La myhologie crétoise
Page thématique

LA CRETE  ET  SES  LEGENDES
(Isabelle Didierjean, professeur agrégé de Lettres classiques)

LA CRETE ET SES LEGENDES

1/ ZEUS

            Pour empêcher Cronos d’avaler Zeus, Rhéa lui donna à sa place une pierre emmaillotée puis elle envoya l’enfant en Crète. Il fut élevé par les nymphes dans une grotte de l’île, sur le Mont Ida. Il fut nourri par le lait de la chèvre Amalthée. Les Courètes (serviteurs de Rhéa) dansaient et faisaient du bruit avec leurs armes pour éviter aux cris ou aux pleurs de l’enfant d’attirer l’attention de leur père.

2/ MINOS

            Minos était le roi légendaire de la Crète. Il a donné son nom à la civilisation minoenne (ou crétoise), une civilisation brillante et très importante dans l’histoire de la Grèce. Il se peut que «minos » soit un titre comme «pharaon » en Egypte.

            Il était le fils de Zeus et d’Europe. Pour la séduire, Zeus s’était transformé en taureau et l’avait emportée sur son dos. De leur union sont nés Minos et ses frères Rhadamanthe et Sarpédon. Quand la question se posa de savoir qui serait roi de Crète, Minos demanda à Poséidon de lui envoyer une victime à sacrifier pour le désigner comme vainqueur. Le dieu lui envoya un superbe taureau. Ainsi Minos devint roi mais il ne voulut pas sacrifier un si bel animal, contrairement à sa promesse. Poséidon décida de se venger : il rendit Pasiphaé, l’épouse du roi, amoureuse du taureau. De cette union contre nature naquit un monstre, au corps d’homme et à la tête de taureau, le Minotaure (c’est-à-dire le «taureau de Minos »).

3/ LE MINOTAURE

            Minos ne tua pas le taureau mais il l’enferma dans un immense palais composé d’un enchevêtrement de salles et de couloirs et d’où l’on ne peut sortir : le Labyrinthe, construit par Dédale. Tous les sept ans (d’autres légendes disent que cela se produisait tous les trois ou neuf ans), il lui donnait à manger sept jeunes gens et sept jeunes filles : c’était un tribut qu’il imposait aux Athéniens. Ce tribut symbolise la puissance crétoise sur les îles voisines et sur toute la mer Egée au second millénaire avant J.C. En effet la légende dit que Minos avait lancé plusieurs expéditions contre Athènes pour venger la mort de son fils Androgée, tué accidentellement à Athènes.

            Le mythe du Minotaure s’explique sans doute par le souvenir de la civilisation minoenne centrée sur le taureau (cf. fresques avec motifs de taureaux), et celui du Labyrinthe, par les palais immenses découverts par les fouilles archéologiques d’Arthur Evans.

            L’aspect sanglant du personnage de Minos à travers le tribut exigé des Athéniens ne doit pas faire oublier un autre aspect du roi : il passe pour avoir civilisé les Crétois, avoir régné sur eux avec justice et douceur, leur avoir donné d’excellentes lois. Ces lois lui étaient directement inspirées par Zeus : tous les neuf ans, Minos allait consulter le dieu dans la grotte de l’Ida où celui-ci avait été élevé.

             Minos est également, avec Eaque et Rhadamanthe, l’un des trois juges des Enfers grâce à sa réputation de justice.

4/ DEDALE

            C’était un Athénien, descendant de Cécrops, premier roi légendaire d’Athènes. C’était un artiste universel : architecte, sculpteur (on disait que ses statues pouvaient se mouvoir d’elles-mêmes) et inventeur  de moyens mécaniques et de machines sophistiquées. A Athènes, il eut pour élève son neveu Talos, mais il était jaloux du talent de celui-ci. Le jour où Talos, s’inspirant de la mâchoire d’un serpent, inventa la scie, Dédale le jeta du haut de l’Acropole. Le meurtre fut découvert et Dédale fut exilé. Il s’enfuit en Crète auprès du roi Minos dont il devint l’architecte et le sculpteur. Il construisit le Labyrinthe dans lequel il était le seul à pouvoir se diriger. C’est dans ce Labyrinthe qu’était enfermé le Minotaure.

