Homère

Page thématique

HOMÈRE (I)

Vers Homère (II) (Doc photo 8013)

Vers Homère (III) (Pierre Borgo)

     Pour les anciens Grecs, l'Iliade et l'Odyssée retracent l'histoire de leurs ancêtres. Ces deux poèmes sont attribués à Homère (VIIIème siècle av JC), ils racontent l'histoire des héros, hommes ou demi dieux, qui ont accompli des exploits extraordinaires.
     L'Iliade évoque la guerre de Troie, elle en raconte quelques journées de la dernière année. Cette guerre avait opposé pendant 10 ans, au
XIII° siècle av JC les Grecs contre la ville de Troie (Ilion), en Asie Mineure.
     L'Odyssée retrace le périple d'Ulysse (en grec : Odysseus) qui mettra 10 ans à retourner dans son île d'Ithaque après avoir vaincu les Troyens.

Pourquoi la guerre de Troie?

     Pâris, fils de Priam, roi de Troie, avait enlevé la belle Hélène (fille de Zeus et de Léda) qui était la femme de Ménélas, roi de Sparte. Les Grecs, outragés, se rassemblèrent sous l'autorité du roi de Mycènes, Agamemnon, (frère de Ménélas) pour récupérer Hélène. La flotte grecque ne put obtenir des dieux les vents favorables qu'après le sacrifice d'Iphigénie, fille d'Agamemnon.
     Chaque camp était aidé par des dieux, Athéna et Héra soutenaient les Grecs, Aphrodite et Poséidon, les Troyens.

Quelle est la valeur historique de l'Iliade et de l'Odyssée?

     On ne connaît pas la date précise de composition de ces deux poèmes et on ne sait pas vraiment si Homère (un aède : poète) a vraiment existé. On n'est pas certain non plus que la guerre de Troie ait vraiment eu lieu. Mais les archéologues ont retrouvé la ville de Troie (ou plutôt 9 villes, au même endroit, empilées les unes sur les autres). De plus, ces récits merveilleux sont des témoignages précieux sur la civilisation, la société, la religion et la façon de vivre des Achéens entre -1200 et -800, époque où les poèmes se sont transmis oralement.

La signification philosophique de l'Odyssée selon Luc Ferry (article paru dans Marianne N°692 - 07-2010)

      Comme tout le monde, j'avais entendu parler au collège de l'Iliade et de l'Odyssée. Sans jamais les ouvrir. Plus tard, à l'université, j'ai tenté l'expérience... L'Iliade m'ennuya à mourir et j'ai laissé tomber. C'est en écrivant "Apprendre à vivre", un livre où je raconte l'histoire de la philosophie des Grecs, que j'ai remis l'ouvrage sur le métier. Les philosophes anciens, notamment les stoïciens, faisaient sans cesse référence à Homère. Miracle, en commençant par la fin, par "L'Odyssée", j'ai trouvé le fil d'Ariane qui me manquait pour découvrir la signification d'ensemble de cette histoire, ce qu'aucun de mes professeurs n'avait su m'indiquer. Non seulement l'intrigue est sublime, mais c'est bel et bien la philosophie tout entière qui m'apparut sous un jour nouveau, d'une beauté et d'une profondeur dont je n'avais pas idée. Pendant dix longues années, Ulysse, roi de la ville d'Ithaque, prend part, contre son gré, à la terrible guerre qui oppose les Grecs et les Troyens. Tout commence donc pour lui par le chaos, le conflit le plus atroce, et le sens de son voyage, qui est aussi le sens de sa vie, c'est de retrouver l'harmonie perdue, dévastée par la guerre. Lorsqu'elle prend fin, grâce à la fameuse ruse du cheval de Troie, après dix années terribles, Ulysse n'a qu'une idée en tête : rentrer chez lui, à Ithaque, pour retrouver enfin son monde, son palais, sa femme, Pénélope et son fils, Télémaque. Pourtant, son voyage de retour va encore durer dix longues années, autant que la guerre elle-même. Pourquoi ? Parce que, au cours d'un des épisodes sans doute les plus fameux de ce récit, Ulysse a crevé l'œil d'un cyclope, un certain Polyphème. Or ce Polyphème, personnage peu sympathique, est un des fils de Poséidon, terrible dieu de la Mer et des Eaux. Poséidon doit venger son rejeton. C'est la règle. Il va donc semer des embûches effroyables tout au long du chemin d'Ulysse vers Ithaque.

Les figures de l'oubli

Or, ces embûches ne sont pas choisies par hasard. Elles ont une signification philosophique liée à l'oubli. Il s'agit pour Poséidon de faire oublier à Ulysse le sens de son voyage qui va de la guerre à la paix, du chaos à l'harmonie, du « hors de chez soi » vers le chez-soi. Poséidon fait tout ce qu'il peut pour qu'Ulysse perde la mémoire, pour qu'il s'arrête en chemin et cesse d'avoir conscience du sens même de sa vie en même temps que de son identité de simple mortel. Le chant des sirènes, celui de Circée la magicienne, les grains de lotus qui rendent amnésique, les sommeils qui saisissent le héros au plus mauvais moment, lorsqu'il touche au but, qu'il voit déjà la côte d'Ithaque et qu'il s'endort alors que le vent se lève et le rejette vers la pleine mer : tous ces accidents de parcours relèvent des figures de l'oubli.
Parmi tous les obstacles, il en est un - Calypso - qui va livrer la signification philosophique de cette histoire fondatrice. Calypso est une déesse : elle est d'une beauté parfaite et elle est immortelle. Or la belle tombe folle amoureuse de ce malheureux mortel qu'est Ulysse. Dès qu'il pose le pied sur son île, elle décide de le retenir prisonnier. C'est une bombe sexuelle, mais, en plus, son île est un véritable paradis. Il y a là tout ce dont un homme peut rêver : nourritures délicieuses, climat doux, paysage de grande beauté. Et toute une armée de nymphettes ravissantes s'emploie à rendre la vie douce aux deux amants. Calypso fait tout pour faire oublier Ithaque à Ulysse. Pourtant, il reste attiré comme un aimant vers son coin d'univers. Il ne peut s'empêcher de vouloir retrouver son "lieu naturel"  comme dira Aristote, c'est-à-dire sa place dans l'ordre cosmique, de sorte que, chaque soir, malgré toutes les merveilles qui l'entourent, il pleure en contemplant l'océan... Un beau jour, Athéna entend ses pleurs et supplie son père, Zeus, le roi des dieux, de donner l'ordre à Calypso de laisser Ulysse rejoindre Ithaque. Désespérée, Calypso invente un stratagème qu'on pourrait dire chrétien avant la lettre, lui propose le plus inimaginable cadeau qu'on puisse faire à un humain : l'immortalité et la jeunesse éternelle. Contre toute attente, Ulysse décline son présent.
La signification de ce refus m'est apparue d'une profondeur abyssale : le but de l'existence humaine n'est pas, comme le prétendront les religions, de gagner le salut éternel, de parvenir à l'immortalité, car une vie de mortel réussie est bien supérieur à une vie d'immortel ratée.
Le but de la philosophie, c'est de définir la vie bonne, mais, à la différence des religions, il faut le faire par les moyens du bord, sans passer par un dieu ni par la foi. Ce qui suppose d'abord qu'on accepte sa condition de mortel. Le sage est celui qui parvient, en acceptant la finitude humaine, à vaincre la peur de la mort. Ensuite, il est celui qui réussit à vivre au présent, réconcilié avec ce qui est, avec soi-même comme avec les siens et le monde. Tant qu'Ulysse est en guerre ou en voyage, il n'habite jamais que le passé ou le futur. Il est dans la nostalgie ou l'espérance d'Ithaque, pas dans le présent d'Ithaque. Comme le dit André Comte-Sponville, le sage ancien est celui qui parvient à « regretter un peu moins, à espérer un peu moins, à aimer un peu plus ». « Amorfati », dira Nietzsche, amour de ce qui est là, du destin qui nous est imparti. Premier message philosophique de l'Antiquité que la fin de l'Odyssée, le retour à Ithaque, illustre à merveille...

Page thématique

Vers Homère (II) (Doc photo 8013)

Vers Homère (III) (Pierre Borgo)

PAGES THEMATIQUES
POLITIQUE

La Cité - Société (Athènes) - Vie politique (Athènes) - Guerres - La colonisation

RELIGION

La Création - Les Dieux - Les Héros - Fête et sacrifices - Rituels et fêtes - Le sanctuaire - Les nymphes - Les Muses

 

Orphée - Marsyas - La Toison d'or - Sapho - Perséphone - Héraklès - Mythologie-vocabulaire - Légendes de la Crète.

ARTS

Le temple grec - Le Parthénon - Ordre dorique/ionique - Le théâtre - Le théâtre-schémas - La statuaire grecque -

 

La céramique - La musique - Les masques

CULTURE

Homère (3 pages) - La philosophie grecque - Français et grec - L'hellénisme à Rome - Mathématiques et Grèce - Archimède (physique).

SPORT

Les Jeux Olympiques

DIVERS

Canal de Corinthe


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur : contact