AGRIGENTE D2

P 2/4 :AGRIGENTE : les temples : Héraclès, Junon, la Concorde   

Les temples d’Agrigente sont soit sur l’acropole, c’est-à-dire sous la ville moderne (temple d’Athéna sous l’église de Santa Maria dei Greci et temple de Zeus que l’on connaît seulement par les textes) soit sur l’éperon méridional où ils constituent un ensemble destiné à être vu à la fois de toute la ville et de la mer. Ce sont ces derniers qui demeurent visibles aujourd'hui, les noms des temples sont purement conventionnels.

Le temple d'HERACLES (cliquer pour agrandir)

C'est le plus ancien temple de la vallée, sa construction remonte aux environs de 520 ans av JC. Il a dû être détruit par un tremblement de terre, huit colonnes sur les 38 ont été relevées *, elles sont hautes de 10 m et ont un diamètre de 2.08 m. On vénérait à l'intérieur une statue en bronze d'Héraclès. Derrière le pronaos, des escaliers, de chaque côté, permettaient d'atteindre les combles.
Comme tous les temples grecs en Sicile, il est construit en calcaire et était revêtu de stucs polychromes
* L’étude de la ville antique a connu trois grands moments. De la fin du XVIII
e siècle au début du XXe, on assiste à de nombreuses restaurations et anastyloses (remise en place scientifique d’éléments architecturaux écroulés) : ainsi en 1787 (temple «de Junon»), en 1788 (fronton oriental du temple de la Concorde), en 1836 (angle N.-O. du temple «des Dioscures»), en 1922-1924 et en 1931 (partie sud du temple d’Héraclès). De 1925 à 1932, une intense activité archéologique est dirigée par P. Marconi, grâce au mécénat du capitaine anglais A. Hardcastle.

Le temple de la CONCORDE : la perfection classique ( vers 440 av JC)


(cliquer pour agrandir)
Elégance du portique, légèreté des frontons.

 

C'est l'une des merveilles de la Sicile, il rappelle le temple d'Héphaïstos à Athènes. Il a été construit vers la fin du Vème siècle av JC avec des pierres friables, mais couvert d'une couche de stuc très résistante, comme tous les temples d'Akragas, il était entièrement peint. Il est resté pratiquement intact car il a été transformé en église chrétienne à la fin du VIème siècle. Il est un des rares temples à avoir conservé sa cella. Il doit son nom à une inscription qui a donné à penser qu'il avait été élevé à la gloire de la déesse de la Paix et de la Fécondité, mais il était sans doute dédié aux Dioscures, les jumeaux Castor et Pollux, fils de Zeus. Les espaces entre les colonnes de la façade se rétrécissent du centre vers les côtés pour l'harmonie.
Caractéristiques : Ordre dorique, stylobate à quatre degrés. Périptère hexastyle. 34 colonnes. Dimensions : 39,44 m
 sur 16,90 m. 

 Le temple d'HÉRA (470 av JC) 

Il est situé sur une crête rocheuse constituant le rempart de la ville, au point le plus haut de la colline des temples (120m). 

C'est le jumeau du temple de la Concorde (38mX17m). Il a conservé 25 colonnes, les 9 autres sont endommagées. Le côté nord possède encore son architrave.
(cliquer pour agrandir)


Compte tenu des nombreux piratages du site, le click droit pour le copiage du texte et des images est dorénavant interdit. Site sous copyright.
Les élèves peuvent cependant récupérer les images à l'aide d'une copie d'écran pour leurs travaux pédagogiques non lucratifs et non publiables, y compris sur Internet.
Pour tout autre usage, contacter l'auteur:Contact