            Quand Thésée aborda en Crète, la fille de Minos en tomba amoureuse. Elle ne voulait pas qu’il soit tué par le monstre. Elle demanda donc de l’aide à Dédale. Il lui conseilla de confier au jeune homme un fil qu’il déroulerait tout au long de son voyage dans le Labyrinthe, ce qui lui permettrait, après avoir tué le Minotaure, de retrouver son chemin et de sortir de l’épreuve sain et sauf. C’est ce qui arriva. Quand Minos apprit la trahison de son architecte, il l’enferma avec son fils, Icare, dans le Labyrinthe. Dédale fabriqua des ailes avec de la cire et des plumes pour s’enfuir. Le père et le fils s’envolèrent. Le père avait recommandé à son fils de ne pas trop s’approcher du soleil. Mais Icare, rempli d’orgueil, monta dans les airs si haut que la cire fondit. Il fut précipité dans la mer qui depuis porte son nom, la mer Icarienne.

            Dédale arriva à Cumes puis en Sicile chez le roi Cocalos. Minos le poursuivit mais fut tué par les filles du roi (elles le firent bouillir). Pour remercier son hôte, Dédale construisit de nombreux bâtiments.

V/ THESEE

            Thésée, fils du roi athénien Egée, décida de faire partie des jeunes gens réclamés en tribut par Minos. Egée lui donna deux jeux de voiles : des voiles noires pour l’aller car le voyage était funeste, des voiles blanches pour le retour si celui-ci était joyeux. Arrivé en Crète, Thésée fut aperçu par Ariane. En échange de son aide (le fil qu’elle lui avait confié : le «fil d’Ariane »), il lui promit de l’emmener et de l’épouser. Mais après avoir tué le Minotaure, il fit escale à Naxos et y abandonna Ariane endormie. Il y a beaucoup d’explications différentes données pour justifier cet abandon : Thésée aurait été amoureux d’une autre femme ; ayant débarqué Ariane car elle souffrait du mal de mer, il avait été obligé par la tempête de s’éloigner du rivage sans pouvoir rechercher la jeune fille ; Dionysos étant amoureux d’Ariane, il avait ordonné à Thésée de la laisser sur l’île etc…

            Quoiqu’il en soit, Thésée oublia de changer de voiles pour annoncer sa victoire sur le Minotaure et le retour des Athéniens sains et saufs. Quand Egée vit les voiles noires, il crut que son fils était mort et il se jeta depuis l’Acropole dans la mer qui de ce jour porte son nom, la mer Egée.          

Isabelle Didierjean, professeur agrégé de lettres classiques au collège public Jeanne d'Arc - Orléans.

Lien vers le dossier sur la Crète
PAGES THEMATIQUES
POLITIQUE

La Cité - Société (Athènes) - Vie politique (Athènes) - Guerres - La colonisation

RELIGION

La Création - Les Dieux - Les Héros - Fête et sacrifices - Rituels et fêtes - Le sanctuaire - Les nymphes - Les Muses

 

Orphée - Marsyas - La Toison d'or - Sapho - Perséphone - Héraklès - Mythologie-vocabulaire - Légendes de la Crète.

ARTS

Le temple grec - Le Parthénon - Ordre dorique/ionique - Le théâtre - Le théâtre-schémas - La statuaire grecque -

 

La céramique - La musique - Les masques

CULTURE

Homère (3 pages) - La philosophie grecque - Français et grec - L'hellénisme à Rome - Mathématiques et Grèce - Archimède (physique).

SPORT

Les Jeux Olympiques

DIVERS

Canal de Corinthe


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact