LE PHARAON

AKHENATON (Aménophis IV)   Page 2/17

La religion selon la lecture des hymnes à Aton. Les questions que l'on peut se poser sur Akhenaton.
Pour mieux cerner la religion mise en place par Akhenaton, on dispose de deux hymnes à Aton, un grand et un petit. On ne connaît pas les auteurs de ces textes (peut-être le pharaon lui-même) qui s'adressent à Rê Horakthy (la manifestation visible d'Aton) et au couple royal (Akhenaton et Néfertiti). Les vers mêlent les louanges au soleil et à la royauté. Mais si les hymnes solaires en soi ne sont pas nouveaux, on peut constater des ruptures importantes par rapport à la pensée traditionnelle :
- Les textes sont écrits en langue vernaculaire, dans la langue parlée au Nouvel Empire. Jusqu'ici, les textes étaient écrits dans la langue du Moyen Empire qui n'était plus parlée depuis des siècles.
- Aton est le seul dieu et il a créé seul l'univers
"Seul dieu, toi qui n'as pas de semblable,
Tu as créé la terre selon ton cœur, alors que tu étais seul"

- Toute la vie se passe le jour, la nuit est maintenant considérée comme un arrêt ou rien ne se passe. La course du soleil dans le monde souterrain est totalement renouvelée : le soleil n'a plus à triompher des embûches du monde souterrain (du serpent apophis), il réapparaît automatiquement, inéluctablement chaque matin, la conception de la Mâat est donc complètement bouleversée. C'est là que se situe la véritable révolution religieuse amarnienne. Les hommes n'ont plus aucun rôle à jouer dans l'équilibre du monde, la Mâat est maintenant Akhenaton lui-même. Le pouvoir du roi est donc renforcé, total, sans limites.
"
Quand tu reposes à l'Occident, sous l'horizon,
La terre est dans une ombre, semblable à celle de la mort !
A l'aube, tu resplendis dans l'horizon, tu illumines, toi le soleil ;
Dans le jour, tu chasses le noir lorsque tu donnes tes rayons."

-
Aton est présenté comme un dieu universel, mais l'autorité du roi reste limitée à L'Egypte.
"
Tu es beau, grand, brillant. Tu t'élèves au-dessus de tout pays.
Tes rayons embrassent les pays, jusqu'aux confins de ta création.
Toi qui es Ra, tu les soumets tout entiers"
- Aton dispense la vie humaine
"Tu développes le germe dans les femmes
Et de la semence fais des hommes,
...Tu donnes à ce que tu crées le souffle qui l'anime."
- Une religion naturaliste et optimiste : toute la nature (bonne) est l'oeuvre d'Aton
"Tu as créé la terre selon ton cœur, alors que tu étais seul,
Les hommes, toutes les bêtes domestiques et sauvages,
Tout ce qui est sur la terre et marche sur ses pieds,
Tout ce qui est dans le ciel et vole de ses ailes;
Tu as crée des millions de formes de toi seul,
Villes et villages, les champs, les chemins et le fleuve !"

- Le roi est issu directement de la chair du dieu solaire
"Les yeux sont sur ta beauté jusqu'à ce que tu te couches.
Depuis que tu as fondé la terre, tu les élèves pour ton fils,
Issu de ta chair, le roi des deux Egyptes."
Les questions que l'on peut se poser :
- Pourquoi Akhenaton a-t-il accompli cette révolution religieuse?
On ne connaît pas les raisons précises de ce profond changement religieux, on doit se contenter de suppositions :
- Aménophis III, le père d'Akhenaton, avait déjà montré la voie en faisant sortir de l'ombre le dieu Aton et en l'associant au pouvoir royal. Akhenaton aurait donc poursuivi l'oeuvre de son père. On pense même que le précurseur de la théorie solaire, en grande vogue au Nouvel Empire, est Thoumosis IV (grand-père d'Akhenaton qui en construisant un obélisque unique avait donné un caractère héliopolitain au secteur oriental de Karnak). La XVIIIème dynastie se solarise au fur et à mesure que les règnes se succèdent, les pharaons s'assimilent toujours un peu plus au Soleil, jusqu'à devenir son incarnation puis en faire un dieu unique. Akhenaton serait donc dans la continuité de ses prédécesseurs : se détacher d'Amon de Thèbes pour se tourner vers la divinité solaire héliopolitaine.
- La révolution religieuse aurait été uniquement à but politique : abaisser la puissance du clergé de Thèbes et mettre en place l'absolutisme royal. Pour cela, il fallait priver le clergé de sa toute puissance, ce qui a été effectivement fait. Dès Thoumosis IV, on commence à s'inquiéter de la place prise par les prêtres de Thèbes qui forment un Etat dans l'Etat. En privant le dieu Amon de son hégémonie religieuse, on privait le clergé de Thèbes de sa toute puissance.
- Le roi Akhenaton aurait été un "révolutionnaire", le précurseur d'une religion moderne et universelle :  le monothéisme (conviction philosophique profonde du roi). Ce dieu aurait pu être adoré aussi par les Asiatiques et ne pas se limiter à l'Egypte. L'Egypte était en effet devenu un Empire cosmopolite dans lequel les Asiatiques jouent un rôle de plus en plus grand. Le soleil était la divinité idéale pour unir religieusement l'Egypte et le Proche-Orient.
- Akhenaton aurait pu être un malade, un fou fanatique et intolérant.
- Akhenaton aurait pu être influencé par Néfertiti et sa mère
Tiyi si on admet (mais cela semble de plus en plus improbable) qu'elles avaient une origine mitanienne ; l'aristocratie de Mitanni était en majorité aryenne et adepte du culte solaire. Thoumosis IV et Aménophis III épousèrent chacun une princesse mitanienne.
- Akhenaton aurait institué un dieu unique pour simplifier une religion complexe. Un dieu unique créateur était d'ailleurs déjà adoré sous des noms différents à Thèbes (Amon-Rê) et à Memphis (Ptah).


Tiyi - Musée de Berlin

Tiyi, épouse d'Aménophis III, mère d'Akhenaton, est une reine à forte personnalité, elle a occupé une place importante dans l'histoire de l'Egypte. Elle est sans doute d'origine nubienne.
Cette petite sculpture (H : 10 cm) sur bois d'if, compte parmi les chefs-d'oeuvre de l'Egypte antique. La reine y est représentée de manière réaliste comme le voulait le style amarnien. Ici, aucune idéalisation, aucune concession : les coins de la bouche sont tombants, les yeux en amande sortent de leurs orbites, la peau marque le vieillissement. Ce visage est cependant très expressif, l'artiste a su donner l'image de cette femme à travers son regard qui trahit les qualités qui lui ont permis d'atteindre sa position : calcul habile, froide objectivité, esprit de décision, volonté dominatrice, mépris de son entourage.
A l'origine, la tête portait une coiffe sphérique d'argent martelé d'où se détachaient deux serpents uræus (on voit encore les trous de fixation). Derrière les oreilles, sur les tempes, se trouvaient d'autres uraeus dardant leurs têtes ornées d'incrustations. Les deux oreilles portaient un disque avec incrustations bleues, seule la boucle d'oreille gauche demeure. Toute cette coiffure d'origine se trouve aujourd'hui masquée par une perruque sphérique faite de plusieurs couches de toiles encollées. C'est sans doute à la mort de son mari Aménophis III que fut dissimulée la riche coiffure d'argent, c'est-à-dire au moment où Tiyi dut abandonner le titre de "Grande épouse royale" à Néfertiti. De politique, son statut devint religieux et la sculpture porta désormais la couronne de la déesse Hathor. Le tenon qui servait à fixer cette couronne est encore bien visible.

- Comment un tel bouleversement religieux a-t-il pu se mettre en place alors que le clergé, tout puissant, et le peuple, attaché à ses dieux locaux, étaient totalement opposés à tout changement? Akhenaton, contrairement à ce que certains ont pu dire n'était pas un pacifiste*, il a imposé ses convictions religieuses par la force, il disposait d'une police nombreuse qui devait sans doute réprimer férocement toute contestation. De plus, la réforme allait, tout au moins au début, dans le sens de la continuité, Aménophis III avait déjà préparé le terrain en faisant d'Aton un dieu essentiel. Le fait de choisir une nouvelle capitale loin du principal foyer de résistance, Thèbes, a facilité l'implantation de la nouvelle religion.
* Akhenaton est souvent montré comme pacifiste car il n'a pas entrepris de campagnes militaires contre les ennemis traditionnels de l'Egypte, ce qui n'a pas manqué d'affaiblir le pays.
- Quel est le sort réservé aux anciens dieux? Le martelage? Pour imposer sa religion, Akhenaton devait faire disparaître les traces de l'ancienne. Ainsi, à partir de la dixième année de son règne est menée une campagne de destruction systématique des statues, et surtout des divinités qui auraient pu être en concurrence avec Aton (les dieux créateurs). Amon et Mout (épouse d'Amon) sont impitoyablement pourchassés, les trois signes qui composent le nom d'Amon sont martelés partout, jusque dans les cartouches des pharaons qui contiennent ce vocable (Amenhotep par exemple) et même dans les mots où il n'était nullement question d'Amon. Le signe qui représentait la divinité Mout est proscrit, on ne peut donc plus écrire le mot "mère" de la même manière qu'avant. Les représentations des animaux sacrés d'Amon, telle l'oie, sont également martelées. De même le mot "netjerou", pluriel du mot "dieu" est lui aussi effacé, ce qui a été mis en avant par des historiens pour parler de "monothéisme". Akhenaton ordonne aussi la destruction des scènes de naissance divine comme celle d'Hatshepsout à Deir el-Bahari ou sur des scènes similaires de son père Amenhotep III à Louxor. Toutefois, les martelages et destructions touchent surtout la région de Thèbes, certaines régions échappent à ce fanatisme. L'élimination d'Amon n'était pas que religieuse, il s'agissait surtout d'une stratégie politique pour abaisser le clergé de Thèbes. Ainsi, Aton et Akhenaton étaient les seuls dieux et les seuls garants de l'ordre du monde : la maât. La figure d'Aton devenait indissociable de la figure royale (contrairement à ce qui se passait avant avec Amon). Religion et politique sont étroitement associées.
- Que deviennent les temples traditionnels sous Akhenaton? Certains temples de la religion traditionnelle sont fermés mais d'autres, comme Karnak, ne le sont pas complètement, une activité réduite demeure. Akhenaton aurait pu faire détruire ces temples, il ne l'a pas fait sans que l'on en connaisse les raisons. Certains temples, d'ailleurs, continuent à honorer comme avant leur dieu, exemple le culte de Thot à Hermopolis.
- Osiris ayant disparu, que se passe t-il après la mort? On a vu plus haut que le soleil ne parcourt plus le royaume des morts la nuit, quand le soleil disparaît le soir, c'est le chaos. Dans ce cas de figure, y a -t-il encore une résurrection des défunts après la mort? On continue à momifier les corps et à construire des tombes qui deviennent les véritables royaumes des morts puisque le royaume d'Osiris a disparu. Mais il n'y a aucune réponse précise connue au sujet du devenir des défunts. On pense que les défunts étaient "justifiés" par le pharaon lui-même, ils accédaient à la vie éternelle si le pharaon considérait qu'ils l'avaient servi fidèlement. Le pharaon devient donc le dispensateur de  la vie terrestre puis éternelle. Cependant on a retrouvé des chaouabtis dans la tombe d'Akhenaton, ces serviteurs funéraires appartiennent à une conception purement osirienne, comment expliquer cette contradiction?
- Akhenaton a-t-il vraiment créé le monothéisme?
Certains le pensent, d'autres pas.
On a pu rapprocher les hymnes à Aton et le psaume 104 de l'Ancien Testament. Certains en ont déduit (Freud par exemple) que Moïse aurait repris les idées d'Akhenaton. Et il est vrai que c'est Akhenaton qui commence à faire la distinction entre "vrai dieu unique" et faux dieux (les idoles). Mais cette distinction apportera l'intolérance et le fanatisme, ce que ne connaissait pas le polythéisme.
Dans la mesure ou les autres dieux existent encore et sont tolérés, il n'y a pas monothéisme. Il y aurait plutôt eu une séparation entre le culte officiel et les cultes populaires. Les anciens dieux étaient tolérés à condition qu'ils n'interfèrent pas dans la vie politique et qu'ils soient repensés dans une vision "atoniste", ils devaient concourir à adorer le couple royal. Le culte d'Amon ayant un but hautement politique a été impitoyablement pourchassé et interdit. Au départ Aton est composé d'une triade ce qui va à l'encontre du monothéisme, mais le christianisme nous a appris que la "trinité" était compatible avec le monothéisme.
- La fin du règne et la mort d'Akhenaton? Il semble qu'à la fin de son règne Akhenaton se soit rendu compte des problèmes causés par sa révolution religieuse, il n'avait que des filles (six) pour descendance  et il devait se douter que son successeur aurait beaucoup de mal à maintenir ses réformes. Certains doutent même que le roi ait cru à son monothéisme jusqu'au bout, d'autres pensent qu'il a pu être écarté du pouvoir réel les dernières années ou qu'une corégence se soit exercée avec Semenkhkarê (époux de sa fille Mérytaton?). Quoi qu'il en soit, quand Akhenaton meurt, la 17ème année de son règne, les prêtres ne trouvent rien de mieux qu'à procéder à un enterrement classique : le corps du roi défunt est momifié puis enterré à Tell el-Amarna dans la tombe qu'il s'était fait préparer. La momie d'Akhenaton a dû ensuite être rapatriée à Thèbes par Toutankhamon pour la protéger mais on en a perdu la trace, certains pensent que la mystérieuse momie de la tombe KV 55 est celle d'Akhenaton. Quant au sarcophage présumé d'Akhenaton retrouvé dans le tombe KV 55, la partie inférieure avait été volée. En 1981, on la retrouva dans une collection privée en Suisse. Le musée de Munich récupéra le sarcophage et le restaura. L'Allemagne a restitué en 2002 le sarcophage à l'Egypte, il est maintenant exposé au musée du Caire avec le couvercle. Toutefois, certains pensent que ce sarcophage n'est pas celui d'Akhenaton.
- Qui succède à Akhenaton? Cette question est loin d'être résolue.
Sémenkhkarê est le nom du pharaon qui succède officiellement à Akhenaton. Mais qui est ce Sémenkhkarê dont on a vraiment peu de traces? Plusieurs hypothèses ont été avancées :
- Sémenkhkarê serait l'époux de
Mérytaton, la fille aînée d'Akhenaton, il aurait même exercé une co-régence avec Akhenaton les dernières années du règne. Dans cette optique, il continue à régner après la mort d'Akhenaton.
- Mais beaucoup prétendent que c'est une femme pharaon qui a succédé à Akhenaton sous le nom de Ânkh(et)kheperourê
. Trois femmes proches d'Akhenaton ont pu être ce pharaon  : sa femme (Néfertiti), sa fille aînée (Merytaton), sa concubine (Kiya). Cette dernière peut être exclue car elle tombe en disgrâce avant la mort d'Akhenaton et disparaît d'Amarna en l'an 16 ou 17 (elle est peut-être repartie en Mitanni). Certains indices font penser que Néfertiti est morte avant son époux. Resterait donc Merytaton.
- Certains avancent que la femme pharaon qui succède à Akhenaton et Sémenkhkarê seraient la même personne.
- D'autres pensent qu'il y aurait eu d'abord une femme pharaon -
Ânkh(et)kheperourê - puis un homme (ce Sémenkhkarê bien mystérieux) qui aurait pu exercer le pouvoir quelques mois après la femme pharaon. Dans cette perspective, deux rois se seraient succédés entre Akhenaton et Toutankhamon.
A la mort de Sémenkhkarê (il - ou elle - aurait été assassiné), Toutankhaton âgé de 10 ans monte sur le trône, il ne reste fidèle que trois ans à Aton et à Amarna, puis fait le geste inverse de son père en changeant son nom en Toutankhamon. Après son retour à Thèbes, Toutankhamon rétablit le culte d'Amon et des anciens dieux, il fait apposer la Stèle de la restauration dans le temple de Karnak, elle raconte les ténèbres dans lesquelles l'Egypte était tombée par suite de l'abandon des cultes traditionnels. Après dix ans de règne, Toutankhamon meurt, il avait environ 20 ans. Aï, puis l'ancien général Horemheb lui succèdent, l'Egypte revient alors définitivement aux anciennes traditions.
Pour la fin de règne, il y a aussi d'autres scénarii possibles : lire aussi : ici.

