vie politique
Page thématique

LA VIE POLITIQUE A ATHÈNES (Vème siècle av JC)


Les trois grands secteurs de l'Attique

 

Les 10 tribus (nom des héros) :
1ère tribu : Erechtheis. 2ème tribu : Aigeis
3ème tribu : Pandionis. 4ème tribu : Leontis
5ème tribu : Akamantis. 6ème tribu : Oineis
7ème tribu : Kerropis. 8ème tribu : Hippothontis
9ème tribu : Aiantis. 10ème tribu : Antiochis

 

Comment fonctionne l'espace politique à Athènes?
     La vie politique à Athènes s'appuie sur un découpage de la cité assez complexe et mis en place sous Clisthène (508 av JC) pour briser les clans familiaux ou régionaux.

1. le dème : c'est l'unité administrative de base, il regroupe les citoyens de plusieurs quartiers ou villages, chaque membre du dème ajoute à son nom l'appellation du dème : le démotique. Il y a 139 dèmes. Chaque citoyen est inscrit à 18 ans sur le registre du dème de son père, cette appartenance au dème est héréditaire, quel que soit son lieu d'habitation.

2. la trittye : l'Attique est découpée en 3 grands secteurs : la côte, l'intérieur, la ville. Les dèmes sont regroupés en trittyes selon leur position géographique (côte, intérieur, ville). Il y a 30 trittyes.

3. La tribu : elle est composée de 3 trittyes de chaque secteur géographique, il y a donc 10 tribus. Chaque tribu est désignée du nom d'un héros éponyme et rassemble à peu près un même nombre d'habitants.
     Ce système décimal est la base de toute la démocratie. Ainsi le conseil des 500 membres de la
boulé est issu du tirage au sort de 50 bouleutes par tribu (les volontaires âgés de plus de trente ans). Les 50 bouleutes de chaque tribu restent en fonction en permanence pendant un dixième de l'année, ce sont les prytanes (voir ici et ici). Les magistratures s'alignent aussi sur ce système décimal, il y a 10 archontes tirés au sort et 10 stratèges élus (un par tribu).

En quoi le gouvernement d'Athènes est-il démocratique?
    
      Le fondement de la démocratie athénienne est
l'ecclésia : l'assemblée du peuple qui exerce un réel pouvoir de décision. La démocratie est directe, les lois sont votées par les citoyens sans passer par des représentants.
En savoir plus sur la manière de voter et sur l'Héliée
     Chaque citoyen peut prendre la parole pour donner son avis sur le projet de loi et proposer des amendements (l'horloge à eau, la clepsydre, contrôle l'égalité du temps de parole).
     Le
tirage au sort est un autre élément de l'égalité, seuls les stratèges sont élus, ainsi on reconnaît à chaque citoyen la même chance d'accéder à des responsabilités.
En savoir plus sur le tirage au sort

De plus, les citoyens les plus pauvres ont droit à une indemnité (la misthophorie) pour assister à la réunion de l'ecclésia ou assumer leurs charges publiques à la boulé ou à l'héliée.

      L'ostracisme, l'atimie, le contrôle des magistrats renforcent et préservent le système démocratique.
En savoir plus sur l'ostracisme


Voir les pages sur l'Agora, siège de nombreuses institutions politiques

Voir les pages sur la Pnyx, siège de l'Ecclésia

 

La citoyenneté athénienne

Voir la page sur la société

Y a-t-il une stricte égalité entre citoyens?

     Depuis Solon (début VIème siècle av JC), les citoyens sont répartis en quatre classes selon leurs revenus évalués en grain : les pentacosiomédimnes (plus de 500 médimnes de grain), les cavaliers, les zeugites, les thètes. Selon leur classe, les citoyens peuvent accéder à certaines fonctions politiques et à un certain rang dans l'armée, c'est l'isonomie ("égale répartition", égalité devant la loi). Il n'y a donc pas une stricte égalité entre les citoyens, mais chacun peut prétendre à une parcelle de pouvoir en fonction de la hiérarchie établie. Les plus riches accèdent aux postes les plus élevés mais ils doivent en retour contribuer aux dépenses de la cité selon leur fortune.
Malgré certaines limites :
- exclusion d'une grande partie de la population (femmes, métèques, esclaves *) à la citoyenneté.
-  existence de classes qui favorisent les plus riches
-  absentéisme à l'ecclésia (la Pnyx ne pouvait pas accueillir plus de 6000 citoyens)
on peut quand même dire que la démocratie athénienne est une référence et qu'elle n'a pas influencé notre système de gouvernement sans raison.
* Esclavage et démocratie sont intimement liés : c'est grâce au travail des esclaves que le citoyen peut consacrer son temps libre au service de la Cité.

Chronologie de la conquête de la démocratie

- Réformes de Dracon
Dracon, en
621-620 avant J.-C, met par écrit des lois ne s'appliquant qu'aux affaires de meurtre et dont la dureté devait rester légendaire (d'où l'adjectif "draconien"). Cette mesure reste limitée mais affirme pour la première fois l'autorité de l'État dans le domaine de la justice et porte atteinte à l'arbitraire des aristocrates.

- Réformes de Solon
Athènes est en pleine crise politique et sociale, Solon, archonte de
-594 à -593, est choisi pour résoudre la crise.
Auteur d’un code de lois, il aurait effacé les dettes, interdit l’esclavage pour dettes et confirmé les lois draconiennes. Il répartit les Athéniens en quatre tribus en fonction de leur richesse et crée l'Héliée. Ces réformes constitutionnelles lui valurent la réputation d'être le père de la démocratie.

- La tyrannie de Pisistrate (vers 600 av. J.-C. - 527 av. J.-C.)
Premier tyran d'Athènes, il est l'instigateur d'une vaste réforme politique et sociale (création de tribunaux ambulants) qui prolongeait l'œuvre de Solon, il s'attaque aux privilèges des riches, résout la question agraire en instaurant dans l'Attique une sorte de crédit agricole, favorise l'industrie et le commerce maritime : les finances sont assainies grâce aux mines d'or du Pangée et à la mise en valeur de celles d'argent du Laurion ; un impôt de 5 % sur le revenu permet de financer les conquêtes.

- Réformes de Clisthène
À travers sa réforme de
-508,  Clisthène concède au peuple la participation non seulement aux décisions politiques mais aussi aux fonctions politiques en échange de son soutien. Cette réforme repose sur la réorganisation de l’espace civique. Les anciennes structures politiques fondées sur la richesse et les groupes familiaux furent remplacées par un système de répartition territoriale. Un citoyen athénien ne se définit désormais plus que par son appartenance à un dème (voir le schéma ci-dessus)

- Réformes de Périclès
Vers le milieu du Ve siècle av. J.-C. en 451 av. J.-C. Périclès met en place une indemnité journalière de présence au sein de l'Héliée et de la Boulê : c’est le misthos (« salaire ») destiné à faire participer les citoyens les plus pauvres et les plus distants de la ville aux fonctions civiques et politiques. Cette mesure renforça le caractère démocratique du régime athénien.

PAGES THEMATIQUES
POLITIQUE

La Cité - Société (Athènes) - Vie politique (Athènes) - Guerres - La colonisation

RELIGION

La Création - Les Dieux - Les Héros - Fête et sacrifices - Rituels et fêtes - Le sanctuaire - Les nymphes - Les Muses

 

Orphée - Marsyas - La Toison d'or - Sapho - Perséphone - Héraklès - Mythologie-vocabulaire - Légendes de la Crète.

ARTS

Le temple grec - Le Parthénon - Ordre dorique/ionique - Le théâtre - Le théâtre-schémas - La statuaire grecque -

 

La céramique - La musique - Les masques

CULTURE

Homère (3 pages) - La philosophie grecque - Français et grec - L'hellénisme à Rome - Mathématiques et Grèce - Archimède (physique).

SPORT

Les Jeux Olympiques

DIVERS

Canal de Corinthe


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact