite, Osiris préside le tribunal et annonce le verdict. Si le coeur (siège de l'intelligence pour les Egyptiens) est plus léger que la plume, le défunt aura droit à la vie éternelle.

Jugement du Livre des Morts de Naoumé, musicienne d'AMon-Rê de Deir el-Bahari - XXIème dynastie . Metropolitan Museum - New-York.

Après avoir, comme le soleil, parcouru le monde souterrain et triomphé de toutes les embûches du monde invisible, le pharaon est prêt à renaître. Pour l'aider à franchir les obstacles du monde des morts, le pharaon dispose de recueils funéraires (Livre de l'Am-douat, Livres des Portes, Livre des Cavernes, Livre des Morts...) qui se déploient sur les parois de la tombe.
Maintenant que le pharaon est "justifié", qu'il a perdu sa nature humaine pour devenir un dieu, il faut lui rendre un culte quotidiennement. Durant l'Ancien Empire, le culte de pharaon est rendu dans un temple accolé à la pyramide. Puis au Nouvel Empire, la sépulture et le temple sont éloignés l'un de l'autre. Le culte du roi est désormais associé à celui d'un dieu dans les "temples de Millions d'Années".

Horemheb dans l'au-delà.
Horemheb est le dernier roi de la XVIIIème dynastie, il n'était pas de sang royal (il était général comme Aÿ) mais à sa mort, il fut considéré comme tous les pharaons, fils des Dieux. Il est ici représenté dans sa tombe de la vallée des Rois (N° 57) :
- à gauche, Horus coiffé du pschent le conduit vers Isis.
- à droite, il fait une offrande de vin à la déesse Hathor.

 

Certains pharaons particulièrement populaires, comme Amenemhat III, seront adorés pendant plus de vingt siècles. Cependant, compte tenu du pillage des tombes royales dès l'Ancien Empire, on peut cependant douter que tous les Egyptiens aient été habités d'une foi inébranlable dans la nature divine de leurs souverains.

LE PHARAON

Généralités   Page 19/20

Sommaire de la partie "Généralités"

- Les premiers pharaons
- La mission du pharaon d'après les premières palettes à fards
-
Le pharaon est un Horus
-
Les origines de la royauté (La transmission du pouvoir - Le pharaon : homme ou dieu? - Les conditions qui ont favorisé l'apparition de la monarchie).
-
Le pouvoir religieux du pharaon (la Maât) - Le roi prêtre (le rituel)
- Les emblèmes du pouvoir royal (I) : les couronnes - l'uræus - le vautour
- Les emblèmes du pouvoir royal (II) : les Sceptres et la croix ânkh
- Les emblèmes du pouvoir royal (III) : la barbe postiche
- Les emblèmes du pouvoir royal (IV) : le pagne, les sandales, la queue de taureau
- Le pharaon et les symboles animaliers

- La titulature du pharaon (2 pages)
- Le palais royal (2 pages)
- Le pharaon et l'administration (le pouvoir politique du pharaon - le vizir - le pouvoir local - les fondations)
- Le thème du pharaon victorieux (le pouvoir militaire - 3 pages)
- La mort du pharaon

- Les femmes pharaon (Le rôle des reines dans la vie politique et religieuse)