Rappel de la chronologie officielle des pharaons de cette période :
Amenhotep III ; Aménophis III 1395 - 1359 (a pour épouse Tiyi)
Amenhotep IV puis Akhénaton ; Aménophis IV 1359 - 1342 (a pour épouses Néfertiti, ses filles
Mérytaton et Ankhesenpaton, Kiya)
Sémenkhkarê 1342 - 1340 (a pour épouse Mérytaton?)
Toutankhaton puis Toutankhamon 1340 - 1330 (a pour épouse
Ankhesenpaton)
Ay 1330 – 1325 (a pour épouse Tiy)
Horemheb 1325 - 1295 (a pour épouse
Moutnedjemet)

- Pourquoi la réforme religieuse d'Akhenaton a-t-elle échoué? La réforme religieuse a échoué pour plusieurs raisons :
. Il n'y a jamais eu d'adhésion populaire car la religion était trop abstraite et le dieu bien trop lointain, les fidèles étaient exclus totalement du culte, seul le couple royal pouvait communiquer avec Aton. Le peuple n'était pas prêts à un tel changement, il a continué à adorer en secret ses dieux traditionnels sans trop se soucier de ce qui se passait à la Cour royale.
. La nouvelle religion n'a concerné que les sphères de la cour royale et il se peut que même une grande partie de l'entourage du roi n'ait pas réellement adhéré au monothéisme. Certains ont pu sans doute s'en accommoder par intérêt personnel. Le roi réformateur manque d'appuis puissants pour imposer ses idées.
. La puissance du clergé de Thèbes était encore assez forte pour comploter contre le roi puis imposer un retour à l'ancienne religion le moment venu.
. On ne change pas en moins d'une vingtaine d'années des tradition millénaires.
. Akhenaton manqua
sûrement de pondération et de diplomatie dans sa manière d‘imposer une idéologie quelque peu révolutionnaire. Les martelages contre Amon ont dû choquer. Jusqu'ici, la religion ne connaissait pas l'intolérance.
.
La meilleure preuve de la non adhérence à la révolution religieuse amarnienne par la majorité des Egyptiens, c'est qu'Akhenaton une fois disparu, tous sont revenus à la religion traditionnelle très rapidement, personne n'a défendu la vision monothéiste. Bien plus, Akhenaton a été considéré comme un roi hérétique et rayé des listes de pharaons.
- Certaines idées religieuses développées par Akhenaton ont-elles perduré après sa mort?

Si la réforme d'Akhenaton est officiellement annulée sous Toutankhamon et les anciens dieux rétablis par la stèle du "Renouveau", l'épisode amarnien a laissé des traces dans les mentalités. Pendant la période ramesside, une réflexion sur le dieu unique demeure, on a tendance à le considérer comme une manifestation d'avant la création qui se divise en "millions" de divinités à la création. Chacune de ces divinités faisant partie de l'unique peut recevoir un culte. Certains commencent aussi à s'interroger sur la réalité dans la vie dans l'au-delà. L'importance du "Ba vivant", initié par l'atonisme, va se développer, les représentations d'oiseau-Bas à côté de la déesse du sycomore dans les tombes le prouvent. Mais aucun pharaon n'a voulu officiellement rendre grâce aux idées du pharaon hérétique qui est considéré comme un vrai criminel. D'ailleurs, toute la période amarnienne sera gommée de l'histoire officielle comme si cet épisode n'avait jamais existé. On attribuera à Horemheb 59 ans de règne, comme s'il avait succédé à Aménophis III Ainsi les trois pharaons qui ont régné après Akhenaton :
Sémenkhkarê, Toutankhamon, Ay disparaîtront de la mémoire collective, ce qui a peut-être permis à la tombe de Toutankhamon d'être oubliée et pas pillée totalement.
Une innovation architecturale religieuse survécut : Akhenaton, au lieu de construire son tombeau à axe tournant, il choisit un axe rectiligne qui devait permettre à la lumière de de se répandre jusqu'au fond de l'édifice.
- Que devient la ville de
Akhetaton après la mort d'Akhenaton? La ville est abandonnée par les pharaons suivants et systématiquement détruite, aucune trace du pharaon maudit ne doit demeurer. Les pierres serviront plus tard (notamment sous Ramsès II) à l'édification de nouveaux monuments. Maintenant, c'est le nom d'Akhenaton, considéré comme hérétique, qui est victime du martelage. En contrepartie, les noms effacés sous Akhenaton (en particulier le vocable "amon") sont parfois regravés.
On ne sait pas avec certitude à quelle époque ont eu lieu les martelages contre Akhenaton, soit sous les successeurs de Toutankhamon, soit sous les Ramessides pour affirmer leur légitimité. Séthi Ier et Ramsès II auraient procédé à des destructions car ils auraient voulu reprendre certaines idées d'Akhenaton sans être taxés d'hérésie amarnienne.
- Akhenaton fut-il un bon pharaon au niveau politique? Quand
Akhenaton monte sur le trône, l'Egypte est toute puissante, à sa mort ce n'est plus le cas, le roi, tout occupé à ses réformes religieuses et artistiques a totalement délaissé la politique extérieure, les armées n'interviennent plus en-dehors des frontières. C'est pour cette raison qu'on parle parfois de "roi pacifique". La correspondance diplomatique trouvée à Tell el-Amarna montre à quel point les vassaux asiatiques de pharaon s’étaient libérés des servitudes respectées depuis les conquêtes du grand Thoutmosis III. Révoltes, intrigues, alliances avec les ennemis de l’Empire ont raison des derniers vassaux fidèles de l’Égypte, les tributs ne sont plus versés. Mais le palais ne réagit pas et l’on peut soupçonner que le ministre des Affaires étrangères de pharaon complote peut-être avec le clergé thébain et le général Horemheb, qui prépare la chute de la famille hérétique. Sous le règne d'Akhenaton, l'Egypte s'est donc véritablement affaiblie.
Ce qui s'est passé en politique extérieure :
. Le royaume hittite retrouve son dynamisme, il s'empare du Mitanni (allié de l'Egypte), contrôle la Syrie du nord et la ville de Qadesh.
. Après de multiples appels au secours des alliés de l'Egypte, Akhenaton envoie une armée contre Qadesh mais échoue
. En réaction contre cette attaque de Qadesh, les Hittites dévastent la vallée de l'Amqi (cette localisation reste encore incertaine) et envoient des troupes contre la région du Nukhashshé, territoire fidèle à l'Egypte. Les rois d'Amourrou et de Qadesh profitent des offensives hittites pour attaquer des cités alliées aux Egyptiens. Il s'en suit une déstabilisation de l'Empire égyptien au Proche-Orient.

- Peut-on parler de révolution pour l'art amarnien? suite

LE PHARAON

AKHENATON (Aménophis IV)   Page 2/17


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact