àà===========

Argentomagus

La préhistoire

Les dieux

La nécropole

La sculpture

Les monuments 

La vie quotidienne :

Ecriture-monnaie

Bijoux-Ex-votos

La maison

Céramique-verrerie

Le chauffage

Les dieux à l'époque gallo-romaine.

Cliquez sur toutes les photos pour les agrandir.  
     L'oppidum d'Argentomagus a livré de nombreux dieux qui permettent de constater qu'à l'époque gallo-romaine, les Gaulois gardent encore de fortes attaches envers les dieux ancestraux.
Les dieux indigènes :
     - Les déesses-mères sont une caractéristique de la religion traditionnelle : ici, elles sont de deux types, soit en pierre, assises dans un fauteuil et tenant une corne d'abondance pleine de fruits (déesses de la fécondité), soit en terre cuite, assises dans un fauteuil d'osier et allaitant leurs bébés au sein (déesses nourricières, protectrices des enfants). C
es figurines en argile témoignent d'un culte domestique typiquement gaulois, encore largement répandu à l'époque gallo-romaine. La déesse-mère nue (comme Vénus) protège avec son manteau ses cinq enfants d'âges différents, il y a là, peut-être, une assimilation entre Vénus et les déesses-mères.
Voir le savoir plus sur les déesses-mères


Déesse-mère, nue, debout, avec ses cinq enfants (terre blanche, h: 26cm)


Déesse-mère assise, allaitant ses deux enfants


Déesse-mère allaitant deux enfants (terre cuite blanche, h: 15.7 cm)


Déesse-mère assise, tenant une corne d'abondance (calcaire h : 42 cm)

     - Les personnages assis en tailleur  sont souvent des dieux ou des guerriers héroïsés, ils sont une autre caractéristique de la religion celte, le musée d'Argentomagus est riche de sept de ces personnages, ce qui prouve que la religion indigène était encore largement pratiquée à l'époque gallo-romaine.
     Le petit personnage, à gauche, (h: 17.5 cm) porte un torque au cou et des anneaux aux bras, il a été trouvé dans l'un des temples et date du Ier siècle. La troisième statue porte un fragment d'inscription : AVG-E. Ces dieux tenaient dans la main une bourse dont ils répandaient le contenu, ils pouvaient aussi être couronnés d'une ramure de cerf, symbole de puissance et de renouveau (voir le chaudron de Gundestrup et le trésor de Neuvy-en-Sullias).

Cliquer sur toutes les photos pour les agrandir et passer la souris pour les identifier

- Jupiter à l'anguipède
Le
Jupiter à l'anguipède (monstre à jambes de serpent) d'Argentomagus, à la différence de celui de Vienne-en-Val, n'est pas sur son cheval cabré piétinant le monstre, il est ici debout, nu, posant sa main gauche sur la tête du monstre (l'anguipède). Bien que ce dieu prenne l'appellation romaine de "Jupiter", il n'a pas son équivalent dans le panthéon gréco-romain et mérite d'être classé dans les dieux typiquement gaulois. Grès, 67,5 cm.
Voir le Jupiter à l'anguipède d'Avaricum

- Sucellus
Sucellus,le dieu au maillet, est un dieu typiquement gaulois, il est r
eprésenté ici sous les traits d'un homme chevelu et barbu, vêtu à la gauloise d'une tunique, de braies et d'un grand manteau tombant, il tient un vase dans la main droite. Le maillet qu'il brandissait de la main gauche a disparu.
Les dieux gallo-romains :
Les Gaulois, après la conquête romaine, ont subi l'influence de la religion gréco-romaine, ils adorent alors des dieux sous leur appellation romaine, ils les représentent aussi avec les attributs des dieux romains, mais, sous cet habillage classique, se cachent sans aucun doute les anciens dieux celtes.


Mercure

Selon César, Mercure est le dieu le plus adoré par les Gaulois, les fouilles d'Argentomagus confirment ce fait, pas moins de huit figurations et trois inscriptions ont été trouvées et on pense même que tout le sanctuaire pouvait lui être dédié. La statuette en bronze ci contre est considérée comme l'une des statuettes de Mercure les plus remarquables découvertes en Gaule. Le dieu est nu, jeune, assis sur un rocher, coiffé du chapeau des voyageurs avec ses ailes, le pétase. On a retrouvé aussi deux petits bronzes qui sont associés à Mercure, l'aigle et le bouc, plus deux fibules représentant une tortue, trois animaux favoris de Mercure (manquent le coq et le bélier).
Voir le Mercure d'Orléans (terre cuite blanche)




Les animaux associés à Mercure

MERCURE   
Mercure

Un autre Mercure : nu, il tient d'une main le caducée et de l'autre une bourse. Il est coiffé de son bonnet à ailerons, le pétase. Mercure est le dieu des voyageurs et des commerçants, il est l'inventeur de tous les arts et aide à faire fortune.

MERCURE
Minerve

Minerve était très présente à Argentomagus, on a retrouvé un fragment de statue, haute de 2 mètres. On a aussi retrouvé une inscription incomplète dans la fontaine (Aux génies des Augustes et à Minerve...) et plusieurs figurines en terre blanche la représentant armée de sa lance et de son bouclier.
Voir la Minerve de Vaison-la-Romaine.

JUPITER
Hercule

Hercule, nu, brandit sa massue. Il tient dans la main gauche la dépouille du lion de Némée.

MINERVE
Buste de Minerve

MINERVE
Vénus  (voir la page savoir plus)

HERCULE
Jupiter

 

Jupiter, nu, chevelu et barbu, il devait tenir dans la main droite le foudre. Sa tête est couronnée de feuilles de chêne.

APOLLON ou MARS

Apollon ou Mars. Cette tête est de facture nettement celtique : arcades sourcilières développées, front bas, cheveux bouclés

On a retrouvé à Argentomagus d'innombrables statuettes en terre blanche représentant Vénus ce qui atteste la popularité de cette déesse dans le culte domestique gaulois où elle personnifie les forces créatrices de la nature. A ce titre, elle se confond avec les déesses-mères. Ci-dessus, elle est représentée nue, sortant du bain, la main droite dans les cheveux, la gauche tenant une draperie.

En savoir plus sur les Vénus gauloises

 

Le culte impérial :

Cette inscription dédiée à un membre de la famille impériale par Diphilus et Fro (des affranchis) permet de dire que le culte impérial était célébré à Argentomagus
     Une autre inscription, complète, atteste la coexistence des deux cultes, elle est dédiée à la fois à Auguste (culte impérial) et à Mercure Heureux (culte indigène à cause de l'appellation "heureux", assez rare).
"NVMINIBVS AVG (VSTORVM DVORVM) ET DEO MERCVRIO FELICI"
: "Aux génies des Augustes et au dieu Mercure Heureux, Quintus Sergius Macrinus a fait don d'un temple sur sa fortune personnelle. Il s'est acquitté de son voeu de bon gré et à juste titre".

Les cultes orientaux:

    Cette belle tête de Hélios-Serapis montre la pénétration des cultes orientaux en Gaule. Le dieu Sérapis est un dieu égyptien institué sous Ptolémée Ier (IIIème siècle av JC). Ce dieu se répandit dans tout l'occident, on en connaît une quarantaine de figurations en Gaule. Mais son assimilation avec Hélios, le dieu grec solaire, est beaucoup plus rare.
    Sur la chevelure abondante du dieu se trouve le calathos, corbeille sacrée, symbole d'abondance et de fertilité. Autour, on peut encore voir les neuf trous aménagés sur la tête pour l'implantation des rayons solaires métalliques. Calcaire, IIIème siècle, inspiration hellénistique.


     Cette inscription latine : "(M) ATR (I) DEVM... (SAC)ERDOS ARAE" ("A la Mère des dieux... le prêtre de l'autel") montre que le culte de Cybèle était également présent à Argentomagus. La dédicace fut faite par un grand prêtre du sanctuaire fédéral de Rome et d'Auguste, à Lyon, où chaque année les délégués des Trois Gaules se réunissaient pour célébrer le culte impérial.

Cliquer sur toutes les photos pour les agrandir et passer la souris pour les identifier

  Les dieux à l'époque gallo-romaine

Argentomagus

La préhistoire

Les dieux

La nécropole

La sculpture

Les monuments 

La vie quotidienne:

Ecriture-monnaie

Bijoux-Ex-votos

La maison

Céramique-verrerie

Le chauffage


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact