Périclès
Page thématique

PERICLES (vers 495-429 av. J.-C)

   Périclès est toujours représenté avec son casque de stratège, pour sans doute dissimuler son crâne proéminent. Son surnom était d'ailleurs "tête d'oignon".

Buste de Périclès portant l'inscription « Périclès, fils de Xanthippe, Athénien. »
 Marbre, copie romaine de Crésilas d'après un original grec de 430 av. J.-C. environ. Musée Pio Clémentino (Vatican).

Photos Wikipédia

   Homme d'État athénien, un Alcméonide, fils de Xanthippe et d'Agaristè, nièce de Clisthène  et petite-fille d'Agaristè et de Mégaclès. Il fut chorège en 472, année où furent produits Les Perses d'Eschyle. En politique, il fut un partisan de la démocratie et apparut sur le devant de la scène en étant au nombre des procureurs publics qui attaquèrent Cimon en 463. En 462-461, il s'allia à Éphialte pour réduire les pouvoirs de l'Aréopage, et après le meurtre d'Éphialte et l'ostracisme de Cimon, en 461, il devint l'homme le plus influent d'Athènes. Ses décisions politiques s'imposaient d'elles-mêmes à la plupart des citoyens (qui aimaient par exemple la petite rémunération de deux oboles comme indemnité pour les jurés). En 451, à son initiative, la citoyenneté fut restreinte à ceux dont les deux parents étaient déjà citoyens athéniens. À partir de ce moment et jusqu'à sa mort, il domina la vie politique athénienne et il fut élu stratège quinze fois de suite. Sous sa direction, Athènes adopta une politique impérialiste, et la confédération de Délos, créée pour maintenir les Perses hors de Grèce, fut transformée en un empire athénien. Périclès étendit son influence jusqu'à l'Hellespont en y établissant des clérouquies, et il établit une importante colonie à Thourioi en 443 pour répandre l'influence athénienne en Italie. Il semble avoir essayé de convoquer une assemblée de tous les États grecs pour envisager la reconstruction des temples détruits par les Perses, ainsi qu'une forme d'union politique, mais rien n'aboutit en raison de l'hostilité de Sparte. En 437, il fonda une colonie à Amphipolis et à peu près à la même époque il dirigea une expédition pour établir l'influence athénienne dans la région de la mer Noire, après avoir soumis Samos en 439, lorsque l'île s'était révoltée et avait quitté la confédération de Délos.
On ne connaît pas la responsabilité exacte de Périclès dans la politique qui entraîna Athènes dans une guerre contre Sparte, Corinthe, Égine et la Béotie, durant la période 459-446, mais durant la paix de Trente Ans (ainsi nommée bien que la guerre ait repris en 431) qui suivit, il obtint de Sparte la reconnaissance de l'empire. Il fut l'instigateur de la construction du Parthénon (commencée en 447), des Propylées et des autres bâtiments importants de cette époque. Thucydide, le fils de Mélésias, héritier politique de Cimon et pire ennemi de Périclès, l'attaqua pour avoir détourné les fonds de la confédération de Délos pour ce programme de constructions. L'ostracisme de Thucydide laissa les mains libres à Périclès. Il est vraisemblable que Périclès pressentit bien à l'avance la guerre avec Sparte et il résista à toutes les exigences des Péloponnésiens. Quand la guerre éclata en 431, Périclès imposa à Athènes une politique qui devait neutraliser la supériorité spartiate sur terre, mais elle impliqua des difficultés considérables pour la population de l'Attique. Cependant son autorité demeura inentamée jusqu'à ce que les ravages de la peste en 430 brisent le moral des Athéniens. Il fut alors démis de ses fonctions, poursuivi en justice pour enrichissement personnel et condamné à payer une amende. Peu après, il fut à nouveau élu stratège, mais il avait lui aussi attrapé la peste, et il mourut six mois plus tard. Aucun autre Athénien n'a jamais connu la prééminence de Périclès. L'historien Thucydide, qui avait pour lui une grande admiration, dit que de son temps Athènes, tout en gardant le nom de démocratie, était en fait gouvernée par le premier de ses citoyens. Il fut un homme d'une forte personnalité, incorruptible, d'un abord sévère et réservé, d'une éloquence majestueuse. Il fréquentait les hommes cultivés et les intellectuels de son temps, Phidias, Anaxagore, Sophocle, Hérodote. Son premier mariage se termina par un divorce, mais il forma un couple durable avec Aspasie, une hétaïre réputée et cultivée. L'oraison funèbre qu'il prononça en l'honneur des Athéniens morts après la première année de la guerre (Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, II, 35-46) révèle une haute conception d'Athènes et de sa démocratie, même si cet idéal impliquait une politique ouvertement impérialiste. Le fils le plus jeune que Périclès eut avec Aspasie portait le même nom que lui. Bien qu'illégitime, il se vit conférer la citoyenneté athénienne, par respect pour son père. Il fut mis à mort après la bataille des Arginuses en 406.

Source : Dictionnaire de l'Antiquité sous la direction de M.C. Howatson - Bouquins

PAGES THEMATIQUES
POLITIQUE

La Cité - Société (Athènes) - Vie politique (Athènes) - Guerres - La colonisation

RELIGION

La Création - Les Dieux - Les Héros - Fête et sacrifices - Rituels et fêtes - Le sanctuaire - Les nymphes - Les Muses

 

Orphée - Marsyas - La Toison d'or - Sapho - Perséphone - Héraklès - Mythologie-vocabulaire - Légendes de la Crète.

ARTS

Le temple grec - Le Parthénon - Ordre dorique/ionique - Le théâtre - Le théâtre-schémas - La statuaire grecque -

 

La céramique - La musique - Les masques

CULTURE

Homère (3 pages) - La philosophie grecque - Français et grec - L'hellénisme à Rome - Mathématiques et Grèce - Archimède (physique).

SPORT

Les Jeux Olympiques

DIVERS

Canal de Corinthe


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact