Evolution des hiéroglyphes
LES HIEROGLYPHES                        Langues et écritures égyptiennes : évolution
Page réalisée par Jean-Louis Prady


L’EGYPTIEN ANCIEN DANS LA CLASSIFICATION DES LANGUES
Dans la classification classique la langue égyptienne ancienne appartient au groupe chamito-sémitique issu d’une « langue ancêtre »  commune. Ce groupe est divisé en trois : l’égyptien ; le sémitique (arabe, hébreu, araméen, phénicien, akkadien) ; le chamitique qui est lui-même subdivisé en lybico-berbère (langues à l’ouest de l’Egypte : berbère, touareg) et en couchite (langues d’Afrique orientale : bedja, somali, galla, saho et afar, agaw, sidama).
Cette classification est aujourd’hui fortement remise en cause. Le chamitique manquant d’homogénéité, le lybico-berbère est maintenant généralement rattaché au sémitique.

L’EVOLUTION DE LA LANGUE ET DE L’ECRITURE
La langue
L’égyptien est une langue dont la syntaxe a évolué. Il a connu cinq états successifs répartis en deux groupes d’affinité syntaxique.
Le premier groupe
Il comprend l’ancien-égyptien (de la période pré-dynastique à la fin de l’Ancien Empire soit de 3 100 à 2 200) et le moyen-égyptien (de la Première Période Intermédiaire au tout début de la Deuxième Période Intermédiaire soit de 2 200 à 1 700).
Le moyen égyptien est considéré comme l’égyptien classique, c’est en effet lui qui a produit les grands textes littéraires.
Le second groupe
Il est composé du néo-égyptien (d’une grande partie de la Deuxième Période Intermédiaire à la quasi totalité de la Troisième Période Intermédiaire soit de 1 700 à 700), du démotique (de la fin de la Troisième Période Intermédiaire au IVe siècle ap. J.-C. soit de 700 av. J.-C. à 400 ap. J.-C.) et du copte (de 400 à 1 400, l’arabe commence néanmoins à le supplanter à partir de la seconde moitié du VIIe siècle, il est encore employé de nos jours comme langue liturgique par les chrétiens d’Egypte).
L’écriture
L’écriture sert à noter ces états successifs de la langue au moyen de trois systèmes pouvant coexister au cours d’un même état de la langue.
Le hiéroglyphique
Etymologie : du grec « iérogluphikos » (iéros : sacré, divin ; gluphô : tailler, sculpter, graver, ciseler), « hiéroglyphicus » en latin.
Définition : système utilisant les hiéroglyphes comme signes d’écriture, c'est-à-dire des images de choses réelles.
Période d’utilisation : de l’époque pré-dynastique au IVe siècle av. J.-C. (3 200 - 400).
Support : écriture gravée ou peinte sur les parois des monuments ou sur les œuvres en ronde-bosse et en bas-relief. A partir de l’époque grecque (332) il ne concerne plus que les textes sacrés gravés sur les parois des temples.
Dernière inscription hiéroglyphique : gravée à Philae et datée du 24 août 394.
A noter : il existe un hiéroglyphique cursif pour lequel les signes sont légèrement simplifiés et qui est utilisé pour textes religieux sur bois ou papyrus.
Le hiératique
Etymologie : du grec « iératikos » (iéros : sacré, divin), « hiératicus » en latin.
Définition : les signes hiéroglyphiques sont simplifiés sous une forme cursive. Avec un peu de pratique ils sont aisément identifiables.
Période d’utilisation : de la période pré-dynastique à la fin de l’époque romaine (3 200 - 350 ap. J.-C.)
Support : les papyrus, les ostraca (éclats de pierre ou de poterie). A partir de la XXIe dynastie (vers 1 070) Le hiératique est progressivement réservé aux textes religieux sur papyrus.
Le démotique
Etymologie : du grec « dêmotikos » (dêmos : peuple), « démoticus » en latin.
Définition : extrême simplification du hiératique à tel point que les signes ne sont plus identifiables.
Période d’utilisation : d’une partie de la Troisième Période Intermédiaire à l’époque romaine (700 av. J.-C. - 450 ap. J.-C.)
Dernière inscription démotique : gravée par un païen à Philae en 452 ap. J.-C.
Le copte
Etymologie : du grec « aiguptios » (égyptien).
Définition : ultime transformation de l’égyptien utilisant l’alphabet grec augmenté de sept signes démotiques servant à noter des phonèmes inconnus du grec.
Période d’utilisation : apparaissant peu avant le christianisme (donc avant le copte parlé) il se généralise entre le IIe et le IIIe siècle.
Utilisé jusqu’en 1 400 il est néanmoins progressivement supplanté par l’arabe à partir de la seconde moitié du VIIe siècle.

LES HIEROGLYPHES            Langues et écritures égyptiennes
Page réalisée par Jean-Louis Prady


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact