àà===========

Burdigala (Musée d'Aquitaine)

Présentation

Préhistoire

L'or - la monnaie

Le bronze

Le bois

La céramique

Le verre

La pierre : les stèles

La pierre : statues et autels

Les mosaïques

 Présentation

 

     Le musée d’Aquitaine est célèbre par la richesse de ses collections préhistoriques et gallo-romaines issues de plusieurs musées et dépôts qui se sont succédés depuis le XVIIIème siècle. Elles ont été réunies en 1960 dans les locaux de l’ancienne faculté des Lettres et des Sciences. Ce musée a pris le nom de "musée d'Aquitaine" car il est la mémoire des cinq départements qui composent l'Aquitaine actuelle.
     La romanisation commence vers 16-14 av JC, quand
Auguste crée une nouvelle circonscription administrative qui s'étend des Pyrénées à la Loire : l'Aquitaine. A ce moment, c'est Saintes, chef-lieu des Santons, qui joue le rôle de capitale de la province Aquitaine, Burdigala (Bordeaux) n'est alors qu'une des soixante cités des Trois Gaules. Mais, Burdigala , petite cité des Bituriges Vivisques, devient la capitale de la province romaine d'Aquitaine seconde à partir du IIIème siècle ap JC, à ce titre elle occupe une place privilégiée dans la période gallo-romaine. Musée d'Aquitaine
L'autel des "Bituriges Vivisques"
Cet autel est l'un des vestiges les plus importants de Bordeaux. Son inscription est précieuse car elle mentionne (ce qui est rare) le peuple des Bituriges Vivisques qui seraient à l'origine de la fondation de Bordeaux : AUGUSTO SACRUM ET GENIO CIVITATIS BIT. VIV. ("consacré à Auguste et au génie de la cité des Bituriges"). L'autel est en marbre et finement décoré de moulures et volutes terminées par des macarons. Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Monument à la Tutelle Auguste
Ce piédestal en marbre est également un monument de type public, il supportait la statue (disparue) de la Tutelle, divinité protectrice de la ville. Il a été offert par Carius Octavius Vitalis, citoyen romain sans doute de fraîche date, pour honorer le culte municipal. L'emplacement du monument a été fixé par décret des décurions sur un terrain municipal. Ce monument est un témoignage de l'intégration rapide des élites locales à la citoyenneté romaine.


Rempart reconstitué
 



Les dendrophores

Beaucoup des vestiges proviennent du soubassement du rempart gallo-romain, les blocs sculptés ayant été utilisés en pierre de remploi. Dans le musée, nous pouvons voir une reconstitution de ce rempart. Cette muraille impressionnante a dû être construite à la fin du IIIème siècle ou au début du IVème siècle, sans doute pour se protéger de l'insécurité. Ausone décrit ce rempart : "l'enceinte carrée de ses murs élève si haut des tours superbes, que leurs sommets aériens percent les nues". Le soubassement du mur était composé de gros blocs de pierres non sculptés sur des fondations profondes de 6 mètres et épaisses de 4 à 5 mètres. Au-dessus, se situaient des rangées de moellons (petit appareil) bien équarris en alternance de trois rangées de briques (construction typique des remparts gallo-romains). Mais une portion de ce rempart, la partie ouest, était construite sur pilotis.
Le bas-relief qui se trouve au pied du mur reconstitué représente la corporation des dendrophores : les marchands de bois de construction. Nus pieds, vêtus de l'exomis (habit des travailleurs), ils transportent un tronc, à l'aide de cordages.
On ne sait de quel monument provient ce bas-relief qui représente une course de chars (biges). Le vainqueur brandit, à la barbe du second, la couronne de la main droite et la palme de la main gauche. Il a passé ses rênes autour du torse comme le veut la coutume dans le tour du triomphe.


Chapiteau d'un monument inconnu

 
Scène de vente

Burdigala (Musée d'Aquitaine)

Présentation

Préhistoire

L'or - la monnaie

Le bronze

Le bois

La céramique

Le verre

La pierre : les stèles

La pierre : statues et autels

Les mosaïques

 

 


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact