CDROMS   ET  CRÉATIONS  MULTIMEDIAS

JF Bradu, Collège public Jeanne d'Arc Orléans  mail

Attention : cet article est ancien (année 2000). Depuis, les conditions ont changé, les prix notamment ont fortement baissé (plus le passage à l'euro) et la suite logicielle OpenOffice gratuite (http://www.pcastuces.com/logitheque/openoffice.ht) remplace avantageusement le pack office microsoft coûteux. Donc, article à resituer dans son contexte historique.

Plan :
I). Qu'est-ce qu'un cédérom?
II). Les obstacles
III). Les différentes utilisations possibles
IV). Marche à suivre pour extraire des informations de différents types de cdrom afin de les réutiliser dans une composition personnalisée de l’élève.
V). Créer un document multimédia dans word97.0 (office 97 ou +)
VI). Travailler dans word au format html
VII). Faire un diaporma avec powerpoint (office 2000)

I). Qu'est-ce qu'un cédérom?

Le cédérom est un support électronique de grande capacité (650 MO = 650 millions d’octets), il a remplacé la disquette (1.4 MO) et commence déjà à disparaître au profit du DVDROM ( jusqu’à 17 GO = 17 milliards d’octets).
CDROM : compact disc read only memory - DVDROM : digital versatile …
L’avantage du cédérom est donc avant tout de stocker une multitude d’informations sur un support peu volumineux (l’Encyclopédie Universalis tient sur un cédérom). Son autre avantage par rapport au livre est de stocker de l’information multimédia : texte, image, son, vidéo.

Malgré tous ces avantages, même si le cédérom est familier à tous, il est encore peu utilisé de manière rationnelle dans nos classes. Pourquoi?

II). Les obstacles

Les problèmes matériels sont déjà un obstacle. Le cédérom a besoin d’ordinateurs assez puissants et qui possèdent un lecteur de cédérom, ce qui n’est pas toujours le cas dans l’Education Nationale. Si un exemplaire cédérom n’est pas très coûteux à l’achat, cela devient vite prohibitif pour 20 postes, à moins d’être équipé d’une tour multilecteur sur le réseau (plus de 15000F pour 7 lecteurs) et d’y ajouter un boîtier de partage (5000F environ) en utilisant des cédéroms partageables. A ces problèmes matériels et financiers s’ajoutent les tracasseries d’installation et d’utilisation. Le cédérom n’est pas un produit totalement standard, l’installation peut poser problème : peu de cédéroms fonctionnent en autonomie, il faut le plus souvent installer sur le disque dur de chaque station de travail des fichiers qui se regroupent dans un répertoire identifiable mais aussi fréquemment dans le répertoire windows/system , fichiers (souvent dll) difficilement repérables et qui vont vite encombrer le disque dur, même si vous procédez à une désinstallation du produit (quand elle est prévue par le concepteur du cédérom). A cela, il faut ajouter les problèmes de résolution d’écran, de couleur (certains ne fonctionnent qu’en 256 couleurs, ce qui nécessite à chaque utilisation du cédérom de reconfigurer la carte graphique si vous avez l’habitude de travailler en 32 millions de couleurs, sans compter les différentes versions de quicktime ou de direct X qui s’accumulent sur votre ordinateur.

Ces " petits " problèmes financiers et matériels résolus, comment tirer profit dans nos classes de cette masse d’informations que les cédéroms mettent à notre disposition ? En effet, la plupart des cdroms sont des produits " grand public " et ils ne sont pas conçus pour une utilisation pédagogique toute prête.

Pour notre part, nous voyons plusieurs utilisations possibles du cédérom en classe.

III). Les différentes utilisations possibles

L’utilisation la plus simple est sans doute l’utilisation exclusive par le professeur. La salle de classe doit être équipée d’un ordinateur avec lecteur de cédérom couplé à une table de rétroprojection * (coûteuse : 10000F environ). Le professeur utilise donc cet outil comme un projecteur de diapositives, à la différence qu’il peut y ajouter le texte le son et les images animées. Cette utilisation est certes intéressante, mais il faut une salle obscurcie et la définition de l’image n’est pas excellente. De plus, l’acteur est le professeur seul, les élèves étant de simples récepteurs. ( * on peut aussi utiliser un écran télé). Le vidéoprojecteur donne de biens meilleurs résultats que le rétroprojecteur mais il est encore plus coûteux (de 20000 à 50000F).

La deuxième utilisation demande une salle spécialisée d’ordinateurs en réseau, équipés totalement multimédia : lecteurs de cd, cartes son, micros, casques audio … Ici, les élèves vont pouvoir accomplir un travail autonome préparé par le professeur en utilisant un cédérom spécifique  (ils devront répondre à un questionnaire, sur papier ou sur un écran de contrôle, traitant d’un sujet précis, ou d'un thème). L’avantage dans cette utilisation, c’est que l’élève devient acteur et travaille à son propre rythme (pédagogie différenciée) ; en fait, le cédérom remplace ici avantageusement le livre et forme nos élèves aux nouvelles technologies.

La troisième utilisation demande le même matériel que l’utilisation précédente mais va plus loin dans le sens où l’élève doit créer un document multimédia en s’aidant de sources diverses, notamment de cédéroms. Dans cette situation, on peut imaginer que tous les élèves n’ont pas à produire le même travail, ils doivent disposer d’un fonds de CD pour le mener à bien. Les rapports de stage, les exposés, les comptes rendus de sortie ou de voyages, les biographies et même les devoirs d’élèves peuvent être avantageusement présentés sur support informatique, dans des logiciels (word, powerpoint…).

IV). Marche à suivre pour extraire des informations de différents types de cdrom afin de les réutiliser dans une composition personnalisée de l’élève.

Prenons l’exemple d’un travail à effectuer sur le thème de la seconde guerre mondiale (à déterminer par le professeur) : présentation des grands acteurs…

1er exemple : une encyclopédie. (cas d’un cdrom qui possède une fonction d’exportation du texte et de l’image)

L’encyclopédie Universalis est, à notre avis, le meilleur produit actuellement

Toutefois, nous présenterons ici " l’encyclopédie Encarta 98 ", complètement multimédia, et qui est sans doute la plus connue par nos élèves, elle a aussi les avantages de l’actualisation via internet et surtout de posséder des fonctions d’impression et de copie pour tous les textes et toutes les images.

Démarches à suivre pour copier du texte et de l’image :

- Lancer le cdrom, choisir " articles de l’encyclopédie ", faire une recherche en tapant par exemple " Gaulle " pour accéder aux documents concernant Charles de Gaulle.

Sélectionner en noir un passage qui nous intéresse dans l’un des articles proposés, ex dans " l’homme du 18 juin " , activer " options " dans le menu, puis " copier ", puis " sélection ".

Sans quitter encarta, lancer le traitement de textes word : FICHIER – COLLER

Revenir dans Encarta sans quitter word et procéder de la même manière pour copier une image, par exemple celle de " Charles de Gaulle ", la copier après l’avoir agrandie.
Mais Encarta ne prévoit pas la copie des sons (.midi) et des vidéos (.avi).

Il y a quand même possibilité de le faire en allant chercher sur le cdrom lui-même.

Démarches à suivre pour copier des vidéos et du son :

Avec explorer activer le lecteur de cdrom, (D ou E …) puis ouvrir le répertoire " encyc98 ", puis "mm", puis " avi ", sélectionner le fichier " T065540A.AVI ", le copier, puis le coller sur le disque dur dans le répertoire où les documents sont sauvegardés. Retourner dans sa page word, puis FICHIER – COLLER.

L’image de l’arc de triomphe apparaît sur la page, double cliquer dessus pour faire démarrer l’animation vidéo.

On peut procéder de la même façon pour les fichiers son (qui se trouvent dans le répertoire " midi ")

2ème exemple : un cdrom thématique qui ne permet aucune exportation

Le cdrom " Seconde guerre mondiale * ", sous la direction historique de Marc Ferro (CD inspiré de l’émission Histoire parallèle) possède un éditeur personnel intéressant qui permet de composer un scénario avec les documents contenus dans le cdrom, on peut aussi lui ajouter son propre texte, mais on ne peut pas réutiliser ces documents dans un autre logiciel, word par exemple où nous avons commencé notre composition.

* Dans cette même collection (Montparnasse Multimédia) on trouve deux autres titres intéressants : " histoires du Ghetto de Varsovie " et " La Résistance ".

Démarches à suivre pour copier du texte et de l’image sans fonction d’exportation

Démarche à suivre avec Paint Shop Pro 4.10 :

  1. ouvrir le logiciel Paint Shop Pro
  2. cliquer dans la barre de menu sur " Capture ", puis sur " paramétrer "
  3. dans la boîte de dialogue, dans la colonne " capture " choisir son mode, ex : " zone "
    dans la colonne " activer la capture ", cocher " raccourci " F11
  4. Cliquer sur l’onglet " capturer ! " , ou faire dans le menu : " capture ", puis " démarrer ", PSP se ferme automatiquement.
  5. Lancer le cédérom et se positionner sur l’écran à capturer (image ou texte, ou les deux)
    ex : on peut, ici, aller chercher une photo d’Hitler : RECHERCHER – BIOGRAPHIES – HITLER – VOIR
  6. Appuyer sur la touche " F11 " pour démarrer la capture d’écran.
  7. Délimiter avec la souris la ou les zones à capturer. (clic gauche de la souris à l’endroit de départ de la capture – délimiter la zone à capturer avec la souris clic relâché – cliquer à nouveau pour mémoriser la zone copiée).
  8. Le logiciel Paint Shop Pro s’ouvre automatiquement (si la capture n’est pas multiple) en affichant la copie effectuée.
  9. Traiter éventuellement l’image ou le texte (par exemple si le texte est sur un fond coloré, le remplacer par du blanc)
  10. Enregistrer son document sur le disque dur pour pouvoir le réutiliser dans un logiciel ou faire directement un COPIER – COLLER dans word.

PS : Corel draw possède aussi un module de capture : " Corel Capture ".

On peut aussi comme dans la 1ère présentation aller chercher sur le cdrom lui-même les documents mais il faut beaucoup de temps pour retrouver celui que l’on recherche (car les fichiers sont codés).

3ème exemple : un cdrom ludique à caractère pédagogique 

" opération Teddy Bear ".L’originalité de ce cdrom réside dans le fait qu’il est construit, pour une partie, sous la forme d’une bande dessinée multimédia interactive. L’élève peut choisir plusieurs parcours :

Aucune fonction d’exportation n’est prévue et il n’est pas possible d’aller chercher les documents sur le cdrom car les fichiers ne peuvent être ouverts que par le CD, il faut donc se contenter de copies d’écran, mais le résultat n’est pas extraordinaire avec les images car elles sont dégradées après la copie (le CD ne fonctionne qu’en mode 256 couleurs). Ce cdrom convient donc mal à l’utilisation que nous nous étions assignée, mais il peut quand même permettre des copies d’écran de texte et surtout sensibiliser des élèves peu réceptifs à l’histoire sous sa forme traditionnelle. La consultation libre au CDI semble une bonne solution.

Ex de copie de texte sous un format image :

Démarrer la capture dans PSP, lancer le cdrom Teddy Bear, au menu, choisir : HOMMES ET FAITS DE GUERRE – PETAIN ET LA REVOLUTION NATIONALE – FAITS ET HOMMES DE GUERRE, capturer la zone texte comme décrit précédemment.
Quand toute la recherche documentaire sur les cédéroms est terminée, il faut reprendre ces documents et les organiser dans une véritable présentation multimédia. On peut utiliser les logiciels word ou powerpoint de " office 97 " (890F pour les enseignants).

ATTENTION : l’usage des documents issus d’un CDROM, sauf avis contraire de l’éditeur, doit se limiter à une utilisation privée.

Quelques conseils pour créer un document multimédia à l’aide de ces deux logiciels.

V). CRÉER UN DOCUMENT MULTIMEDIA DANS WORD7.0 (office 97 ou +)

Lancer le logiciel Word. Donner un nom à son document : FICHIER - ENREGISTRER SOUS : ………

1. Insérer du texte

Si le fichier est déjà un fichier texte, cela ne pose pas problème : FICHIER – OUVRIR et aller chercher le fichier dans le répertoire où il a été sauvegardé.
Si le texte a été sauvegardé en fichier image (cas d’une copie d’écran), il faut procéder comme expliqué ci-dessous au 2.

2. Insérer une image ou une photo

Passer en mode page : AFFICHAGE - PAGE
INSERTION – IMAGE – A PARTIR DU FICHIER – ouvrir le fichier de l’image ou de la photo désirée.

3. Créer un lien hypertexte sur un mot du document.

  1. Le lien renvoie à un autre fichier texte : sélectionner (en noir) avec la souris un mot du texte : INSERTION – LIEN HYPERTEXTE – PARCOURIR – choisir le fichier concerné - OK . le mot hypertexte se met en bleu et est alors souligné. Cliquer avec la souris sur ce mot pour vérifier le lien. (pour revenir à son document : cliquer sur la flèche bleue en haut à gauche, sur la barre d’outils " web " ou : FENETRE : sélectionner le doc).
  2. Le lien renvoie à un fichier image ou photo : procéder de la même façon que précédemment, mais choisir une photo ou une image en rapport avec le mot sélectionné.
  3. Le lien renvoie à un fichier son : sélectionner (en noir) avec la souris un mot du texte : INSERTION – LIEN HYPERTEXTE – PARCOURIR : choisir un fichier wave.

4. Ajouter un fond musical (midi) ou un commentaire (wave) qui se déclenche en activant une icône.
- soit : INSERTION – OBJET – SEQUENCE MIDI – DISSOCIER DU TEXTE - OK : double cliquer sur l’icône qui vient d’apparaître : INSERER LE CLIP – SEQUENCE MIDI : choisir le fichier son (dans windows/media ou dans le répertoire où les sons sont sauvegardés) OUVRIR - Double cliquer sur l’icône pour faire démarrer le fond sonore.
- soit : INSERTION – OBJET – SEQUENCE MIDI – AFFICHER SOUS FORME D’ICÔNE – OK – PERIPHERIQUE – SEQUENCE MIDI : choisir un fichier midi – OUVRIR –FICHIER – METTRE A JOUR LE FICHIER – FICHIER – QUITTER ET RETOURNER A … Double cliquer sur l’icône pour faire démarrer le fond sonore.
- On peut aussi insérer de la même manière un objet " son wave " : INSERTION – OBJET – son wave … (on enregistre alors son texte au micro en utilisant le magnétophone).
Quand le document est terminé on l’enregistre au format word.

VI). TRAVAILLER DANS WORD AU FORMAT HTML

Le fichier que l’on vient d’enregistrer au format word (doc) peut être transformé au format " html " pour pouvoir être repris dans un navigateur internet (explorer ou netscape*): FICHIER – ENREGISTRER AU FORMAT HTML … mais on peut l’ouvrir aussi à nouveau dans word et le retravailler directement dans ce format html.( * les sons "midi" ne sont pas conservés dans netscape3).

Les avantages du fichier " html " :

P.S : les mots écrits en MAJUSCULES sont les commandes à activer sur les différentes barres d’outils.

** Pour changer le logiciel d'ouverture par défaut (ex : images JPEG par exemple) : lancer l'explorateur : AFFICHAGE - OPTION DES DOSSIERS - TYPES DE FICHIERS - sélectionner le type d'image (ici : IMAGE JPEG) - MODIFIER - double cliquer sur OPEN - PARCOURIR - sélectionner le fichier d'exécution du logiciel désiré (ex : psp.exe pour paint shop pro) - FERMER (ne pas cliquer sur "par défaut").

VII). FAIRE UN DIAPORAMA AVEC POWERPOINT (office 2000)

Les mots écrits en MAJUSCULES sont les commandes à activer sur les différentes barres d’outils.
Lancer le logiciel : cocher « nouvelle Présentation » dans la boîte de dialogue qui s’ouvre – OK
Sélectionner une diapositive : vide - OK

1. Insérer des images
INSERTION – IMAGE – A PARTIR DU FICHIER - aller chercher l’image (éventuellement gif animé) à l’endroit où elle se trouve (disque dur, disquette, cdrom…) – INSERER

2. Insérer du texte
Mettre le titre de la diapositive : INSERTION – ZONE DE TEXTE : dessiner la zone de texte avec la souris et la positionner à l’endroit voulu puis écrire au clavier dans la zone de texte.
On peut aussi insérer du texte à partir d’un fichier texte (word par exemple) ou à partir d’une page internet (par la fonction copier – coller)
Ajouter éventuellement un commentaire dans la zone réservée à cet effet (en bas de la diapositive). Le commentaire n’apparaîtra pas dans le diaporama. Ne pas confondre avec : INSERTION - COMMENTAIRE

3. Insérer du son ou une vidéo
Enregistrer un commentaire avec un micro : (le commentaire se déclenchera automatiquement au début du diaporama)

1ère solution : : INSERTION – FILMS ET SONS – ENREGISTRER UN SON : le magnétophone de powerpoint s’ouvre, donner un nom à votre fichier son (ex : son1). Déclencher le magnétophone et parler au micro. Arrêter le magnétophone et cliquer sur OK, une icône HP est placée au centre de la  la diapo (mais vous pouvez la déplacer), le son sera activé en cliquant avec la souris sur cette icône.

2ème solution : Activer le magnétophone de windows (ou celui de la carte son) : DEMARRER – PROGRAMMES - ACCESSOIRES - DIVERTISSEMENT – MAGNETOPHONE : enregistrer son texte avec le micro après démarrage du magnétophone, puis enregistrer le fichier son en repérant bien l’emplacement : FICHIER – ENREGISTRER SOUS : donner un nom au fichier son (ex : son2.wav).
Insérer le son dans sa diapositive : retourner dans sa présentation powerpoint : INSERTION – FILMS ET SONS – A PARTIR D’UN FICHIER SON : choisir le fichier son préalablement enregistré (son2.wav).
Une boîte de dialogue s’ouvre et demande si le son doit être lu automatiquement (répondre « oui » ou manuellement (répondre « non »). Si vous répondez « non », une icône HP sera placé au centre de la  la diapo (mais vous pouvez la déplacer) et le son sera activé en cliquant avec la souris sur cette icône. En répondant « oui », le son sera déclenché automatiquement à l’ouverture de la diapo.
On peut bien entendu insérer aussi un fond musical à partir d’un fichier son (.wave…) ou une vidéo : INSERTION – FILMS ET SONS – A PARTIR D’UN FICHIER VIDEO… (.avi…)

 4. Insérer une nouvelle diapositive :

INSERTION – NOUVELLE DIAPOSITIVE – choisir « vide »

 5. Insérer un objet :
Activer la barre d’outils « dessin » : AFFICHAGE – BARRRE D’OUTILS - DESSIN
Dessiner par exemple un rectangle, ou une flèche ou choisir un objet tout fait dans « FORMES AUTOMATIQUES » (exemple : formes de base, boutons d’action…).
Positionner l’objet sur la diapo à l’endroit choisi et éventuellement le transformer (couleur de fond et de contour…)
Insérer aussi, texte, image, éventuellement son, comme pour la 1ère diapositive

6. Visualiser son diaporama :
DIAPORAMA – VISIONNER LE DIAPORAMA (ou activer la touche F5)

7. Paramétrer son diaporama : (transition entre les diapos)

 DIAPORAMA – TRANSITIONeffet : choisir un « effet »dans la liste (ex : ouverture verticale et choisir la vitesse : lent – moyen- rapide)
Avancer : (pour le changement de diapositive) choisir « manuellement » (dans ce cas il faudra activer la barre d’espace pour l’avancement) ou « automatiquement » (dans ce cas, il faudra indiquer le temps entre deux diapositives (ex : 5 secondes : 00:05)
Son : (pour faire déclencher un son au changement de diapositive) choisir un exemple de son proposé ou AUTRE SON : pour choisir un fichier son précédemment enregistré (ex : son1.wav) –
APPLIQUER (pour appliquer ces paramètres à la diapositive sélectionnée) APPLIQUER PARTOUT (pour appliquer les mêmes paramètre à toutes les diapos). F5  pour lancer le diaporama afin de contrôler son travail.

8. Personnaliser l’animation des objets : (à l’intérieur de chaque diapo)
DIAPORAMA – PERSONNALISER L’ANIMATION
Tous les objets qui sont intégrés à la diapo sont recensés dans la fenêtre : « Activez tous les objets à animer ». Il faut cocher chaque objet que l’on désire animer et définir l’animation.
- Paramétrer en premier l’onglet « ordre et minutage » : choisir l’ordre d’apparition des objets puis le déroulement de l’animation « démarrer l’animation » (manuellement ou automatiquement)
Visualiser votre paramétrage en cliquant sur le bouton « aperçu ».
- Paramétrer ensuite l’onglet « effet » : renseigner tous les paramètres « animation et son d’entrée » et éventuellement « introduire le texte » pour du texte.

9. Intégrer des liens hypertextes :
Sélectionner le texte, l’image ou l’objet à partir duquel on veut faire le lien hypertexte, puis créer le lien en actionnant l’icône « lien hypertexte » ou faire : INSERTION – LIEN HYPERTEXTE, sélectionner « Emplacement dans ce document » si on veut faire un lien vers une diapo intégrée dans la présentation en cours, puis choisir la diapo adéquate. On peut aussi faire un lien hypertexte vers une page web ou une adresse de messagerie.

10. Enregistrer sa présentation en tant que page web (pour que la présentation soit consultable dans un navigateur ou sur internet en format.htm)
FICHIER – ENREGISTRER EN TANT QUE PAGES WEB…
Mais attention, vous perdez les transitions automatiques, les animations et les sons.

11. Créer une zone interactive  Quand on fait une présentation en tant que page web, on peut créer sur une image des zones avec des liens hypertextes qui renvoient vers d’autres pages ou d’autres images :
- insérer une image dans une nouvelle diapositive – sur la barre d’outils de dessin choisir l’outil « rectangle » - dessiner un rectangle (aucun remplissage) sur l’image pour délimiter la zone interactive choisie (en cliquant avec la souris sur cette zone, on ouvrira un lien vers une autre page ou une autre image). Activer l’outil hypertexte pour choisir le lien.

12. Présentation à emporter : (si vous voulez visualiser ou faire visualiser votre présentation sur un ordinateur qui ne possède pas le logiciel powerpoint)
FICHIER – PRESENTATION A EMPORTER… suivre et renseigner les boîtes de dialogue en précisant bien d’inclure la visionneuse dans la présentation (le cdrom d’installation « office » peut vous être demandé à ce stade). Deux fichiers sont alors générés (« pngsetup.exe » et « nom-de-la-presentation.ppz »). Pour visualiser votre présentation à emporter sur un autre ordinateur qui ne possède pas le logiciel Powerpoint, vous devez disposer sur cet ordinateur des deux fichiers précédents (si ces fichiers sont très volumineux, vous pouvez les graver sur un cdrom). Double cliquez sur le fichier « pngsetup.exe » qui vous demande le chemin ou décompresser la présentation (il est préférable de créer un dossier spécial à cet effet). Vous pouvez ensuite visualiser votre présentation en lançant la visionneuse qui se trouve dans ce dossier « ppview32.exe » et en sélectionnant le nom de votre présentation « nom-de-la-presentation.ppt ».
PS. un autre moyen : installer uniquement la visionneuse sur l’ordinateur qui ne ne possède pas le logiciel Powerpoint, dans ce cas, il ne faut pas inclure la visionneuse dans la présentation à emporter.
La visionneuse, « Ppview32.exe », qui peut être distribuée gratuitement sans licence supplémentaire, est fournie avec PowerPoint et se trouve dans le dossier PFiles\MSOffice\Office\Xlators sur le CD-ROM. Si vous avez installé la visionneuse lors de l'installation de PowerPoint, la visionneuse se trouve dans le dossier Program Files\Microsoft Office\Office\Xlators de votre disque dur.Vous pouvez également télécharger la visionneuse et obtenir des mises à jour et des informations complémentaires à partir du site Web http://www.microsoft.com/france/download/visio.asp

Retour haut de page